Vobezdud envahit la scène alternative pragoise

26-08-2012

Power folk, folk punk, street folk ? Les festivals qui invitent le groupe Vobezdud ont du mal à s’accorder sur le style de leur musique. Paru en 2010, leur album « K pláči i pobreku », un nom difficilement traduisible qui évoque les pleurs et l’instant qui vient ensuite, conjugue violons, contrebasse accordéon coloré et cuivres chaleureux, un mélange entraînant que les oreilles averties apprécieront.

VobezdudVobezdud Quelque part entre Čokovoko pour les textes réalistes et piquants et Traband pour l’aspect mélodique et rythmique, Vobezdud est un groupe composé majoritairement de filles, ce dont elles sont d’ailleurs plutôt fières si on en croit le titre de la chanson « Díky Bohu jsem žena! » (Grâce à Dieu, je suis une femme). Elles sont originaires du quartier pragois de Karlín, inséré entre la Vltava et la butte de Vítkov et reconnu pour son activité culturelle. Et justement, elles aiment « jouer sous le tunnel qui traverse cette colline, et jouer encore dans les rues, les brasseries et les clubs ».

Vobezdud semble apprécier certains acteurs français puisque deux chansons sur les douze que compte leur album sont consacrées à deux stars du cinéma français, également très connues en République tchèque. La première est destinée à Jean Reno et la seconde raconte une incroyable rencontre avec Jean-Paul Belmondo en personne. Les Tchèques ont bien souvent un petit faible pour « Bébel » et devraient bientôt en faire de même pour Vobezdud.