A Prague, le Bitcoin Coffee, le premier café au monde à n’accepter que des crypto-monnaies

Au cœur du 7e arrondissement de Prague se trouve un café un peu spécial dans lequel les consommations peuvent être réglées uniquement en crypto-monnaies. Rendues célèbres par l’avènement du Bitcoin, ces monnaies virtuelles sont particulièrement populaires dans la capitale tchèque, où un nombre croissant de commerces acceptent de les utiliser. Le Bitcoin Coffee n’en reste pas moins le seul au monde à pousser l’expérience aussi loin.

Photo: Site officiel du Bitcoin CoffeePhoto: Site officiel du Bitcoin Coffee Avant d’entrer dans le Bitcoin Coffee, situé dans la rue Dělnická, il faut d’abord trouver le grand immeuble noir de Paralelní Polis. Cette organisation de quelque quatre-vingt membres travaille sur différents projets d’expérimentation de nouvelles technologies dans un but de décentralisation du pouvoir. Leur objectif ? La crypto-anarchie, soit la construction d’un espace de liberté radicale sur le Web où, grâce à l’utilisation de la cryptographie, l’anonymat serait garanti et l’Etat ne pourrait plus intervenir. En nous faisant visiter les lieux, Jakub Souček, qui gère le Bitcoin Coffee, s’arrête devant quelques photographies et explique :

« Ce projet a été financé par le groupe d’artistes Ztohoven et c’est ce qui explique que nous soyons dans une situation particulière. De nombreux autres projets similaires au nôtre ont des ennuis, mais nous n’en avons pas parce qu’à chaque fois que nous devons nous battre avec l’Etat, le fait d’être financé par Ztohoven nous aide. »

Chaque photographie représente un des projets du groupe d’activistes et de hackers spécialistes du canular, dont l’un des objectifs est de déclencher des débats de société. Leur dernière action en date a été l’installation au Château de Prague d’un caleçon rouge à la place de l’étendard officiel du président de la République, en signe de protestation contre ses affinités avec Moscou et Pékin.

Photo: Brian KenetyPhoto: Brian Kenety Le Bitcoin Coffee se présente comme un café tout à fait habituel, l’ambiance est décontractée et à la décoration de style industriel. Seule une machine à l’entrée détonne : il s’agit d’un guichet automatique, qui permet d’acheter de la crypto-monnaie. Quatre crypto-monnaies différentes sont proposées en échange de couronnes tchèques. Jakub Souček détaille quelques-unes des différences entre ces monnaies alternatives :

« Le Bitcoin est la première crypto-monnaie décentralisée. Le Litecoin, c’est pratiquement la même chose, c’est un peu le petit frère du Bitcoin, un nouveau modèle. Le Monero est une autre crypto-monnaie très intéressante. C’est la première qui est vraiment anonyme, tandis que le Bitcoin, le Litecoin et toutes les autres monnaies dites ‘alternatives’ ne sont que pseudo-anonymes. Cela signifie qu’on peut accéder aux comptes, voir les sommes qui figurent dessus et toutes les transactions qui sont effectuées, mais qu’on ne sait pas qui envoie de l’argent à qui, ni quels sont les motifs des transactions. Tout ce que l’on peut voir, ce sont des chiffres. Avec Monero en revanche, on ne voit rien de tout cela. Tout est complètement anonyme. »

La particularité de ces monnaies est que leur cours repose uniquement sur la confiance de leurs utilisateurs et qu’aucune institution ne doit pouvoir intervenir pour les réguler. Il en existe une quantité limitée, qui s’échange entre les utilisateurs. Quentin, jeune français en visite à Prague, a choisi le Litecoin pour s’offrir un capuccino à 45 couronnes, soit 0.05 Litecoins.

Photo illustrative: EivindPedersen / Pixabay, CC0Photo illustrative: EivindPedersen / Pixabay, CC0 Si le Bitcoin Coffee est le seul au monde où les crypto-monnaies sont le seul mode règlement accepté, de nombreux autres bars et restaurants praguois acceptent eux aussi certaines d’entre elles, notamment le Bitcoin et le Litecoin. L’engouement est tel que Prague a été tout récemment désigné par le magazine Forbes comme la ville disposant du plus grande de commerces acceptant les Bitcoins dans le monde. Selon Jakub Souček, cette situation s’explique par la place qu’occupe la République tchèque dans la dynamique d’innovation dans le domaine des crypto-monnaies :

« De nombreux projets, très importants pour le monde des crypto-monnaies, sont basés à Prague. Par exemple, Trezor, un outil qui sert de portefeuille pour les crypto-monnaies, a été créé par un programmeur tchèque. Nous avons aussi General Bytes, le deuxième plus gros producteur de distributeurs de crypto-monnaies dans le monde, et bien sûr Paralelní Polis. »

A travers Bitcoin Coffee, Paralelní Polis tente de montrer par une expérience concrète qu’acheter et utiliser des crypto-monnaies n’a rien de compliqué, mais aussi qu’elles ne sont pas uniquement destinées aux grands investisseurs qui peuvent acheter plusieurs Bitcoins, dont la valeur unitaire dépasse les 5 000 euros.