Cloé du Trèfle : « J’aime bien travailler avec la contrainte »

Cloé du Trèfle, la jeune multiinstrumentiste belge s’est présentée jeudi 20 mars pour la première fois devant un public pragois. Si le concert devait avoir lieu au Jazz Time, il a été déplacé à la dernière minute au Souterrain, dans le quartier de Vinohrady. Malgré cette légère improvisation, Cloé du Trèfle, piano, guitare, microphone, ordinateur et sample, sous la main, a réussi a conquérir le public. Déjà cinq albums à son compte, Cloé du Trèfle peut être considérée à juste titre, et ce non seulement de par ses récompenses musicales, comme un talent exceptionnel de la chanson belge.

Cloé du Trèfle, photo: Soňa JarošováCloé du Trèfle, photo: Soňa Jarošová Comment s’est passé le concert, dans des conditions un peu improvisées ?

« Cela s’est assez bien passé. On ne sait jamais qui on a en face de soi, quel public, si les gens vont être attentifs ou pas. Mais ça c’est bien passé je suis contente. Il y avait des gens qui ne savaient pas forcément qu’il y avait un concert, d’autres qui sont venus vraiment écouter des textes en français. Alors j’ai slalomé entre tout ça, et ça s’est bien passé. »

Est-ce que vous pouvez décrire un peu votre parcours musical ?

« J’ai commencé le piano vers l’âge de 7 ans. Puis j’ai reçu une guitare à l’âge de 12 ans, donc j’ai commencé apprendre à en jouer. A un moment, je suis partie étudier aux Etats-Unis, j’ai fait des études de journalisme et en parallèle à cela, je continuais la musique, et une maison de disques m’a contactée. J’ai fait plusieurs albums, et depuis je tourne pas mal, je continue. Je chante en français, je mélange de l’électronique, du piano, de la guitare électrique, des samples de voix que j’enregistre moi-même, alors je fais des albums concepts parfois avec des témoignages, des gens qui parlent de l’exil. L’album précédent « Un air de trajectoire », c’était une course poursuite, qui se passait en temps réel dans les transports en commun. J’essaie de rechercher, de broder un peu autour de textes en français et de m’amuser en tant que musicienne aussi. »

Votre dernier album « D’une nuit à une autre » parle de l’exil. Est-ce une expérience vécue ?

Photo: TrefleprodPhoto: Trefleprod « C’est une bonne question. Disons que moi je suis une Bruxelloise, avec parents, qui vivent à Bruxelles, mes grands-parents étaient bruxellois. J’adore ma ville, et dans les grandes villes comme celle-ci, on côtoie toujours pleins de gens, pleins de nationalités, de cultures différentes. Et cela m’a toujours fascinée, les gens, qui, un jour dans leur vie, décident de tout quitter pour aller reconstruire ailleurs. Cela ne parle pas de moi, mais cela me renvoie à des questions. Dans ce disque, « D’une nuit à une autre », j’ai interviewé des sans-papiers, une prostituée, un épicier turc hilarant, une petite vieille algérienne, il y a pleins de témoignages différents. C’était vraiment enrichissant pour moi, de voir ces parcours de vies si différents, et par hasard ils sont tombés dans cette ville. Mais au niveau des thématiques, c’est assez universel. L’histoire se passe à Bruxelles, tous les témoignages ont été enregistrés là, mais cela pourrait se transposer dans n’importe quelle grande ville du monde. »

Vous êtes sortis dans les rues de Bruxelles avec votre dictaphone ?

« Oui, c’est ça, en gros. J’avais écrit un scénario, j’avais des contraintes géographiques et temporelles, j’avais des thématiques que je voulais aborder. Je voulais vraiment trouver de vrais témoignages, je ne voulais pas avoir des acteurs. Donc cela m’a pris du temps pour trouver les bonnes personnes, qui avaient des choses à raconter, des gens qui transcendaient ça un peu, des gens qui m’épataient. »

Votre univers musical est très éclectique, où puisez-vous votre inspiration ?

Cloé du Trèfle, photo: Soňa JarošováCloé du Trèfle, photo: Soňa Jarošová « Les deux derniers disques que j’ai fait sont des albums français. Donc j’aime bien travailler avec la contrainte. C’est vrai qu’il y a un côté poésie urbaine dans ce que je fais, on m’a déjà dit ça. Mais j’aime bien observer les gens, je ne suis pas une grande gueule, quelqu’un qui la ramène beaucoup. Mais je suis une observatrice, cela m’amuse pas mal de regarder les gens, d’observer des petites choses et essayer de les sublimer un petit peu parfois. »

Les mots exils et francophonie, est-ce qu’ils se rejoignent dans un certain sens pour vous ?

