Les poèmes de Josef Kainar en chansons

Nombreux sont les artistes tchèques qui ont repris en chanson les poèmes de Josef Kainar, poète, dramaturge, scénariste de films, musicien, illustrateur, plasticien, photographe et journaliste tchèque. Josef Kainar était également membre du groupe littéraire Ohnice, et du groupe artistique 42, influencé par plusieurs courants artistiques : le cubisme, le futurisme ou le surréalisme. Parcourons ainsi dans notre Dimanche musical quelques uns de ses poèmes, interprétés par plusieurs musiciens tchèques très hétéroclites.

Josef Kainar, photo: CTJosef Kainar, photo: CT Né en 1917 à Přerov, dans la région d’Olomouc, Josef Kainar étudie le tchèque et le français à l’Université Charles de Prague. Mis à part le journalisme et la dramaturgie au théâtre, il se consacre également à l’apprentissage du piano, de la guitare et du violon jusqu’à un niveau professionnel. A partir de 1947, il se voue en grande partie à la littérature, son œuvre étant principalement influencée par l’existentialisme. Son travail comporte des éléments d’ironie frôlant presque la dérision. Et une de ses caractéristiques principales est le mélange qu’il fait de la musique et des textes, incluant un langage familier, parfois même vulgaire, ainsi qu’une certaine répulsion du conservatisme. Josef Kainar s’est efforcé de rendre ses vers dignes de confiance en illustrant, par leur biais, la dureté du monde, allant jusqu’à exprimer son scepticisme. Ses poèmes contiennent de petites histoires, qui incitent le lecteur, dans notre cas, l’auditeur à une réflexion plus poussée.

Photo: SupraphonPhoto: Supraphon Au début des années 1940, Josef Kainar écrit les paroles tchèques des chansons de compositeurs américains légendaires, tels que George Gershwin, Duke Ellington ou Hoagy Carmichael. Et si pendant l’occupation allemande, une telle musique était méprisée par les nazis, elle était toutefois jouée lors de grands rassemblements entre les jeunes gens de l’époque. Josef Kainar a accompagné certains de ses textes avec sa propre musique, comme, entre autres, les trois chansons suivantes. « Černá kára » - « La charrette noire » est interprétée par la chanteuse Eva Olmerová. Le chanteur Jiří Suchý a interprété la chanson « Starý mrtvý vrabec » - « Le vieux moineau mort ». Et de nouveau, Eva Olmerová, avec la chanson « Blues du pont en fer » - « Blues železničního mostu ».

Photo: SupraphonPhoto: Supraphon Une percée majeure pour Josef Kainar a été l’album rassemblant de fameux compositeurs américains, enregistré à la fin des années 1960 par l’Orchestre de Gustav Brom. Les textes de Kainar ont été interprétés par des musiciens issus de genres musicaux très variés, passant par le jazz, le beat ou des interprétations très folks. Parmi ces interprètes on compte, entre autres, le groupe Flamengo, Rudolf Pellar, le groupe Frasmus Five ou Jiří Jelínek.

Les chansons que vous avez écoutées sont issues du remarquable album « Obelisk », produit en 1977, en hommage à Josef Kainar, six ans après sa mort. Notre dimanche musical s’achève avec la chanson « Kuře v hodinkách » - « Le poulet dans la montre », interprétée par Vladimír Mišík et le groupe Flamengo.