Exposition de Zdenka Braunerova, la plus "française" des femmes peintres tchèques

La plaisante petite ville de Roztoky est située dans la vallée de la Vltava, à quinze minutes en train ou en bus, du centre de la capitale. Lieu de séjour favori des Pragois depuis le XIXe siècle, Roztoky a conservé de nombreux vestiges de l'époque : par exemple, l'ancien moulin, dans lequel Zdenka Braunerova, peintre, illustratrice, graphiste et verrière, femme émancipée et sportive, a passé une part de sa vie... Ses dessins et esquisses sont exposés, jusqu'au 28 novembre prochain, au château de Roztoky transformé en Musée de la Bohême centrale.

L'exposition de Zdenka Braunerova à RoztokyL'exposition de Zdenka Braunerova à Roztoky Née en 1858 et décédée en 1934, Zdenka Braunerova était, à son époque, un des ponts les plus solides entre les cultures tchèque et française. Elle a suivi des cours à l'académie Colarossi à Paris et passé beaucoup de temps à Samois-sur-Seine, près de Barbizon, là où habitait sa soeur Anna, mariée à l'écrivain Elémir Bourges. Elle s'est liée d'amitié avec Paul Claudel, Anatole France, Stéphane Mallarmé, Auguste Rodin, Odilon Redon, ainsi qu'avec une pléiade de peintres et écrivains tchèques. L'exposition de Roztoky est présentée comme le journal de voyage de Zdenka Braunerova, journal qui nous emmène successivement en Bohême, en Moravie, en France, en Italie et en Angleterre... Miloslav Vlk, un des commissaires de l'exposition, s'arrête sur quelques points de cet itinéraire :

"Nous avons ici, bien évidemment, des dessins de Roztoky, surtout du vieux moulin, qui fonctionnait encore lorsque Zdenka était jeune, ensuite des dessins de Paris, des images de la Picardie et de Cayeux-Sur-Mer où elle a séjourné à la fin des années 1880. Nous exposons aussi sa série d'images de Prague : d'une part, Zdenka Braunerova dessinait l'ancien ghetto et la Vieille-Ville menacés de démolition, d'autre part Mala Strana, son quartier préféré, où elle a habité à partir de 1901. Enfin, Zdenka se plaisait beaucoup à la campagne, elle aimait dessiner l'architecture populaire : on retrouve ici la Moravie, la Slovaquie morave, la région de Turnov qu'elle a fait découvrir, notamment, à Paul Claudel."

Marcela Sasinkova est archiviste. En préparant l'exposition de Zdenka Braunerova, elle a examiné plusieurs centaines de lettres qui circulaient entre Prague, Roztoky, Paris, Samois-Sur-Seine et la Moravie, lettres que Zdenka, sa famille et ses amis se sont échangées, il y a cent ans... Elle a appris, par exemple, que Zdenka Braunerova devrait avoir des parents éloignés en France, les descendants de la famille Flipeau. Si quelqu'un d'entre vous, nos auditeurs, en sait plus, n'hésitez pas à écrire soit à Radio Prague, soit au musée de Roztoky. Ecoutez maintenant Marcela Sasinkova.

"Ce qui me fascine, c'est qu'avec peu de moyens financiers, Zdenka a réussi à parcourir l'Europe. Ce qui me plaît aussi, c'est sa tolérance. Elle soutenait et défendait les jeunes artistes, par exemple, Jan Zrzavy ou Frantisek Bilek, elle achetaient leurs oeuvres et quand elle n'avait pas d'argent, incitaient les familles pragoises aisées à en acheter. Même lorsqu'elle était plus âgée, elle s'entendait très bien avec la jeune génération. Zdenka était très active, elle patinait, faisait du vélo, elle était la première Tchèque à avoir un pantalon cycliste. Elle aimait se balader dans les environs de Prague, tout cela en compagnie des jeunes. Tout cela a été assez mal vu, à l'époque."

Les dessins, lettres et photographies de Zdenka Braunerova sont exposés au Château-musée de Roztoky, jusqu'au 28 novembre. En juin prochain sera ouvert, à proximité de l'ancien moulin, son atelier rénové. Il abritera une collection des peintures de l'artiste.