Apéritif à la française au centre de Prague

05-06-2009

Direction le centre de la capitale, sur la place Ovocný trh, le marché aux fruits en français, une place transformée pour tout ce week-end en marché français. Avec une dizaine de stands et quelques exposants français.

Franck ThomasFranck Thomas Parmi eux, un vendeur de vin que l’on connaît déjà parce qu’on l’a déjà entendu sur Radio Prague, Franck Thomas :

« Bonjour, aujourd’hui on vend des vins de toute la France : des Côtes du Rhône, de Bourgogne, du Bordelais, Languedoc, j’allais dire aussi de la Champagne mais non c’est du Crémant… Et des kirs framboise en apéro ! Venez tous ! »

Qu’est-ce qui intéresse le plus les Tchèques ?

« D’habitude c’est le rosé je crois, mais étant donné la météo d’aujourd’hui ils s’orientent plutôt vers le rouge. Il fait un peu froid… Vive l’été en République tchèque ! »

Vous faîtes souvent des marchés comme ça ?

« Cet ‘Apéritif à la française’ c’est une fois par an, mais sinon on fait des marchés une ou deux fois par mois dans les centres commerciaux, à Smíchov et à Chodov notamment. »

Je me rappelle que vous nous aviez dit que ces marchés étaient essentiels pour vous

« C’est essentiel, parce que ça promeut notre vinothèque et nos vins donc c’est aussi de la pub en plus du business fait sur place. »

Nicolas Goldschmidt de la société Kazak est un des organisateurs :

« Ce marché a différentes sources de financement. Le financement initial provient du ministère français de l’Agriculture dans le but de faire la promotion des produits agro-alimentaires français à l’étranger. 9a fait partie d’une action qui s’appelle L’apéritif à la française et qui est un événement organisé par Sopexa – agence de marketing-communication spécialisée dans la promotion produits agro-alimentaires français – dans une vingtaine de pays à la même date. Chaque pays décline ce concept d’Apéritif à la française comme il le souhaite. Ici à Prague nous avons décidé d’organiser un marché de rue, pour la troisième année consécutive. Donc à ce financement initial du ministère de l’Agriculture via la Sopexa viennent se joindre les exposants qui louent un espace. »

C’est la troisième édition, ça veut dire que les exposants présents reviennent parce qu’ils sont gagnants en termes de ventes et de pub ?

 « Exactement, il y a deux avantages principaux : c’est d’abord de la publicité pour eux, mais avec un retour immédiat puisqu’il y a des ventes sur places. C’est mieux qu’une pub dans un journal. »

Depuis la première édition il y a eu la crise financière et ses retombées sur l’économie. Est-ce que dans l’organisation de ce genre d’événements ça se ressent réellement ?

« Oui et non… Disons que cela sert aussi d’excuse. Pour l’instant en tout cas, sur les autres petits marchés qu’on organise, la clientèle continue d’acheter les produits. Mais la crise est souvent une excuse plus qu’une réelle raison sur ce genre d’activités. »

http://www.francouzsky-aperitiv.cz/

Photos: Štěpánka Budková

05-06-2009