Les recettes des accises sur le tabac en baisse

13-08-2018

Malgré la forte croissance de l’économie tchèque enregistrée ces dernières années, le ministère des Finances a constaté une diminution des recettes fiscales consécutive à la hausse des accises sur le tabac, introduite en 2016.

Photo illustrative: klimkin, Pixabay / CC0Photo illustrative: klimkin, Pixabay / CC0 Au cours des sept premiers mois de 2018, les recettes fiscales provenant de la vente de produits de tabac ont baissé de 340 millions de couronnes (13,2 millions d’euros), comparé à la même période de l’année précédente. Pour la ministre des Finances Alena Schillerová, cette diminution est probablement due à l’entrée en vigueur de la loi anti-tabac, interdisant la cigarette dans les bars et restaurants, ainsi qu’à l’utilisation de plus fréquente de produits de tabac chauffé, qui ne sont pour l’instant pas taxés.

Le ministère des Finances constate néanmoins une importante croissance des recettes liées aux impôts, qu’il s’agisse de l’impôt sur le revenu, de la TVA ou d’impôt sur les sociétés.

Cette année, le gouvernement compte sur plus de 55 milliards de couronnes (2,1 milliards d’euros) de recettes fiscales provenant de la vente de produits de tabac. D’ici la fin de l’année, les députés et sénateurs devraient décider de la taxation de produits de tabac chauffé qui représente, après la cigarette électronique, une nouvelle alternative, moins nocive paraît-il, pour les fumeurs. Le projet de loi en question a été adopté, en juin dernier, par le gouvernement.

Selon les données publiées au printemps 2018 par l’Institut national de la santé, 3,5% des fumeurs tchèques, soit environ 70 000 personnes, ont abandonné la cigarette au cours du deuxième semestre de 2017. « Parmi les Tchèques âgés de plus de 15 ans, on dénombre à présent près de 24,25% de fumeurs », a indiqué Eva Králíková, directrice du Centre pour l’addiction au tabac de l’Université Charles à Prague.

13-08-2018