TV Nova est à nouveau la propriété des Américains de CME

Le groupe audiovisuel Central European Media Entreprises (CME) du milliardaire Ronald Lauder est, depuis cette semaine, le nouvel acquéreur de la chaîne de télévision privée, TV Nova. CME n'est pas un acquéreur comme les autres, puisque le groupe américain reprend le contrôle d'une chaîne maintenant placée parmi les plus lucratives d'Europe, alors qu'il l'avait financée à ses débuts avant de s'en faire déposséder il y a cinq ans.

Photo : CTKPhoto : CTK Aujourd'hui Ronald Lauder, fils d'Estée Lauder et héritier de la marque cosmétique du même nom, est donc revenu à la charge et a raflé la mise, alors que les pronostics voyaient le groupe allemand Bertelsmann bien placé pour emporter le gâteau que représente la principale chaîne privée tchèque.

Pour l'ambassadeur des Etats-Unis à Prague, William Cabaniss, il s'agit là du « plus important investissement direct américain dans l'histoire de la République tchèque ». Un investissement de 642 millions de dollars qui, selon lui, « montre que les investisseurs ont de nouveau confiance dans la stabilité du pays. »

Outre-atlantique, les analystes ont pourtant du mal à comprendre la stratégie de Ronald Lauder. Steve Farley par exemple, directeur du groupe financier Farley Capital, était très dubitatif lors de la vidéo-conférence organisée, lundi, par CME :

« La chaîne vous appartenait, elle vous a été volée. Un tribunal d'arbitrage vous a accordé environ 360 millions de dollars de compensation, et maintenat vous la rachetez pour une somme astronomique. Si vous faisiez ce genre de transactions avec toutes vos chaînes, vous feriez rapidement faillite. Etant donné que vous vous êtes déjà fait avoir une fois en République tchèque, qu'est-ce qui vous fait penser que cela n'arrivera pas une deuxième fois ? »

Effectivement, l'aventure de CME - qui possède d'importantes parts dans des chaînes privées de plusieurs autres pays d'Europe centrale et orientale - à Prague ne fut pas un parcours de santé. Ronald Lauder a même acheté des pages de publicité dans des journaux économiques pour dire tout le mal qu'il pensait de la République tchèque, « pays où les investisseurs étrangers ne sont pas respectés ». En raison de profonds désaccords avec l'ancien directeur de TV Nova, le controversé Vladimir Zelezny, CME s'était retiré du capital de la chaîne avec fracas, obtenant la somme dont parle Steve Farley après le recours à un arbitrage international. Une somme payée par l'Etat tchèque et ses contribuables, alors que Vladimir Zelezny, pressé de démissioner, entamait une fulgurante carrière politique. D'abord élu sénateur dans une circonscription du fin fond de la Moravie, l'immunité parlementaire lui a rapidement été retirée par un vote de ses pairs à la Chambre haute. Peine perdue, celui que l'on soupçonne, entre autres, de fraude fiscale jouit désormais de l'immunité parlementaire européenne depuis son élection en juin dernier avec 23 autres eurodéputés tchèques. La levée de sa nouvelle immunité est néanmoins déjà à l'étude à Bruxelles et Strasbourg. Mais c'est une autre histoire.

Le motif du retour de CME en République tchèque est simple : comme l'explique Michael Garin, le directeur exécutif de CME, le succès de TV Nova est l'un des plus retentissants en Europe, avec un taux d'audience quotidien de plus de 43% en moyenne. L'année dernière, TV Nova a absorbé près des trois quarts du marché publicitaire national.

Le grand gagnant de cette nouvelle transaction est sans conteste Petr Kellner, l'homme le plus riche du pays, président du groupe PPF. Il vient de réaliser une très belle affaire en vendant ses parts dans TV Nova à CME, quelques années à peine après les avoir acquises : les spécialistes parlent d'un profit net de 8 milliards de couronnes. Romana Tomasova est la porte-parole du groupe PPF :

« CME a proposé le meilleur prix, tout en permettant à PPF de rentrer dans son capital, à hauteur de 14%, et d'avoir ainsi un pied dans le secteur difficile des médias en Europe centrale et orientale. Pour nous, c'est important, car CME est actif dans des pays où PPF n'était pas encore présent. Nous leur avons vendu 85% du capital du groupe TV Nova. Font partie de ce groupe deux sociétés, Ceska Sprodukcni et Vilia. Cette dernière est actionnaire principal de CET 21, propriétaire de la licence audiovisuelle, et à Ceska Produkcni appartient Mag Media 99, la régie publicitaire ».

Et à l'heure où le pays se prépare à l'une de ses plus importantes privatisations, celle de Cesky Telecom, de nombreux experts financiers voient désormais le groupe financier PPF en très bonne position. Contactée par Radio Prague, Romana Tomasova préfère rester évasive :

« Evidemment, nous suivons et analysons toutes les opportunités, non seulement du côté de Cesky Telecom, mais aussi sur les marchés de l'Est. Nous souhaitons aussi nous implanter en Chine et en Russie, mais aujourd'hui, il est trop tôt pour dire où nous allons investir. »