Avant les élections, encore une affaire embarassante sur la scène politique tchèque

13-10-2008

Nous vous en avons parlé dans nos informations, et la presse tchèque fait les gros titres ce lundi sur le meurtre qui s’est déroulé jeudi dernier, après la soirée célébrant la sortie du livre du leader de l’opposition Jiří Paroubek.

Jiří Paroubek, photo: CTKJiří Paroubek, photo: CTK Si le chef de file du ČSSD n’était plus présent au moment des faits, les commentateurs soulignent toutefois que cette affaire embarrassante à quelques jours du premier tour des sénatoriales et des régionales remet en lumière les liens parfois douteux que les hommes politiques entretiennent avec certains hommes d’affaires. Rappel des faits : dans la soirée de jeudi dernier, le fils d’un entrepreneur local, Václav Kočka, proche de Jiří Paroubek, est abattu de trois balles par un autre invité, Bohumír Ďuričko, après une dispute entre les deux hommes. Les noms de Václav Kočka et Bohumír Ďuričko se sont tous deux retrouvés associés à des affaires dans le passé : le premier ayant été soupçonné il y a quelques années du meurtre d’un homme d’affaires tchèque, le second parce qu’il aurait collaboré avec la StB, la police secrète communiste.

Jiří Paroubek a déclaré avoir pensé à démissionner suite à cet incident, avant de se rétracter. Il a toutefois tenu à se distancer de l’homme d’affaire accusé de meutre et mis en examen ce dimanche, en face, ses opposants politiques n’ont pas manqué l’occasion de dénoncer ces liens, comme le chef de file des Verts Martin Bursík :

« Les hommes politiques ne devraient pas fréquenter certains types de personnes et ne devraient pas avoir de contacts avec eux du tout. »

Alors que le premier tour des sénatoriales et les régionales doivent se dérouler les 17 et 18 octobre, opposition et majorité se retrouvent en quelque sorte à égalité côté affaire sulfureuse, après le reportage de Nova il y a quelques semaines dénonçant certains méthodes qui auraient cours parmi les politiciens de l’ODS. Cette affaire Ďuričko peut-elle influencer le scrutin à venir. Erik Tabery, de l’hebdomadaire Respekt :

« Je pense que ça aura en tout cas des conséquences sur la campagne. Quant à savoir si ça aura des répercussions sur les électeurs, c’est difficile à dire. Quand vous regardez l’année écoulée, il y a eu tellement d’affaires importantes, que l’opinion publique peut réagir de façon léthargique. On verra donc... »

Rendez-vous donc ce week-end pour les premiers résultats. En tout cas, d’après les derniers sondages en date, l’écart s’est nettement resserré entre le parti principal de la coalition gouvernementale et les sociaux démocrates dans l’opposition.

13-10-2008