Jana Koubková, la reine de l’expérimentation musicale

15-01-2017

La première dame du jazz – tel est bien le surnom que l’on donne à la chanteuse Jana Koubková. Reine de l’expérimentation et de l’improvisation musicale, Jana Koubková continue de cultiver une prédilection pour la combinaison de différents styles musicaux, en passant du jazz au blues, du bebop au swing, en y apportant toujours sa petite touche personnelle originale. Cette chanteuse caméléon a d’ailleurs osé le pari en sortant en 2016 son dernier album avec des penchants parfois rock plus prononcés, tout en offrant des chansons poétiques singulières. C’est précisément cet album intitulé « A tak si jdu.. » - « Alors je me promène » qui sera à l’honneur de la prochaine demi-heure sur Radio Prague.

 « A tak si jdu… » : des variétés d’humeur pour un nouvel album crossover

Jana Koubková, photo: Vlastislav Balcar, ČRoJana Koubková, photo: Vlastislav Balcar, ČRo Du haut de ses 72 ans, Jana Koubková continue d’être considérée comme un pilier solide de la musique jazz. Tout au long de sa carrière, cette musicienne charismatique a réussi à s’entourer de musiciens talentueux et à les rassembler sur des albums toujours très chaleureusement accueillis tant par la critique, que par le public. Le dernier album de la chanteuse, « A tak si jdu.. » - « Alors je me promène.. », ne fait pas exception. Jana Koubková y est accompagnée de sept musiciens, dont le célèbre percussionniste Alan Vitouš ou le très talentueux accordéoniste Ondřej Kabrna, sept musiciens qui lui servent également de sources d’inspiration.

Photo: SupraphonPhoto: Supraphon La sortie de son nouvel album a été accompagnée de la diffusion d’un vidéoclip animé, réalisé par Ondřej Pecha et Luděk Bárta, et dans lequel la première dame du jazz ne passe pas inaperçue, de par sa chevelure rouge criarde. Il s’agit d’ailleurs du deuxième album pour lequel elle a écrit toutes les paroles, qui sont accompagnées d’une musique co-écrite avec son guitariste Roman Hampacher. La vitalité de Jana Koubková repousse toujours davantage les limites de la création musicale, et la chanson « Země se otřásá » - « La Terre tremble » en est un parfait exemple.

 « La Terre tremble, la Terre frémit
Un jour, elle ne le supportera plus
La vie n’a plus de valeur
Des voitures en sens interdit
Elles se précipitent et détruisent
Plus qu’un cri de victime
Ces réseaux sociaux
Ils t’attrapent avec avidité
Pour voler ton âme
C’est tout à fait approprié »

L’éternelle optimiste amoureuse du « scat »

Jana Koubková est avant tout la championne en « scat », cette forme de jazz vocal où l’on utilise des onomatopées plutôt que des paroles ; le « scat », cette forme d’expression qu’elle n’a plus jamais quittée et qui lui est désormais propre. Comme elle le dit elle-même en tchèque, il s’agit de la « zvukomalebnorytmickoptákovska poezie », soit une « poésie à onomatopées rythmiques drôles ». Et c’est aussi son sourire éternellement optimiste qui est un de ses autres traits de caractères.

Luděk Hulan et Jana Koubková, photo: Archives de SupraphonLuděk Hulan et Jana Koubková, photo: Archives de Supraphon Jana Koubková commence en tant que soliste de jazz en 1975, lorsqu’elle rejoint sur scène le groupe « Jazz Sanatorium » du contrebassiste et grand nom de la scène, Luděk Hulan, décédé en 1979. Elle continue de faire ses premiers pas d’une manière bien affirmée aux côtés d’autres groupes, comme le Jazz Q du musicien Martin Kratochvíl, ou avec d’autres projets, comme « Druhý dech Jany Koubkové » - « Le deuxième souffle de Jana Koubková », aux côtés du guitariste rockeur Michal Pavlíček. Au début des années 1980, Jana Koubková fonde notamment le festival annuel Vokalíza dédié à des chanteurs de jazz, blues ou rock. Et c’est d’ailleurs auprès de jeunes musiciens qu’elle s’entend le mieux.

 « Jazz ? Oh, YES ! »

Photo: Site officiel de Jana KoubkováPhoto: Site officiel de Jana Koubková Avec à son compte des dizaines d’albums et de participations à des albums, Jana Koubková toujours extrêmement active, fait partie à l’heure actuelle de quatre formations musicales différentes : Smrt standardizmu (Mort au standardisme), Jana Koubková Quartet, Provokace na place (Provocation sur place) et le duo Jana Koubková & Ondřej Kabrna. Bref, vous l’aurez compris Jana Koubková est partout même si elle sait se faire discrète sur les scènes de petits clubs. Mais cette passion de la musique, elle a envie de la transmettre à d’autres générations en organisant des workshops et en participant à de nombreux festivals d’écoles de musique.

Artiste à multiples facettes, Jana Koubková s’est également lancée dans l’écriture de livres, dont le dernier en date porte le titre de « Básně z jazzové dásně » (« Poèmes d’une gencive de jazz »). Jana Koubková se produira le 22 février prochain avec son groupe Smrt standardismu à la Balbínova poetická hospůdka, cette petite guinguette poétique Balbín, située à quelques pas du centre de Prague.

 « J’attends comme un coquillage sur un écueil
J’attends ce que l’eau va m’apporter
J’attends comme un coquillage sur un écueil
L’eau va m’emporter
L’eau déferle, elle déferle
Elle déferle mais n’arrive pas à bon port
Elle n’amène aucun corps noyé »

15-01-2017