La formation aux entreprises, secteur en plein essor en République tchèque

08-10-2010

La formation aux entreprises est un secteur en plein essor en République tchèque. Radio Prague a interrogé Etienne Auguste-Dormeuil, de la société Pragoeduca.

Photo: PragoeducaPhoto: Pragoeduca « Pragoeduca est une société privée de formation aux entreprises. Nous appartenons au groupe français Demos, leader européen du secteur. Nous nous occupons de mettre en place les produits de cette société à destination des entreprises tchèques et des sociétés internationales, qu’elles soient françaises ou autres. Notre cœur de métier est axé sur quatre orientations : les formations interentreprises, l’e-learning, les formations sur mesure et les conseils en management. »

Quel type de formation proposez-vous ?

 « Pour les formation interentreprises, nous avons un catalogue vaste de plus de 2000 formations, qui comprend par exemple les formations de leadership, de négociations, de finance, de management de projets. Nous avons également des formations sur mesure qui répondent aux besoins des entreprises clientes, ainsi que l’e-learning, en plein essor. »

Pouvez-vous nous donner quelques exemples concrets ? S’agit-il de cours de langues, des cours de management ?

 « Les formations sont assurées grâce au réseau de consultants extérieurs, issus du monde professionnel pour apporter des cas pratiques ou issus du monde académique pour apporter une certaine pédagogie. Par exemple, pour une formation délivrée pour une banque – c’était une formation sur mesure – il s’agissait de former les salariés au contact avec la clientèle, à la gestion des clients agressifs, pour maîtriser les comportements agressifs de ces clients dans les agences. La formation était assurée par un consultant qui enseignait comment avoir les bons réflexes, écouter le client mais également savoir lui répondre tout en préservant des relations saines et durables entre le client et la banque dans l’avenir. »

Quels sont les types de formations qui sont les plus demandées en République tchèque ? S’agit-il de cours de langues étrangères, de relation aux clients… ?

 « Les formations les plus demandées concernent tout ce qui est leadership, à destination des managers, pour apprendre à manager des expatriés ou des salariés tchèques. Nous avons également des formations pour la négociation, les ventes, la finance, ou le management de projets, qui est un domaine assez vaste. »

Vous travaillez beaucoup avec l’international. Comment se passe le management interculturel ?

 « Il n’y a pas de grande différence dans la manière de former les salariés. Tout se fait dans le choix des consultants. »

Photo: Commission européennePhoto: Commission européenne Avec le cas de la société France Telecom en France, les méthodes de management sont de plus en plus critiquées et remises en cause. Faites-vous attention à ne pas imposer et enseigner des méthodes de management agressives qui peuvent avoir ces conséquences dramatiques ?

 « Concernant le management et les dérives du management, je ne sais pas si on peut nous mettre en cause dans la mesure où nous répondons seulement aux besoins des entreprises. Nous construisons nos formations sur quatre points : la stratégie de l’entreprise en question, la manière dont elle travaille, les outils et les systèmes qu’elle utilise et enfin autour du salarié et de l’homme. Former les salariés doit répondre à des soucis d’efficacité, que ce soit à court terme ou à long terme. »

Avez-vous beaucoup de concurrents en République tchèque ? Ce secteur de formation aux entreprises est-il de plus en plus important ?

 « Effectivement, il est de plus en plus important. Dans la mesure où la République tchèque doit rattraper son retard par rapport à la moyenne de l’Union européenne, le secteur est en plein essor. Le rachat de Pragoeduca par Demos est une réponse à ce fort potentiel en République tchèque. »

Photo: PragoeducaPhoto: Pragoeduca Y a-t-il beaucoup d’autres entreprises de formation ? Comment se présente le marché ?

 « Le marché compte des entreprises internationales, européennes, mais aussi un bon nombre de petites entreprises tchèques qui répondent à des besoins spécifiques. »

08-10-2010