L’année 1968 dans les lettres des auditeurs

Les événements liés au 50ème anniversaire de l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du Pacte de Varsovie que nous avons couverts en détail dans nos émissions, ont trouvé un large écho, aussi, dans les lettres de nos auditeurs. Nous vous en présenterons quelques extraits.

Photo: Archives de ČRoPhoto: Archives de ČRo

M. Gilles Gautier, par exemple, a retenu le concert en souvenir de 1968 qui a rempli la place Venceslas, à Prague, ou encore les interrogations autour du rôle d’Alexander Dubček, figure phare du Printemps de Prague, rappelant que des regards différenciés sont désormais portés sur lui par les Tchèques et les Slovaques. En ce qui concerne sa propre expérience de cette époque-là, il nous a fait savoir :

« Je ne me souviens plus beaucoup de cette période, j'avais 13 ans et à cet âge on commence à être préoccupé par d'autres choses. J'étais sérieux, faisais du sport (foot et handball) et étudiais beaucoup, car il me le fallait pour suivre et avoir de bons résultats scolaires. Je me souviens des inquiétudes de mon papa et de ses interrogations. Papa était communiste mais critiquait cet invasion par les troupes du pacte de Varsovie, comme il était contre le régime russe, c'était un communisme à la française avec aussi des idées assez écologiques. Il n'était pas d'accord avec toutes les idées communistes, mais il votait communiste. Il en discutait donc avec son beau-père, mon grand-père qui lui aussi critiquait cette situation. Voilà un peu ce qu'il m'en reste de l'époque. Il est vrai que plus tard cet évènement attira plus ma curiosité, étant devenu entre temps passionné d'histoire et de géographie. Et depuis que j'écoute les ondes courtes, dans les années 84-85, j'ai été gâté avec des émissions de Radio Prague, pour mieux connaître cette page tragique de l'histoire tchèque. On se demande encore comment cela était possible, avec le recul, en 1968, 23 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale!! »

M. Paul Jamet a suivi, lui aussi, les émissions spéciales que Radio Prague a préparées à cette occasion. Comme d’habitude, il n’a pas omis de nous faire partager ses émotions :

« Je viens d'écouter la seconde émission spéciale consacrée au cinquantenaire de l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du Pacte de Varsovie. J'ai beaucoup apprécié l'humour de Michal Wittmann, ancien consul honoraire de la République tchèque au Luxembourg. Parler d'événements aussi tragiques et arriver à faire preuve d'un humour aussi subtil, délicieux mérite d'être souligné, vous ne pensez pas ? »

Pour notre auditeur français, nos émissions sont d'autant plus intéressantes pour les Français qu'elles relatent des événements qui ont eu lieu quelque trois mois après Mai 68. Il souligne qu’il n’y a pourtant qu’un seul parallèle à faire et c’est l'aspiration à plus de liberté et cela dans tous les domaines. Et de préciser :

« En mai 68, mon lycée où je préparais les concours d'entrée aux grandes écoles a été fermé ! Je me suis retrouvé dans la ferme de mes parents. Je ne suis retourné au lycée que quelques jours pour récupérer des documents et des travaux à faire moi-même durant les vacances d'été. Pendant ces vacances j'ai donc appris par la radio l'invasion de la Tchécoslovaquie ; j'avais un récepteur à transistors qui m'avait été offert un an auparavant lorsque j'avais décroché mon baccalauréat. Je découvrais Radio Prague en ondes moyennes mais je n'étais pas équipé pour capter les ondes courtes. Le journal Le Monde rapportait que des émissions étaient réalisées depuis des voitures afin d'échapper à la surveillance des Russes. Cela n'a duré qu'un temps ! »

Situant par la suite cet événement tragique dans un contexte plus large, M. Paul Jamet nous a également écrit :

