Le marché de l’édition se porte plutôt bien

21-11-2017

Les Tchèques ont dépensé pas moins de 7,8 milliards de couronnes en 2016, quelque 310 millions d’euros. Un chiffre qui affiche une progression de 4 % en comparaison avec l’année précédente selon les données publiées ce mardi dans le rapport annuel de l’Association des libraires et des éditeurs tchèques (SČKN). Le marché de l’édition se porte donc plutôt bien mais connaît certaines évolutions.

Photo: Eva TurečkováPhoto: Eva Turečková Cela fait ainsi dix ans qu’il n’y avait pas eu aussi peu de livres publiés en République tchèque. D’après les chiffres de la Bibliographie nationale tchèque, 15 500 nouveaux titres ont été édités en 2016. C’est tout de même 1 100 de moins que l’année précédente. Président de la SČKN, Martin Vopěnka estime qu’il y a notamment eu beaucoup moins de publications très spécialisées, ainsi que de manuels universitaires, une tendance qu’il n’hésite pas à qualifier « d’alarmante ».

Parallèlement à cette évolution, les ventes de livres électroniques ont continué leur rapide progression. Plus d’un million ont été vendus en 2016 pour un volume des dépenses atteignant 118 millions de couronnes, environ 4,6 millions d’euros. Pour autant, et même s’il a connu une croissance supérieure à 12 % l’an dernier, le marché du livre électronique ne représente encore que 1,5 % de l’ensemble du marché.

Autre secteur à connaître un développement accéléré, celui du livre audio. Les chiffres sont d’ailleurs spectaculaires puisque la croissance en 2016 a pratiquement atteint 40 %, avec un chiffre d’affaires désormais comparable à celui du livre électronique.

Le rapport de la SČKN apporte enfin des informations sur le prix des livres. Celui-ci a eu tendance à baisser. En moyenne, il fallait débourser 261 couronnes en 2016 pour se procurer un livre. L’année précédente, il fallait réussir à trouver treize couronnes supplémentaires pour le même objet.

21-11-2017