Hausse du prix de la bière

Deuxième plus grand producteur de bière en République tchèque, Staropramen a annoncé une augmentation de 3,2% de sa bière à compter du 1er novembre prochain.

Photo: Stephanie Chapman, CC BY 2.0Photo: Stephanie Chapman, CC BY 2.0 Après la célèbre brasserie Plzeňský Prazdroj, leader du marché, qui a augmenté de 3,7 % le prix de sa bière à compter du 1er octobre, c’est à la brasserie Staropramen à faire de même. Les prix de ses bières à la pression devraient augmenter de 0,6, voire de 1,4 couronnes (0,054 euros) pour une pinte de bière Staropramen. Il s’agit de la deuxième hausse des tarifs à laquelle Staropramen a procédé cette année, après l’augmentation, au printemps dernier, du prix de sa bière en bouteille et en canette.

D’après le porte-parole de la brasserie, Pavel Barvík, cette hausse est due à l’augmentation du prix des matières premières, du houblon et de l’orge, mais également des énergies.

D’autres brasseries, dont Budějovický Budvar, envisagent également une hausse de leurs tarifs.

En 2017, les brasseries Staropramen ont vendu 3,1 millions d’hectolitres de boisson houblonnée, soit une augmentation interannuelle de 6 000 hectolitres. Les exportations de la bière Staropramen ont également connu une hausse de 10%, pour s’élever à 1,9 millions d’hectolitres. En revanche, les ventes de la marque sur le marché tchèque ont baissé de 7 000 hectolitres par rapport à l’année 2016.

Après cinq années de croissance, la production brassicole du pays a baissé de 0,7% en 2017, pour s’élever à 20,32 millions d’hectolitres de bière. Cela s’explique essentiellement par un recul de la consommation des Tchèques de leur boisson nationale. Les ventes des brasseries tchèques sur le marché national ont baissé de 2,1% en 2017 (16,04 millions d’hectolitres), tandis que les exportations du breuvage ont augmenté de 4,5%.