La musique slovaque préférée des Tchèques (2e partie) : Richard Müller

03-11-2013

La musique tchèque, c’est aussi un peu la musique slovaque, et inversement. Vingt ans après la partition de la Tchécoslovaquie, une chose au moins n’a pas changé : si une chanson tchèque a du succès auprès du public tchèque, elle aura également très probablement du succès auprès du public slovaque. Et si une chanson slovaque cartonne en Slovaquie, elle plaira au moins tout autant en République tchèque. Nous vous proposons donc la deuxième partie de notre série consacrée à la musique slovaque, ou plus précisément à ce que nous avons appelé « la musique slovaque préférée des Tchèques ». Après le groupe Elán et le briseur de cœurs Peter Nagy, continuons cette fois avec l’incontournable Richard Müller.

Photo: Universal MusicPhoto: Universal Music Richard Müller est-il un chanteur slovaque ou tchèque ? C’est la question que l’on peut se poser à la vue de l’énorme succès de sa dernière tournée en septembre et octobre. Avec son nouvel album intitulé « Hlasy » - « Les voix », Richard Müller a rempli durant deux mois les salles aux quatre coins de République tchèque et de Slovaquie.

Ce succès s’explique aussi par le silence relativement long de celui qui a vendu plus d’un million d’albums en République tchèque et en Slovaquie depuis le début de sa carrière dans le milieu des années 1980. Mais à la rentrée, Richard Muller est revenu sur le devant de la scène, au propre comme au figuré, avec la sortie de « Hlasy », un album sur lequel Richard Muller a retravaillé a capella ses plus grands succès, et notamment la chanson intitulée « Po schodoch » - « Par les escaliers ». Après la version originale plus ancienne, voici donc la version vocale.

Mais les succès de Richard Müller, ce n’est pas seulement « Po schodoch », et pas seulement en slovaque… C’est aussi en tchèque, comme par exemple avec les chansons « Baroko », « Srdce jako kníže Rohan » ou encore bien entendu « Štěstí je krásná věc », littéralement « Le bonheur est une chose magnifique »… Autant de tubes que le chanteur slovaque doit à quelques-uns des meilleurs auteurs tchèques comme Petr Hapka, Michal Horáček ou encore Ivan Tásler… Et comme écouter Richard Müller est aussi un vrai bonheur, ne la faisons pas trop longue, laissons-le chanter et profitons-en…

Avant de nous quitter, revenons au slovaque avec ses autres grands succès comme « Nahý II. » - « Nu II. » ou « Nebude to ľahké » - « Ce ne sera pas facile ». Mais même si ce n’est pas toujours facile, n’oubliez pas que « Štěstí je krásná věc », et plus encore lorsque l’on est nu et à deux…

03-11-2013