Les chansons de « tramping »

Le « tramping » est un phénomène qui a changé la vie de milliers de Tchèques dès le début du XXe siècle. Les jeunes adeptes de l’ambiance du Far West commencèrent alors à passer du temps en pleine nature, trouvant leur compte d’exercice physique dans la construction de cabanes en rondins et dans la fondation de communautés réunies au sein de colonies. Construite en 1918 dans la vallée de la Vltava, au niveau des Svatojánské proudy ou Rapides de Saint Jean, la première de ces colonies fût appelée « Ztracená naděje » – « L’espoir perdu ». Ainsi nous pouvons dire que nous célébrons cette année le centenaire du « tramping » tchèque. La guitare est un élément important de cette subculture, et elle accompagne un répertoire de chansons qui lui est propre.

Photo: SupraphonPhoto: Supraphon Les premières chansons de « tramping » s’articulaient en général autour d’une mélodie et d’une harmonie très simples et de paroles faciles. Les œuvres du compositeur Jarka Mottl illustrent parfaitement les débuts de la musique de « tramping ».

Nombre de chansons de « tramping » sont devenues très populaires et sont toujours chantées par les jeunes Tchèques d’aujourd’hui lorsqu’ils se retrouvent autour d’un feu de camp. La radio publique tchécoslovaque Československý rozhlas a d’ailleurs contribué à leur succès, même si certains membres convaincus du mouvement, et notamment ceux de la génération d’avant-guerre, refusaient les chansons passant à la radio.

Les années 1960 voient arriver le courant moderne de la musique de « tramping ». Wabi Ryvola en est l’un des représentants. Sa chanson « Zvláštní znamení touha » – « Signe particulier : désir » est considérée comme l’hymne du « tramping » tchèque. C’est également à cette époque que voient le jour les premiers groupes amateurs passionnés de musique country américaine.

Le festival Porta

Photo: SupraphonPhoto: Supraphon Le mouvement de « tramping » a même ses festivals de musique, et le plus réputé d’entre eux est le festival Porta, qui a été organisé pour la première fois en 1967 à Ústí nad Labem. Aujourd’hui encore, beaucoup se souviennent avec une émotion particulière des éditions des années 1988 et 1989, qui annonçaient la fin du régime communiste. Alors organisées dans le quartier de Lochotín, à Plzeň, elles rassemblèrent plus de 30 000 spectateurs.

Le chansonnier folk Wabi Daněk a été récompensé de trois prix d’auteur et de deux prix d'interprétation lors de différentes éditions du festival Porta. Le premier album de ce chanteur, qui est décédé à la fin de l’année dernière, s’intitulait « Rosa na kolejích » – « De la rosée sur les rails ». Sorti en 1984, il s’en est vendu 250 000 exemplaires. On citera par ailleurs d’autres grands noms de la culture musicale du « tramping » : Honza Nedvěd et son groupe Brontosauři ainsi que les groupes Nezmaři, KTO, Greenhorns et bien d’autres.

Aujourd’hui, les rassemblements des adeptes du « tramping » ont toujours lieu, mais ils regroupent avant tout des personnes d’un certain âge.