Opéra : Gabriela Beňačková, la première Ondine sur le sol américain

29-09-2019

C’est à Gabriela Beňačková, une des chanteuses d’opéra préférées de l’ancien président Václav Havel, que nous consacrons notre émission du Dimanche musical. La soprano slovaque établie en République tchèque vient de recevoir le Prix Antonín Dvořák 2019, pour la promotion de l’héritage du célèbre compositeur tchèque.

Photo: SupraphonPhoto: Supraphon Parmi les autres lauréats de cette récompense prestigieuse, décernée depuis dix ans par l’Académie de musique classique, figurent le violoniste Josef Suk, le chef d’orchestre Jiří Bělohlávek, le violoncelliste américain Yo Yo Ma, ou encore le danseur et chorégraphe Jiří Kylián. L’année dernière, elle a été remise à l’Orchestre philharmonique tchèque, à l’occasion de son concert donné pour le centenaire de l’ancienne Tchécoslovaquie au Centre Kennedy, à Washington. Si le Prix Antonín Dvořák récompense donc des solistes, des orchestres et institutions pour leurs prestations exceptionnelles qui contribuent à la renommée de la musique tchèque dans le monde, Gabriela Beňačková, 72 ans, a été honorée à juste titre.

Au cours de sa carrière, qui a commencé par une victoire dans un concours de chant en 1969, elle a notamment brillé dans les grands rôles des répertoires tchèque et italien. En 1991, Gabriela Beňačková a été applaudie en tant que Katia Kabanova lors de la première représentation de cet opéra de Leoš Janáček au Metropolitan Opera à New York. Deux ans plus tard, elle est devenue, toujours sur cette scène prestigieuse, la toute première Rusalka de l’histoire sur le sol américain… En 2017, à l’occasion de la première de Rusalka (ou L’Ondine en français) revisitée au Met de New York, Gabriela Beňačková a raconté aux journalistes ce que représentait pour elle ce conte lyrique d’Antonín Dvořák :

« Rusalka est mon rôle préféré. Tout dans cet opéra est absolument extraordinaire. C’est le Dvořák que j’aime. C’est une œuvre formidable, comme son Requiem ou ses Chants bibliques… C’est tout simplement divin ! »

Nous vous proposons un extrait de l’opéra Rusalka, avec Gabriela Beňačková dans le rôle-titre de l’Ondine, cette fée des eaux qui devient femme mortelle et se sacrifie pour l’amour d’un homme… La représentation date de 1983. Elle a été enregistrée dans la salle du Rudolphinum, à Prague, avec l’Orchestre philharmonique tchèque dirigé par Václav Neumann. Le rôle de l’Ondin est interprété par Richard Novák, celui du Prince par Wiesłav Ochman.

29-09-2019