Prix des femmes entrepreneures

Zdeňka Heyn Edlová de la société Lubricant a été sacrée, jeudi, à Prague, meilleure femme tchèque entrepreneure de l’année 2018 à l’issue d’un concours organisé par l’agence Helas. Elle a été primée dans la catégorie des grandes entreprises qui ont un chiffre d’affaires annuel supérieur à 80 millions de couronnes (3 millions d’euros).

Zdeňka Heyn Edlová (à droite) a été sacrée meilleure femme tchèque entrepreneure de l'année 2018, photo: ČTK/Ocenění českých podnikatelekZdeňka Heyn Edlová (à droite) a été sacrée meilleure femme tchèque entrepreneure de l'année 2018, photo: ČTK/Ocenění českých podnikatelek Présente sur les marchés tchèque, slovaque et polonais, l’entreprise Lubricant se spécialise dans la vente de lubrifiants industriels, d’huiles, de graisses ou encore de liquides technologiques. Parmi les autres lauréates de la 11e édition du concours figurent Ilona Kalová de la société de transport et logistique Kala Trans et Pavla Polišenská de l’entreprise Ice Café basée à Luhačovice, en Moravie. Les deux femmes ont été récompensées dans les catégories de petites et moyennes entreprises.

Les lauréates ont été sélectionnées parmi plus de 28 000 candidates, dont 120 ont accédé en finale. Plus de 70% des finalistes exercent une activité d’auto-entrepreneure depuis plus de dix ans. Une finaliste sur quatre est créatrice d’une entreprise basée à Prague.

« Cette année encore, notre concours a démontré que les meilleures femmes entrepreneures s’orientaient notamment vers le commerce et les services (62% des finalistes), ainsi que vers la production (16,5%), les métiers de la construction (13%) ou encore vers le transport et la logistique (10%) », a précisé Helena Kohoutová, initiatrice de ce projet qui valorise l’entrepreneuriat des femmes. Selon elle, les femmes créatrices des entreprises privilégient également les secteurs de l’éducation, de la santé, de la gastronomie, de l’industrie alimentaire et du tourisme.

Pour pouvoir participer au concours de l’agence Helas, patronné par le ministère de l’Industrie et du Commerce, les femmes entrepreneures doivent travailler à leur compte pendant au moins quatre ans et enregistrer un chiffre d’affaires minimum de 10 millions de couronnes (386 000 euros).

En République tchèque, les femmes entrepreneures seraient 730 000 sur un total de 2,1 millions de personnes enregistrées comme étant à leur compte, selon les chiffres publiés en 2017 par la société CRIF (Czech Credit Bureau).