Antonín Panenka souffle ses 60 bougies

Antonín Panenka, c’est une des légendes du football tchèque ou tchécoslovaque avant la naissance de la Tchéquie indépendante en 1993. C’est une légende en raison, entre autres, de ce qu’on appelle couramment la « panenka », un geste technique encore jamais réalisé avant lui. Né le 2 décembre 1948, Antonín Panenka fête ses 60 printemps ce mardi.

Antonín Panenka, photo: CTKAntonín Panenka, photo: CTK Antonín Panenka, c’est 23 ans de carrière au sein de ce qu’on peut appeler « son » club, les Bohemians de Prague jusqu’à 1981, aujourd’hui Bohemians 1905 dont il est le président. Panenka a joué aussi dans les rangs du Rapid de Vienne de 1981 à 1985 et de Sankt Pölten de 1985 à 1987. Il a représenté l’ancienne Tchécoslovaquie pour la première fois contre l’Ecosse en 1973, et au cours de 59 rencontres jouées avec la sélection nationale, il a marqué 18 buts. Il est devenu la vedette du Championnat d’Europe à Belgrade, justement grâce à un tir au but encore jamais vu, sa fameuse « panenka ». Il nous l’explique maintenant :

« Cela n’était pas difficile, mais personne n’avait encore tiré ainsi. J’ai inventé ce tir au but sur le stade des Bohemians, avec le très bon gardien Hruška. Il arrêtait toujours mes tirs, alors j’ai réfléchi et je me suis dit que si je faisais une frappe piquée en touchant légèrement le ballon, en plein milieu du but, le gardien qui plongera sur un côté n’aura plus le temps de revenir au centre. »

Et c’est ce qui se passa à Belgrade : en finale, contre l’Allemagne, Panenka avait la victoire « au bout de la chaussure » lors des tirs au but. Il ridiculisa véritablement le célèbre gardien allemand Sepp Maier avec sa « panenka » qui est entrée dans les annales du football mondial.

Josef Masopust et Antonín Panenka, photo: CTKJosef Masopust et Antonín Panenka, photo: CTK Dans l’édition de ce 2 décembre du quotidien gratuit Metro, Antonín Panenka affirme qu’il a horriblement peur des anniversaires, mais qu’il se doit de fêter dignement la soixantaine. Il devra la fêter plusieurs fois : avec sa famille, au café où il va, avec la Fondation des Internationaux et, naturellement au club des Bohemians. Antonín Panenka a aussi été décoré par le président de la République, à l’occasion de la fête nationale, le 28 octobre de cette année. Il n’est pas très courant de décorer les joueurs de football, mais il pense que c’est la reconnaissance de tout ce qu’il a fait et bien fait pour le football. Quand on lui demande quelle a été la plus forte impression de sa carrière, il répond tout simplement que c’était de pouvoir jouer ou même seulement rencontrer des joueurs tels que Bobby Charlton, Eusébio, Cruyff ou Beckenbauer, de pouvoir les considérer comme des partenaires. Antonín Panenka joue-t-il encore au foot ? Non, car depuis deux ans il a des problèmes avec les hanches. Par contre, il pratique le golf, le tennis et le tennis de table, tout comme d’autres sports où on ne bouge pas beaucoup comme les cartes ou le billard. Rappelons encore que Panenka a été l’un des meilleurs milieux de terrain de sa génération et qu’il n’est donc pas célèbre seulement grâce à son « coup » de Belgrade. Il figurait ainsi dans la sélection nationale médaille de bronze à l’Euro 1980 et a été sacré deux fois champion d’Autriche avec le Rapid de Vienne. En 1985, il a joué avec cette équipe la finale de la Coupe des vainqueurs de coupes.