La croissance de l’économie tchèque a ralenti au second trimestre

2,4 %, c’est l’augmentation sur un an du PIB tchèque au second trimestre 2018. La croissance a ralenti par rapport au trimestre précédent, où elle s’était élevée à 4,2 %. Telles sont les données actualisées annoncées ce vendredi par l’Office tchèque des statistiques (ČSÚ). Avec une situation de plein emploi et de manque de main d’œuvre, les performances de l’économie tchèque ne peuvent guère être meilleures.

Photo illustrative: Pong, FreeDigitalPhotos.netPhoto illustrative: Pong, FreeDigitalPhotos.net D’après l’institution responsable des statistiques en République tchèque, cette croissance a surtout été portée par la demande intérieure et par les exportations. Les investissements des entreprises du privé ont également été significatifs, en particulier pour la machinerie. Le ČSÚ note également un accroissement des dépenses dans les transports, aussi bien du côté du privé que de celui des communes et des régions.

De leur côté, les ménages ont davantage dépensé pour se procurer des biens et des services. « Le résultat de l’évolution positive de l’économie, c’est que, au deuxième trimestre, il y avait en République tchèque 101 000 personnes de plus qui travaillaient par rapport à l’année dernière », a remarqué Vladimír Kermiet, responsable de l’un des départements de l’Office tchèque des statistiques.

La hausse de la consommation des ménages s’explique par le très faible niveau du chômage en lien avec la hausse la plus importante du salaire réel depuis une quinzaine d’années.

D’après les analystes économiques cités par l’agence de presse ČTK, les chiffres publiés ce vendredi indique que la croissance de l’économie tchèque devrait s’établir aux alentours de 3 % cette année. Ils soulignent que le pic de croissance est passé pour la République tchèque.