Bilan Czech Invest 2009 : des investissements en baisse mais de meilleure qualité

05-02-2010

L’agence d’Etat Czech Invest a publié la semaine dernière son bilan 2009, intitulé « moins de projets, haute technologie ». Nous avons rencontré à cette occasion Eva Tomanová, qui est chef des représentations étrangères de Czech Invest, et qui nous offre un panorama de l’évolution des investissements en République tchèque ces dernières années.

Nous sommes au siège de Czech Invest, dans le centre de Prague. Czech Invest est une agence d’Etat qui s’occupe des investissements étrangers en République tchèque ou peut-être des investissements tchèques à l’étranger ? Pouvez-vous nous expliquez de quoi il s’agit ?

 « On aide les investissements étrangers à s’implanter en République tchèque, mais on aide aussi les investisseurs tchèques à développer leur business ici en République tchèque. »

Quels sont les services que vous offrez ?

Photo: Czech InvestPhoto: Czech Invest « Il y a beaucoup d’aides à l’investissement, surtout des aides financières, des aides d’Etat, sous forme d’incitations aux investissements, ainsi que les aides de l’Union européenne qui vient des fonds structurels. »

Czech Invest vient de présenter un bilan de l’année 2009 en termes d’investissement. Quelles en sont les grandes lignes ?

 « Bien que la situation mondiale soit difficile actuellement, il y a eu des succès en République tchèque car nous avons attiré 186 nouveaux investisseurs. La majorité d’entre eux sont des investisseurs tchèques, avec des investissements financés dans la plupart des cas par les fonds structurels de l’Union européenne. Mais il y a aussi eu beaucoup d’investisseurs des Etats-Unis et de l’Allemagne, qui sont les pays qui, traditionnellement, investissent le plus en République tchèque. »

Cela veut-il dire qu’il y a eu plus d’investissements en 2009 qu’en 2008 ? N’y-a-t-il pas une baisse des investissements en général ?

Photo: Czech InvestPhoto: Czech Invest « Il y a eu une baisse, à cause de la crise mondiale. On a aussi attiré moins d’investisseurs en ce qui concerne le montant des investissements mais la qualité de ces investissements est bien meilleure. »

De quoi s’agit-il ? Quels sont les secteurs qui attirent le plus d’investissements actuellement ?

 « La majorité des investissements se fait maintenant dans le secteur du développement de logiciels, ce qui est très intéressant. Par contre, les investissements dans le secteur de l’industrie ne sont plus aussi importants qu’il y a deux ou trois ans. »

On voit dans les données statistiques qu’il y a eu un grand bond en matière d’investissements en 2004, quand la République tchèque est entrée dans l’Union européenne, puis une croissance, mais ces investissements sont en train de tomber ou de stagner. Qu’est-ce que Czech Invest peut faire pour contrecarrer cette situation ?

Photo: Czech InvestPhoto: Czech Invest « On essaie toujours d’améliorer le climat d’investissements. Par exemple, l’imposition a baissé et aujourd’hui, les impôts sur les sociétés s’élèvent à 19%. L’année dernière, c’était 20% et en 2008 c’était 21%. Donc c’est une bonne amélioration. Et on aide toujours les investisseurs à toucher les subventions, soit de l’Etat, soit de l’UE. On sait déjà qu’il n’y aura pas autant d’investissements qu’il y a deux ou trois ans, mais il s’est passé la même chose en Irlande par exemple il y a dix ou quinze ans. C’est assez naturel qu’il se passe la même chose en République tchèque. Mais ce qui est important, c’est que la qualité des projets s’améliore, et qu’il s’agisse de projets dans la recherche et le développement. C’est ça qui nous intéresse. »

Vous parlez d’investissements dans la recherche et dans les nouvelles technologies, dans les services. S’agit-il d’investissements tchèques ou étrangers ?

Photo: Czech InvestPhoto: Czech Invest « La majorité sont des investissements tchèques mais il y a aussi des investissements étrangers. Par exemple, nous pouvons parler du cas d’Olympus, qui a commencé ici en République tchèque avec la réparation des appareils photos. Et aujourd’hui, ils ont investi dans la réparation et dans la production d’endoscopes, pour le secteur médical. »

Ces investissements tchèques dans le domaine des nouvelles technologies sont-ils un bon signe pour l’économie tchèque ?

 « Bien sûr, on essaie depuis plusieurs années d’atteindre ce niveau et on peut dire qu’on y a réussi, l’année dernière au moins. On veut continuer sur cette tendance l’année prochaine aussi. »

La vitalité des Tchèques dans le domaine des nouvelles technologies est-il un bon argument pour aider les investissements tchèques à l’étranger ? Et est-ce le rôle de Czech Invest d’aider les investisseurs tchèques à l’étranger ?

Photo: Czech InvestPhoto: Czech Invest « Czech Invest a commencé un programme qui aide les nouvelles entreprises à s’installer pour quelques mois, trois mois exactement, dans la Silicon valley, ce qui peut aider ces entreprises à trouver ensuite des financements, des capitaux privés. C’est un exemple de la façon dont nous aidons les entreprises tchèques à l’étranger. Mais normalement, Czech Invest est ici pour attirer les investisseurs. »

05-02-2010