La ville de Prague veut lancer un système de voitures électriques en autopartage

La ville de Prague va lancer deux appels d’offre pour mettre sur pied un système de voitures électriques en autopartage, l’un pour la construction de stations de rechargement, l’autre pour la gestion du service.

Photo illustrative: Michal Malý, ČRoPhoto illustrative: Michal Malý, ČRo Alors qu’Autolib’ à Paris n’existe plus depuis fin août, la ville de Prague espère pouvoir mettre en place un système de voitures électriques en autopartage sous d’ici 2020. L’objectif affiché : proposer aux Pragois une alternative aux transports en commun publics, à l’utilisation de sa propre voiture ou aux services de taxi classiques ou de type Uber. Autre ambition : augmenter le nombre de voitures électriques dans la capitale tchèque et améliorer la qualité de l’environnement.

La mairie de Prague a ainsi lancé deux appels d’offre à cet effet. Ce sont en tout 600 voitures électriques en autopartage qu’elle espère ainsi mettre en place dans les rues de la capitale, pour un total de 191 millions de couronnes. Selon diverses analyses Prague accuse un retard de dix ans par rapport à d’autres métropoles occidentales dans la mise en place d’un tel service de partage.

A l’heure actuelle, trois sociétés privées proposent des véhicules en autopartage à Prague, mais pas de voitures électriques.

Un service de partage de vélos existe également : la société Rekola gère un parc de vélos roses dans toute la capitale, tandis qu’une société chinoise opère dans le VIIe arrondissement en y proposant des vélos jaunes. Par le passé, la mairie de Prague avait lancé un appel d’offre à hauteur de 100 millions de couronnes pour mettre en place un système municipale de service de partage de vélos. Un projet annulé par la suite en raison de différentes irrégularités décelées par un office de contrôle des contrats publics.