 « Mais au-delà des événements qui ont eu lieu en Europe, l'année 1968 a été un véritable tournant dans l'histoire du monde. Au Vietnam où la guerre faisait rage, l'offensive du Têt a marqué un tournant dans la guerre du Vietnam. Martin Luther King a été assassiné le 4 avril 1968 et les ghettos noirs se sont révoltés. D'autres événements importants ont marqué cette année 1968 et ont pesé sur l'évolution du monde durant de nombreuses années. Qu'en est-il 50 ans plus tard ? L'URSS a disparu des "radars politiques" ! Le "communisme" subsiste encore au Vietnam et dans quelques rares pays ! La Tchécoslovaquie a été scindée en deux pays qui ont rejoint l'Union européenne qui a bien du mal à construire un avenir commun à ces peuples qui ont chassé les totalitarismes. En comparaison de l'évolution d'une partie du reste du monde, notre vieux continent ne s'en tire pas si mal à tel point qu'il attire de nombreux immigrés qui aspirent à un avenir meilleur. Actuellement, nous sommes loin d'agir à l'unisson et notre solidarité européenne est mise à rude épreuve. »

Et, enfin, notre fidèle auditeur français nous renouvelle ses compliments « pour ce travail de mémoire, pour ces témoignages importants qui se succèdent à notre micro. »

M. Christian Ghibaudo qui a également suivi avec beaucoup d’intérêt nos émissions marquant l’anniversaire du Printemps de Prague nous a écrit :

« J’ai particulièrement été intéressé par l’émission musicale consacrée à l’année 1968. De belles chansons très entraînantes, malgré tout. Aussi très intéressantes les archives sonores de Radio Prague et France Inter, ainsi que l’interview de Richard Seemann. En fait, sur votre site Internet, c’est toutes les rubriques consacrées à cet événement qui sont intéressantes, que cela soit les photos ou les sons. Félicitations, excellent travail pour informer les auditeurs étrangers. »

M. Christian Ghibaudo aimerait également savoir ce que pensent des événements d’il y a cinquante ans les jeunes générations qui sont nées après la révolution de Velours. Force est de constater que les jeunes, souvent, ne prêtent qu’un intérêt assez faible à l’histoire récente de leur pays, d’où aussi une certaine ignorance des événements de l’an 1968. Le problème c’est qu’à l’heure actuelle l’enseignement de l’histoire moderne n’occupe dans les écoles des cycles primaire et secondaire qu’une place de seconde zone pour ne pas dire marginale. En ce qui concerne l’écrasement du Printemps de Prague par les chars soviétiques, c’est peut-être un nouveau long-métrage tchèque au titre on ne peut plus éloquent, Jan Palach, qui vient de sortir cet été en salles, qui serait capable de dire aux jeunes au moins deux ou trois choses sur cette période sinistre.

Citons encore une fois le nom de M. Paul Jamet en passant à une autre missive qu’il nous a également envoyée pour nous informer de ce que le samedi 11 août, il a visité avec sa femme une exposition consacrée à Lucie Cousturier, peintre néo-impressionniste, au Musée de Vernon. L’occasion de vivre une jolie surprise :

« Ensuite, nous avons parcouru les salles d'exposition permanente ; dans l'une d'elle, j'ai découvert le tableau "Barques sur un fleuve" de Václav Radimský, le peintre impressionniste tchèque, dont vous avez parlé dans une émission du 8 décembre 2011. Je vous invite à nous parler des autres peintres impressionnistes tchèques au fil de vos émissions. »

Merci, cher ami, pour cette information ainsi que pour la carte postale de ce tableau que vous avez eu la gentillesse de nous envoyer et qui nous est récemment parvenue.

Nous remercions également M. Roger R. Roussel du Canada et M. Naghmouchi Nouari d’Algérie pour leur correspondance.

 

Et voici encore, comme d’habitude, notre traditionnelle question du mois qui est cette fois-ci la suivante :

En septembre, les Tchèques célèbrent le même jour à la fois la Journée de l’Etat tchèque et leur saint patron Venceslas. Quelle est la date de cette journée de fête nationale ?

Je rappelle que parmi les bonnes réponses, 6 vainqueurs seront tirés au sort et recevront un prix. Envoyez vos réponses avant le fin du mois à l’adresse suivante : cr@radio.cz