En 2017, les Tchèques ont dépensé pour huit milliards de couronnes de livres

Huit milliards de couronnes, c’est la somme dépensée par les Tchèques en 2017 pour des livres. Il s’agit là d’une hausse de 200 millions par rapport à l’année précédente, d’après le rapport annuel de l’Union des libraires et éditeurs tchèques. En 2017, la tendance au renforcement des grosses entreprises d’édition ou les chaînes de librairies s’est poursuivie. Mais également celle qui voit le nombre de titres publiés chuter.

Photo: Eva TurečkováPhoto: Eva Turečková Le rapport annuel de l’Union des libraires et éditeurs tchèques relève qu’en 2017 les ventes de livres audio et électroniques ont augmenté de 14%. Pour la première fois, plus d’un million de livres électroniques se sont vendus, mais ces derniers ne représentent toutefois que 1,5% de l’ensemble du marché du livre.

Le nombre de titres en vente tend à baisser depuis deux ans. Actuellement, on en compte 15 000 sur le marché, tandis qu’il y a quelques années, leur nombre s’élevait à 17 000.

D’après Martin Vopěnka, le président de l’Union des libraires et éditeurs tchèques, la baisse du nombre de titres publiés est une mauvaise nouvelle. Elle peut être due à la reproduction illégale qui, selon lui, est dévastatrice notamment dans le domaine de la littérature éducative.

Par exemple, en 2017, seuls 856 titres de manuels scolaires et universitaires ont été publiés, contre 1 172 en 2016. La plupart des maisons d’édition universitaires ont d’ailleurs réduit la quantité de leurs publications.

L’an dernier, le marché du livre tchèque a vu le plus faible nombre de parutions d’ouvrages littéraires depuis 2013. En 2017, les libraires ont reçu 4 985 titres, tandis qu’en 2016, on en comptait 5 559. L’an dernier encore, 1 844 livres pour enfants sont sortis en librairie, contre 2 157 en 2016.