« Maison Mozart », la villa Bertramka devient officiellement un monument culturel national

29-01-2019

« Le gouvernement a décidé ce lundi en conseil des ministres de classer la villa Bertramka parmi les monuments culturels nationaux. Un beau cadeau pour le 263e anniversaire de la naissance de W. A. Mozart » : dans ce tweet publié lundi soir, le ministre tchèque de la Culture Antonín Staněk ne cachait pas sa satisfaction de voir attribuer le plus protecteur des statuts à ce bâtiment du XVIIIe siècle, lié aux épisodes pragois de la vie et de l'oeuvre du grand compositeur.

La villa Bertramka, photo: Ludek, CC BY-SA 3.0La villa Bertramka, photo: Ludek, CC BY-SA 3.0

Que change ce nouveau statut ? D’abord le fait qu’en cas de problème l’Etat a désormais un droit de préemption pour se porter acquéreur. Ensuite, la possibilité de surveiller davantage les potentiels travaux et d’infliger de plus fortes amendes en cas de dégâts. D’ailleurs un précédent locataire de cette villa du quartier de Smíchov, qui y gérait un restaurant, y avait apparemment réalisé des changements peu respectueux du classicisme qui la caractérise.

Josefina DuškováJosefina Dušková Devenue propriété de l’association Mozart après un litige avec la mairie du 5è arrondissement de la capitale, la villa Bertramka est fermée au public depuis deux ans pour cause de travaux. Le fait qu’elle soit désormais un monument culturel national peut également faciliter et accélérer l’obtention de moyens financiers destinés à sa rénovation.

Elle est parfois appelée la Maison Mozart. Mais elle est encore connue comme la villa Bertramka, un nom lié à l’un de ses premiers propriétaires qui a transformé la modeste bâtisse d’origine en une luxueuse résidence d’été.

Les époux Dušek, František Xaver Dušek et Josefína Dušková, respectivement musicien et cantatrice, en ont fait l’acquisition en 1784, et quelques années après, Mozart a composé sa musique (le prélude de Don Giovanni ou encore l'air « Bella mia fiamma, addio ») dans cette maison, où il aurait fait plusieurs séjours entre 1787 et 1791.

Radio Prague avait fait un tour dans cette villa il y a quelques années quand elle était encore ouverte au public et à cette occasion avait rencontré Lenka Procházková, à l’époque directrice du musée aménagé dans plusieurs pièces :

La villa Bertramka, photo: CzechTourismLa villa Bertramka, photo: CzechTourism « Derrière la villa, où se trouve maintenant le jardin, il y avait des vignes et aussi des bâtiments de ferme. Il ne faut pas oublier que le centre de Prague, c'était le quartier du Théâtre Nostitz, alors que les environs de Bertramka, c'était vraiment la campagne. »

« Nous voilà dans la première salle d'exposition qui est aménagée comme la chambre de Josefina Dušková. Vous pouvez y voir les portraits des époux Dušek, des reproductions de partitions originales d'œuvres de Mozart, ainsi qu'une exposition d'instruments de musique du XVIIIe siècle. Il y a, parmi eux, notamment un cor de basset, instrument peu utilisé à l'époque, mais que Mozart faisait retentir dans ses opéras. »

Si certains poils font aussi la renommée du palais Topkapi à Istanbul, il faut souligner ici que treize cheveux ont fait la fierté des guides et l’admiration du public de la villa Bertramka avant sa récente fermeture.

La villa Bertramka, photo: VitVit, CC BY-SA 3.0La villa Bertramka, photo: VitVit, CC BY-SA 3.0 Lenka Procházková : « Après la mort de Mozart, ses deux fils ont passé un certain temps ici, à la villa Bertramka, comme l'a voulu leur mère Constance. Ils suivaient des cours de musique chez František Dušek. Il paraît que ces cheveux, ils les ont offerts à M. Němeček, auteur de la biographie de Mozart qui les a pris en charge à Prague. Mais ce n'est pas prouvé scientifiquement, ce n'est qu'une supposition... »

Cheveux de Mozart ou non, la villa Bertramka est dorénavant l’un des monuments culturels nationaux tchèques, au même titre que le Château de Prague ou le Pont Charles.

http://www.bertramka.eu/
Pour une liste plus exhaustive des monuments culturels nationaux: https://www.pamatkovykatalog.cz/

29-01-2019