BIS : Saddam Hussein aurait financé un attentat déjoué contre RFE à Prague

Une attaque terroriste dans le centre de Prague, au début des années 2000, là où se trouvait à l’époque le siège de la radio américaine Radio Free Europe (Radio Europe Libre) : c’est ce que prévoyait le régime irakien pour mettre un terme à la diffusion des programmes de la rédaction irakienne de cette radio financée par le Congrès américain et qui émet depuis 1998. Une révélation des services secrets tchèques, qui précisent que Radio Free Europe n’était pas la seule cible potentielle d’attaques terroristes.

L’information a été rendue publique ce week-end par la chaîne de télévision privée Nova. Selon les services tchèques de contre-espionnage (BIS), l’attaque contre Radio Free Europe a été planifiée dès l’année 1999, mais a pu être empêchée grâce à un informateur qui travaillait à l’ambassade d’Irak à Prague. Une attaque au lance-roquettes depuis la fenêtre d’un appartement situé en face de la radio.

Selon Jan Šubert, porte-parole de BIS interviewé par TV Nova, les armes avaient été acheminées à Prague dans des voitures diplomatiques par des agents du DGI irakien : « Saddam Hussein a donné l’ordre à ses services secrets d’interrompre de manière violente la diffusion du programme irakien de Radio Free Europe. Et pour cette opération il a débloqué d’importants moyens financiers. »

Un lance-roquettes RPG 7, six mitraillettes, onze pistolets et deux mille cartouches : finalement, d’après le BIS, une fois le complot déjoué les Irakiens ont eux-mêmes livré volontairement leur arsenal aux autorités tchèques en avril 2003. Entre temps, le siège de Radio Free Europe a déménagé dans le quartier d’Hagibor et est toujours l’un des bâtiments les plus protégés du pays.

Selon TV Nova, le BIS affirme qu’il est également parvenu à empêcher deux autres attentats dans la capitale tchèque, dont un il y a trois ans qui aurait visé le quartier juif, sans donner davantage de précisions.