Difficile année 2015 pour les agriculteurs tchèques

09-03-2016

Les agriculteurs tchèques accusent une année 2015 très difficile. Leurs recettes auraient baissé de moitié. Ils mettent en cause la concurrence étrangère, qui causerait une importante pression à la baisse sur les prix, en plus de récoltes moindres en raison de conditions climatiques exceptionnelles.

Photo: Archives de Radio PraguePhoto: Archives de Radio Prague L'année 2015 a en effet été marquée par une sécheresse d'une grande intensité qui a été synonyme de baisse des rendements pour les exploitants agricoles. La récolte de maïs a par exemple été de moitié inférieure à celle de 2014, excellente année au niveau des récoltes au demeurant. L'aridité des sols a également eu un impact négatif sur les cultures de pommes de terre, sur le houblon ou encore sur les vignes.

Des régions comme la Bohême du Sud accusent particulièrement le coup. Une partie des fruits récoltés n'a pas atteint la taille requise et a donc été vendue, à un prix plus faible, pour l'industrie agroalimentaire ou sur des marchés étrangers.

Président de l’Union des agriculteurs tchèques, Martin Pýcha cite également la baisse du prix de la viande de porc et du lait qui met les producteurs dans des situations très délicates : "Nous sommes dans une situation critique, avec des prix à un niveau inférieur aux coûts de production et qui continuent à baisser. Cela est causé par un problème de surproduction, liée à l'interdiction des exportations vers la Russie et, dans le cas du lait, à la fin des quotas laitiers. Il y a un problème de surproduction en Europe et il est difficile de trouver des débouchés."

Ainsi de nombreux exploitants, et en particulier les plus petits, seraient menacés de faire faillite. Les éleveurs ne seraient pas en mesure de concurrencer la viande importée. Chaque année, l'Allemagne exporte 130 000 tonnes de viande de porc vers son voisin tchèque, soit environ la même quantité de porc exportée annuellement par la République tchèque.

Pour ce qui est du lait, les producteurs sont contraints en moyenne de vendre leur production une couronne en dessous du coût de production.

09-03-2016