Affaire Skripal : les deux suspects avaient déjà suivi l’ancien agent double en République tchèque en 2014

Nouveau développement dans l’affaire de l’empoisonnement de l’ancien agent double Sergueï Skripal et de sa fille, au Royaume-Uni, en mars dernier. Selon la Radio publique tchèque, les deux agents du renseignement militaire russe suspectés par la police britannique de cette tentative d’empoisonnement ont secrètement suivi Skripal lors d’un séjour en République tchèque en octobre 2014.

Alexandre Petrov et Ruslan Bochirov, photo: Metropolitan Police via AP/ČTKAlexandre Petrov et Ruslan Bochirov, photo: Metropolitan Police via AP/ČTK Début septembre, la Première ministre britannique Theresa May en a fait l’annonce officielle devant une Chambre des Communes silencieuse, à peine troublée par quelques murmures d’approbation. Les enquêteurs en sont persuadés : c’est l’agence de renseignement militaire russe (GRU) qui est responsable de l’attaque au gaz innervant Novitchok contre Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, via l’intervention de deux de ses agents, Alexandre Petrov et Ruslan Bochirov.

Au moment des faits déjà, on supposait que les deux hommes avaient voyagé à Salisbury sous des noms d’emprunt. Depuis, il a été établi par le site d’investigation britannique Bellingcat, avec son partenaire russe The Insider, qu’il s’agit en réalité respectivement d’Alexandre Michkine, un médecin militaire du GRU, et de son acolyte, le colonel Anatoli Tchepiga. Ce dernier a été décoré, en 2014, de la médaille des « héros de la Fédération de Russie », la plus haute distinction du pays, probablement par Vladimir Poutine. Tout cela est donc très éloigné de l’histoire des deux touristes russes en visite en Angleterre que les deux hommes ont racontée, pour leur défense, sur la chaîne de télévision russe RT.

Ces deux « entrepreneurs », comme ils se présentaient eux-mêmes, ont visiblement la bougeotte et une envie de découvrir l’Europe à deux, puisque selon la Radio tchèque, qui tient son scoop d’une source proche des services de renseignement tchèques, ils ont séjourné en République tchèque vers la mi-octobre 2014, voyageant alors sous leurs deux pseudos utilisés en mars dernier au Royaume-Uni. Janek Kroupa est le journaliste d’investigation de la Radio tchèque à l’origine de ces révélations. Il détaille :

Janek Kroupa, photo: Khalil Baalbaki, ČRoJanek Kroupa, photo: Khalil Baalbaki, ČRo « On est capables d’établir de manière assez précise les dates de leur séjour. L’homme qui a voyagé sous le nom de Ruslan Bochirov a séjourné en République tchèque au moins à partir du 11 octobre 2014. Quant au second, qui voyageait sous le pseudonyme d’Alexandre Petrov, il était dans un hôtel d’Ostrava entre le 13 et le 16 octobre, avant de partir à Prague. Il semblerait qu’ils soient restés dans le pays au moins toute la semaine. »

Les services secrets tchèques ainsi que la Centrale nationale de lutte contre le crime organisé, se sont ensuite intéressés au séjour des deux agents russes, mais aucune des deux institutions n’a souhaité s’exprimer sur le sujet. Janek Kroupa :

« Pas plus les services secrets que l’ambassade russe d’ailleurs n’ont souhaité nous répondre, donc nous ne connaissons pas la version officielle de la raison de leur séjour. Mais il semble assez clair que déjà à ce moment-là, ils surveillaient Sergueï Skripal qui aidait justement les services tchèques à identifier des espions russes. A l’époque, il existait déjà en Russie une équipe chargée du cas Skripal et ces deux hommes en faisaient partie. »

Sergueï Skripal, photo: public domainSergueï Skripal, photo: public domain Sergueï Skripal est arrivé en République tchèque à la mi-octobre 2014, soit peu de temps après l’entrée des deux agents russes dans le pays. Ancien espion russe, Sergueï Skripal avait commencé à travailler pour le MI6 dans les années 1990. En 2006, il avait été condamné en Russie à 13 ans de prison, avant d’être échangé en 2010 contre des espions russes retenus aux Etats-Unis. Exfiltré au Royaume-Uni, il a poursuivi son travail de renseignement pour Londres et collaboré avec les services secrets des pays baltes ou d’Europe centrale, dont la République tchèque :

« On ne peut pas dire que Skripal était ici à l’invitation des services secrets tchèques. Il collaborait avant tout avec les services britanniques qui, toutefois, travaillent de manière très étroite avec leurs homologues tchèques. On sait juste qu’il a aidé ces derniers. D’ailleurs, selon l’hebdomadaire Respekt, Skripal aurait déjà aidé à identifier des espions russes ici en 2012. Ce qui est intéressant, c’est que si vous mettez en parallèle les données et les dates, 2012 et 2014, avec la liste des espions russes expulsés du pays par la République tchèque, vous trouvez clairement un point d’intersection. »

Ces dernières années, la République tchèque a en effet procédé à plusieurs expulsions de citoyens russes de son territoire. Selon le serveur Neovlivni.cz, cinq de ces diplomates se sont retrouvés sans visa de travail « pour des raisons de sécurité » d’abord en 2012, puis trois autres en 2014. Ces expulsions se sont faites dans la discrétion. Et l’implication de Sergueï Skripal ne peut être supposée que par la concomitance des dates, comme le suggère Jan Kroupa, sans pour autant pouvoir être confirmée.