Le PIB par habitant tchèque continue de se rapprocher de la moyenne de la zone euro

Le PIB par habitant en République tchèque s'élèvera l'année prochaine à 85 % de la moyenne des dix-neuf pays de la zone euro, selon une analyse macroéconomique menée par le ministère des Finances. Ce sera un point de plus que cette année et deux de plus que l’année dernière…

Photo: Commission européennePhoto: Commission européenne Ce n’est pas tant une surprise qu’une confirmation : la richesse de la République tchèque continue de se rapprocher de celle moyenne affichée par l’ensemble des pays de la zone euro. Elle fait mieux que des pays comme la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie ou le Portugal.

Ce niveau économique relatif croissant, les Tchèques, qui figurent en tête de tous les pays de l’ancien bloc soviétique, le doivent d’abord à la stabilité de la croissance économique du pays depuis plusieurs années déjà. L’indicateur avait connu une stagnation lors de la crise économique apparue en 2008, se maintenant aux alentours de 77 %. Il augmente toutefois régulièrement depuis 2013 et la reprise de l’activité.

Le ministère des Finances indique également que, à l’exception de l’Italie, du Portugal, de la Grèce et de la Slovaquie, seul pays du groupe de Visegrád à avoir adopté la monnaie unique européenne, le PIB par habitant en termes de parité de pouvoir d’achat a augmenté dans tous les autres pays pris en considération dans l’étude.

Le niveau des prix en République tchèque a atteint 66 % de la moyenne de la zone euro et devrait grimper jusqu’à 71 % en 2019. « La croissance de cet index ne devrait cependant pas nuire à la compétitivité de l’économie nationale », estime le ministère.