Les gagnants du concours 2011

04-06-2011

Le grand vainqueur du Concours 2011 de Radio Prague est Ralf Urbanczyk, un auditeur allemand. Le concours de cette année était basé sur l’écoute des émissions de Radio Prague. Tout au long du mois de mai, chaque dimanche, mardi et jeudi, était diffusée une chanson créée sur la scène d’un célèbre théâtre tchèque. Il fallait écrire le nom de ce théâtre et quelques lignes sur ses principaux protagonistes.

Voici la réponse du vainqueur:

"Ma courte réponse à la question est la suivante : le théâtre pragois recherché est « Osvobozené divadlo » - Le Théâtre libéré, et ses protagonistes sont Jan Werich et Jiří Voskovec.

Pour en arriver à cette courte réponse, il m’a fallu bien plus de temps qu’on ne pourrait le penser. Finalement, c’est le mot « revue », apparu à plusieurs reprises dans vos indices, qui m’a amené au but. Mais pourquoi a-t-il été si difficile de trouver la bonne réponse ?

La première raison est l’époque à laquelle le théâtre a existé et les deux comédiens Jan Werich et Jiří Voskovec se sont produits. La création du théâtre en 1926, l’arrivée des deux comédiens en 1927 et la fermeture du théâtre en 1938 – il s’agit là d’une période tellement éloignée que sans doute aucun des auditeurs de Radio Prague ne peut plus s’en souvenir. En outre, la réouverture du théâtre n’a pas été possible suite à l’émigration définitive de Jiří Voskovec de la Tchécoslovaquie transformée.

Et pourtant le Théâtre libéré a été à son époque un centre de l’art avant-gardiste qui a non seulement donné naissance à de nombreux comédiens tchèques mais a également rendu célèbre l’art dramatique tchèque à l’étranger grâce à ses nouvelles formes d’expression. En République tchèque, ce théâtre, compte tenu de son importance dans les années 20 et 30, reste vraisemblablement célèbre, mais au-delà de ses frontières, seuls probablement quelques véritables spécialistes de l’histoire de la culture tchèque du XXe siècle le connaissent aujourd’hui.

Tout ce que je sais sur le Théâtre libéré et sur ses représentants, je l’ai lu ces dernières semaines. Cela m’a beaucoup amusé d’en apprendre toujours un peu plus sur cette scène qui appartient à la tradition théâtrale tchèque. Les chansons diffusées dans vos émissions sont une preuve du talent et de la créativité des deux comédiens et du théâtre. 80 ans après, elles plaisent encore et amusent toujours le public.

Cependant, ce sont surtout les différentes vidéos de Jan Werich et Jiří Voskovec, qu’il est possible de trouver sur Internet, qui m’ont intéressé. La chanson « Proti větru » en particulier, créée en 1938, soit la veille du début de la Deuxième Guerre mondiale et de l’occupation de la Tchécoslovaquie par l’Allemagne, m’a fait forte impression. Les deux comédiens entourés d’enfants de Tchécoslovaquie et d’Allemagne chantent avec ceux-ci pour la paix et la solidarité entre les peuples, et il s’agit là d’un témoignage rare sur cette période de l’histoire.

Et c’est précisément ainsi que le Théâtre libéré s’inscrit maintenant dans ma mémoire : par sa critique intelligente et pourtant extraordinairement acerbe des systèmes sociaux criminels, ainsi que par la mise en avant d’alternatives. Tout cela est emballé dans une forme qui n’est pas ennuyeuse mais au contraire très amusante. Ma curiosité est stimulée également par de nombreuses autres pièces de ce théâtre, comme « Kat a blázen », « Caesar » ou « Osel a stín », toutes ces pièces réglant les problèmes de leur époque, et notamment le fascisme en Allemagne.

Le concours 2011 de Radio Prague m’a permis de découvrir une partie jusqu’alors inconnue de l’histoire culturelle tchèque."

Sincères salutations d’Eisleben
Ralf Urbanczyk

 

Et voici la meilleure réponse en français:

"Comme tous les ans, nous attendions avec impatience le concours de Radio Prague. Cette année le concours était consacré à un célèbre théâtre tchèque et les seuls indices dont nous disposions, étaient des chansons créées sur la scène de ce théâtre.

Après l’écoute attentive des émissions du dimanche, mardi et jeudi, nous avions entendu plusieurs chansons que nous pouvions dater avec certitude, des années 1920/1930. Ces chansons étaient plutôt des chansons de music-hall et nous permettaient d’éliminer les « grands théâtres » tels que le Théâtre des Etats ou le Théâtre National réservés aux spectacles lyriques.

Par contre elles nous faisaient penser au style de la Maison Municipale qui était plus dans l’époque, mais qui n’était pas non plus un music-hall.
Et puis est arrivé ce fameux samedi où vous nous avez donnés un indice important au cours de la rubrique « Culture sans frontière » . Le nom de ce théâtre avant-gardiste est le « Théâtre Libéré » de Prague et ses 2 principaux animateurs ont été Jiri Voskovec et Jan Werich, auxquels il faut ajouter le musicien Jaroslav Jezek.

Que dire de ces deux acteurs, si ce n’est qu’après recherches et relecture des émissions de Radio Prague et autres, c’est à ce duo comique désigné sous le fameux V+W, que restera attaché le nom du Théâtre Libéré avec les pièces Vest Pocket Revue; le Nord contre le Sud; le Golem, César, l'Âne et l'Ombre, le Bourreau et le Fou, Ballade des chiffons; l'Envers et l'Endroit et le Poing sur l'œil. Mais ces deux comédiens politiquement très engagés, ont surtout créé un nouveau théâtre burlesque et absurde, où tous les deux maquillés de blanc comme les clowns, ont combattu les différences sociales, le totalitarisme et le fascisme dans des pièces mêlant musique, improvisation et participation du public."

Frédérique et Hervé Brien – Talence

04-06-2011