La musique rom

La réputation des musiciens rom n’est plus à faire. Et les artistes rom de République tchèque ne font pas exception à la règle. Tour d’horizon de quelques-uns des grands noms dans le pays.

Khamoro

Avant d’évoquer quelques musiciens-phare de la scène rom, rappelons que le festival Khamoro (« soleil » en langue romani) permet depuis vingt ans de faire découvrir au grand public la culture rom du monde entier. La musique a évidemment une place de choix dans ce festival qui propose également des expositions, des projections de films, des ateliers de danse mais aussi des conférences et séminaires.

Ces dernières années, ce rendez-vous désormais incontournable a attiré environ 10 000 visiteurs de République tchèque et d’ailleurs. Depuis ses débuts il y a vingt ans, le festival a fait venir plus de 160 groupes de musique rom de 40 pays différents. Aujourd’hui, Khamoro est le plus grand rendez-vous mondial de la culture rom. Cette année, le festival se déroulera du 26 mai au 1er juin.

Iva Bittová

Cette chanteuse et violoniste s’est fait un nom en République tchèque et à l’étranger. Son père, Koloman Bitto était un musicien rom de talent et de renom. En collaboration avec le compositeur et percussionniste Pavel Fajt, Iva Bittová s’est produite avec succès sur de nombreuses scènes européennes alternatives.

Le répertoire d’Iva Bittová est un étonnant florilège de genres : réinterprétation de chansons folkloriques, jazz expérimental, rock, adaptation de musique classique pour violon et chansons d’opéra. En 2004, elle s’est produite au Carnegie Hall, endossant le rôle d’Elvire dans l’opéra Don Giovanni de Mozart.

Ida Kelarová

Cette chanteuse et musicienne est la sœur d’Iva Bittova. Ida Kelarová enseigne le chant traditionnel rom. Après plusieurs années passées au pays de Galles et au Danemark, elle est retournée dans la région des Hauts plateaux tchéco-moraves où elle a fondé une école internationale de voix.

L’album Hej Romale, du chœur d’enfants rom Čhavorenge, est le résultat d’un projet commun entre la Philharmonie tchèque et Ida Kelarová, en soutien aux enfants rom des ghettos et localités défavorisées de République tchèque et Slovaquie.

Le hip-hop rom

Le hip-hop a suscité un engouement généralisé chez la jeune génération rom. L’une des figures phare de cette scène hip-hop est le musicien Radek Banga, plus connu sous son nom d’artiste Gipsy. En 2006, son groupe Gipsy.cz a reçu l’équivalent tchèque des Victoires de la musique en tant que Découverte de l’année.

L’année suivante, Radek Banga a été distingué par le prix OSA en tant que meilleur jeune auteur de musique populaire. En 2007, le groupe Gipsy.cz a été le premier groupe de musique tchèque à se produire au célèbre festival de Glastonbury.

Les stars des télés-crochets

De nombreux chanteurs rom se sont fait un nom grâce aux concours de chant télévisés. En 2005, Vlasta Horváth a remporté le concours SuperStar. Ce chanteur et multi-instrumentiste vient juste de sortir il y a un mois son quatrième album.

Autre chanteuse révélée par un télé-crochet, Monika Bagárová, une des chanteuses actuelles les plus talentueuses. Son premier album, Shining, est sorti en 2011.

Enfin, dernier succès en date pour un chanteur rom dans un concours de chant télévisé, Jan Bendig, qui a interprété une chanson avec Věra Bílá, récemment décédée. Cette grande dame de la musique rom prévoyait justement de retourner sur scène avec lui et un autre musicien, Milan Kroka.