Il y a 30 ans, Joan Baez donnait un concert exceptionnel à Bratislava

16-06-2019

A l’époque, l’événement avait fait l’effet d’une rafraîchissante brise de printemps avant les bourrasques des grands changements de novembre. Il y a trente ans de cela, le 10 juin 1989, trois semaines après la dernière sortie de prison de Václav Havel, Joan Baez se produisait en concert à Bratislava. Célèbre pour son engagement en faveur de la paix et de la liberté, la chanteuse américaine avait participé au festival de musique pop à Bratislava, en présence de plusieurs dissidents tchécoslovaques. Quelques mois avant les manifestations qui ont abouti à la chute du régime communiste, ce concert, dont nous vous proposons quelques extraits, reste un des faits marquants de la période qui a précédé la révolution de Velours.

Durant le concert, devant quelque 2 000 personnes, Joan Baez avait ouvertement manifesté son soutien aux opposants au régime communiste, et notamment à un des leaders de la dissidence, un certain Václav Havel, présent lui aussi. Curieusement, c’est en qualité de technicien que l’icône de la musique folk des années 1960 et 1970, suivie de près par les services de sécurité durant son séjour en Slovaquie, avait fait entrer dans la salle Václav Havel, ancien manœuvre il est vrai dans la brasserie Krakonoš à Trutnov durant quelques mois en 1974. Celui qui est devenu ensuite le premier président de la Tchécoslovaquie post-communiste, a d’ailleurs plus tard confié que d’avoir porté la guitare de Joan Baez avant le concert lui avait très probablement permis d’éviter une nouvelle arrestation.

Joan Baez, photo: Heinrich Klaffs, CC BY-SA 2.0Joan Baez, photo: Heinrich Klaffs, CC BY-SA 2.0 Joan Baez, qui avait dédié une chanson aux signataires de la Charte 77, au mouvement Solidarność en Pologne et au Mouvement de la paix, avait profité de l’occasion pour inviter sur scène un chansonnier slovaque alors interdit par le régime, Ivan Hoffman. Nous vous proposons d’écouter son passage sur scène et la chanson protestataire « Nech mi nehovoria » - « Qu’on ne me raconte pas d’histoires ». Ne vous étonnez cependant pas du silence soudain en plein milieu de son interprétation : surpris par le fait que Joan Baez invite Ivan Hoffman à la rejoindre, les organisateurs du festival n’avaient rien trouvé de mieux comme solution, comme vous allez l’entendre, que de couper le son…

Les organisateurs avaient agi de la même manière quelques instants plus tard lorsque Joan Baez avait chanté avec le chansonnier tchèque Vladimír Merta. Ce que nous vous proposons d’écouter date non pas de 1989, mais de 1990. Accompagnée de Joan Baez, Vladimír Merta interprète la chanson intitulée « Vzdálené výstřely » - littéralement « Coups de feu lointains ».

Bien que les médias officiels aient passé sous silence la fin prématurée du concert de Joan Baez, l’information s’était rapidement répandue dans la population. Elle constituait un nouveau signe de la décomposition progressive du régime.

Plus généralement, avant même de se rendre à Bratislava en 1989, Joan Baez entretenait depuis plusieurs années déjà de proches relations avec les cercles dissidents tchécoslovaques. En 1976, elle avait ainsi exprimé sa solidarité avec les membres du groupe Plastic People Of The Universe, formation emblématique de la scène underground tchécoslovaque persécutée par les autorités.

En 1978, à Londres, Joan Baez avait aussi rappelé le dixième anniversaire de l’occupation de la Tchécoslovaquie. Et puis, bien sûr, elle entretenait une sincère et chaleureuse relation d’amitié avec Václav Havel. En l’espace de trente ans, Joan Baez s’est produite à de nombreuses reprises en République tchèque, comme en 2009 lors du concert organisé par Havel pour le 20e anniversaire de la chute du régime communiste, ou plus récemment l’année dernière encore. Mais c’est bien entendu avant tout le concert donné à Bratislava en 1989 qui reste dans les mémoires…

16-06-2019