« C’est assez extraordinaire pour moi de pouvoir voyager avec la musique. Pour les francophonies, j’ai eu la chance de faire une grosse tournée en Chine, j’étais au Vietnam, l’année passée, j’étais à Varsovie. C’est vrai qu’à chaque fois je rencontre des gens, qui sont soit des étudiants francophiles, soit des expatriés. Et moi aussi je suis déracinée, en partant toute seule à l’étranger, c’est assez gai. Mais je ne suis pas vraiment une exilée parce que, je triche un peu, j’ai mes racines dans ma ville, et j’aime bien y retourner, m’y ressourcer. »

Comment avez-vous été sollicité pour jouer ici à Prague ?

« Quelqu’un m’a vu l’année passée à Varsovie, et qui avait pas mal apprécié apparemment. Donc il s’est arrangé pour m’organiser un concert un Prague. Il a suggéré aux personnes de la Délégation de Wallonie-Bruxelles International, de faire un concert avec moi, et de là, j’ai eu une proposition à Ostrava, à Bratislava, où j’ai joué hier. Puis je vais jouer à Plzeň, dans le cadre d’un festival qui s’appelle Puppet Rock. Ce sera une soirée de soutien pour le festival lui-même qui aura lieu au mois de juillet. C’est gai, parce qu’à chaque fois, tout est dans des salles différentes, devant un public différent. C’est assez intéressant. »

Depuis vos débuts, vous présentez-vous toujours toute seule sur scène ?

Cloé du Trèfle, photo: Soňa JarošováCloé du Trèfle, photo: Soňa Jarošová « Non, je joue principalement toute seule, mais j’ai aussi une formule avec un groupe, un batteur, un bassiste / contrebassiste, et un super violoniste, qui fait du violon électrique, Fabrice Dumont, avec lequel j’ai beaucoup tourné. L’année passée, il m’est arrivée une histoire assez incroyable : l’orchestre du Luxembourg m’a proposé de faire un concert avec eux. C’était une création, où avec une soirée francophonie. Et comme je fais des projections vidéos pendant mes concerts, et je mélange de l’électronique, ils se sont dits on va travailler avec un artiste qui fait de la chanson française, mais qui a une autre recherche, mais peut-être plus ‘contemporaine’. On a fait un concert, et comme je travaillais déjà sur mon nouvel album, ce disque a pris une ampleur vraiment plus orchestrale. J’ai donc la chance d’avoir un orchestre sur ce disque. Donc parfois je joue toute seule, parfois on est vingt-huit, vingt-neuf sur scène. Mais c’est plus fréquent que je sois toute seule. »

Vous avez été récompensé à de nombreuses reprises. Cela a-t-il changé quelque chose pour vous ?

« Le fait d’avoir des prix, cela fait plaisir d’avoir de la reconnaissance. Quand tu es musicien, tu ne sais jamais très bien ce que tu vas faire dans les six mois. Il ne faut pas s’accrocher à des prix. Mais peut-être que si un programmateur voit ces différents prix, cela peut te donner une crédibilité. Ça peut potentiellement ouvrir des portes. »

Vos projets à court ou long terme ?

Cloé du Trèfle, photo: Soňa JarošováCloé du Trèfle, photo: Soňa Jarošová « Je repars faire des concerts à Paris, j’ai deux concerts en Normandie, près de Caen. Ensuite je reviens en Belgique, et je pars à Kinshasa, où je vais participer à un festival, organisé par une musicienne que j’ai rencontrée à Hanoï, avec des femmes musiciennes de la République démocratique du Congo. Nous allons faire deux, trois concerts ensemble. Puis je vais donner une formation d’écriture. J’ai envie de leur faire découvrir des styles musicaux, que peut-être elles ne connaissent pas, et ce à travers des femmes artistes du monde entier, comme des slammeuses, des femmes qui font du hip-hop. Je suis parfois DJ aussi, donc j’ai un bon stock, un bon disque dur de musique. J’adore quand il y a des gens passionnés qui me font découvrir des choses. Et je me dis que peut-être je peux leur ramener une certaine ouverture musicale, ou donner des petits défis dans l’écriture. »

www.cloedutrefle.com