Le gouvernement valide la hausse des prestations familiales

Les prestations familiales, la somme d’argent qui est versée à un parent lors d’un congé parental, vont augmenter de 80 000 couronnes (environ 3 100 couronnes) à partir du premier janvier 2020. La mesure, prévue dans l’accord de coalition et soutenue par tous les partis à la Chambre des députés, a cependant été l’objet d’un débat entre la social-démocratie et le mouvement ANO sur ses modalités d’introduction.

Photo illustrative: sathyatripodi / Pixabay, CC0Photo illustrative: sathyatripodi / Pixabay, CC0 Plusieurs variantes étaient sur la table. L’idée d’une augmentation en deux temps, d’abord de 40 000 couronnes dès le début de l’année prochaine, puis une seconde fois d’ici à la fin du mandat gouvernemental, était soutenue par l’équipe de la ministre du Travail et des Affaires sociales, la sociale-démocrate Jana Maláčová. Mais sa collègue du ministère des Finances, Alena Schillerová, ne voyait pas d’un bon œil ce scénario, avec une hausse sur laquelle ne table pas le projet de budget pour l’exercice 2019.

Un compromis a donc été trouvé, ainsi que l’a rapporté dimanche le service d’informations de la Télévision publique tchèque. « Augmentons donc les prestations familiales en une fois, comme nous l’avons promis aux électeurs, de 80 000 couronnes. Mais cela veut dire que cela sera à partir de 2020 », a finalement proposé Jana Maláčová. Voilà qui a satisfait Alena Schillerová, qui désirait que son ministère ait le temps de préparer le changement.

Actuellement, la somme versée à un parent en congé parental est de 220 000 couronnes (8 500 euros). Elle sera donc de 300 000 couronnes en 2020 (11 600 euros).

La mesure figurait dans l’accord de coalition trouvé entre le mouvement ANO et le parti social-démocrate mais tous les partis représentés à la Chambre basse du Parlement la soutiennent. Il faut dire que ces prestations familiales n’ont pas été augmentées depuis plus de dix ans.

Même le parti civique-démocrate ODS, généralement opposé à la hausse des prestations sociales, ne compte pas s’opposer au gouvernement d’Andrej Babiš sur ce point. « Nous sommes pour l’augmentation des prestations familiales et nous ferons pression sur le gouvernement pour qu’il le fasse. Mais pour qu’il le fasse sans pour autant augmenter le déficit du budget de l’Etat », a indiqué Jan Skopeček, le président du groupe parlementaire ODS.