Hausse des salaires et licenciements : la Poste tchèque se restructure

07-03-2019

Česká pošta (La Poste tchèque) va réduire de 15 % le nombre de ses employés qui occupent des fonctions dans le management et l’administration. Parallèlement à cela, l’institution publique prévoit d’augmenter de 10 % les salaires de ses employés.

Photo: Filip Jandourek, ČRoPhoto: Filip Jandourek, ČRo Ces deux mesures ont été annoncées par le ministre social-démocrate de l’Intérieur, Jan Hamáček, après une réunion extraordinaire du conseil de surveillance de la Poste, qui emploie plus de 30 000 personnes. Ces licenciements de quelque 150 employés devraient permettre à celle-ci d’économiser quelque 120 millions de couronnes par an (4,7 millions d’euros).

Actuellement, le montant du salaire brut mensuel moyen des employés de la Poste s’élève à 24 900 couronnes (près de 970 euros), soit un peu plus de 7 000 couronnes de moins (près de 275 euros) que le montant du salaire moyen pour l’ensemble de la population.

Les dirigeants de la société publique espèrent ainsi stopper la fluctuation de son personnel. Son taux s’est élevé à 26 % l’année dernière et devrait être de l’ordre de 28 % cette année. Si les représentants des syndicats ont indiqué se contenter pour cette fois de cette valorisation de 10 % - alors qu’ils réclamaient initialement une augmentation minimale de 3 000 couronnes (115 euros) -, ils entendent néanmoins engager des négociations pour une nouvelle hausse dès l’année prochaine.

Estimant que l’Etat est en grande partie responsable de la situation économique de la Poste tchèque, les syndicats ont adressé une lettre ouverte au Premier ministre Andrej Babiš dans laquelle ils appellent le gouvernement à soutenir la restructuration de la Poste, dont l’objectif est de faire en sorte que le bilan de la société ne soit plus déficitaire d’ici à trois ans.

L’année dernière, la Poste tchèque exploitait quelques 3 200 bureaux dans l’ensemble du pays, parmi lesquels de nombreux sont déficitaires.

07-03-2019