Karel Lamac

Acteur, réalisateur et scénariste essentiellement dans les années vingt et trente du XXe siècle, Karel Lamac est une personnalité importante dans l'histoire de la naissance du cinéma tchèque.

Idole des femmes et des jeunes filles, briseur de coeurs, il vaut bien, à l'époque, l'acteur américain Rudolph Valentino. Mais si Karel Lamac possédait un don pour incarner les rôles d'amants, il interprétait également très bien les personnages comiques, durs ou timides. Sa gloire a dépassé les frontières de la Tchécoslovaquie. Il s'est fait connaître et apprécier en Angleterre, en France, en Autriche et en Allemagne. Et c'est également lui qui a fait de l'actrice Anny Ondra une star de renommée internationale.

Karel Lamac est né en janvier 1897, à Prague, dans une famille aisée. Pour faire plaisir à son père pharmacien, il fait des études dans ce domaine sans toutefois exercer plus tard la profession. Un fort penchant pour l'art le prédestine à devenir artiste. Karel joue du violon, fait du théâtre et se présente en public également comme prestidigitateur. Avec des amis, il fonde même un orchestre d'étudiants - les Philharmoniques de Kosire, dont il est le chef. Ses premiers films sont des documentaires tournés en Allemagne avant l'éclatement de la Première Guerre mondiale. D'ailleurs, il restera dans ce pays pendant toute la durée du conflit comme cinéaste - correspondant de guerre. Après la fin de la guerre, il est nommé directeur technique de la compagnie cinématographique Excelsiorfilm et, quelques mois plus tard, il débute dans le film Alois a gagné le gros lot (Alois vyhral los). Dans les années vingt, l'acteur devient la star masculine du film muet, incarnant des rôles d'amant irrésistible. Le plus souvent, sa partenaire est la ravissante Anny Ondra, vedette des premiers films d'Alfred Hitchcock. Elle sera aussi la partenaire de Karel Lamac dans la vie privée. Un grand amour qui va durer plusieurs années. Puis la compagnie Excelsiorfilm cesse son activité. Le jeune homme talentueux et entreprenant et l'actrice Anny Ondra fondent leur propre société cinématographique - Ondra-Lamac Film. Ils engagent également le scénariste Vaclav Wasserman et le cameraman Otto Heller. Le premier film qui leur rapporte un grand succès pratiquement dans le monde entier s'appelle le Paradis blanc (Bily raj). Puis d'autres longs métrages sont tournés à Berlin, Vienne, Prague et Paris. Les noms Lamac - Ondra sont connus partout en Europe. L'arrivée du cinéma sonore oblige Karel Lamac à changer de style. L'acteur prend de l'embonpoint et répond de moins en moins à l'image de l'amant beau, mince et élégant. Son charisme lui permettra tout de même d'incarner des rôles d'amants et d'amoureux comiques. Mais s'il a interprété près de soixante-dix rôles principaux dans les films muets, il en joue à peine dix dans le cinéma sonore. Déjà, l'acteur se consacre beaucoup plus à la réalisation de films. L'histoire d'amour entre lui et Anny Ondra se termine. Un peu plus tard, l'actrice épouse le célèbre boxeur Max Schmeling. La séparation et le mariage ne nuisent absolument pas à la société Ondra - Lamac Film. Ils tourneront ensemble encore beaucoup de films d'un genre plutôt comique.

Un peu avant la Seconde Guerre mondiale, le cinéaste émigre aux Pays-Bas, passe en France et finalement en Angleterre. Il se fait engager dans l'aviation britannique (RAF). Pendant la guerre, il tourne plusieurs films documentaires sur la vie des soldats tchèques. Il revient dans son pays d'origine juste après la libération. Mais plutôt homme de droite, il n'est pas trop favorable à l'orientation socialiste que prend le cinéma tchécoslovaque. Le réalisateur quitte la Tchécoslovaquie et s'installe définitivement à l'étranger, où il sera très reconnu. Il tourne plusieurs longs métrages en Allemagne, aux Etats-Unis et en France. Là-bas, le cinéaste tchèque est connu sous le nom de Charles Lamac. Parmi ses nombreux films à succès, citons La colère des dieux, avec Viviane Romance dans le rôle de Rita. A Paris, le film tiendra l'affiche pendant plus de quatre semaines. Une nuit à Tabarin, avec Jacqueline Gautier dans le rôle de la danseuse vedette, est également un long métrage accueilli avec enthousiasme par le public. Le cinéaste fait des allées et venues entre la France, l'Allemagne et les Etats-Unis. Il a en tête des plans merveilleux sur les prochains films à tourner.

Le destin ne permettra malheureusement pas à Karel Lamac de réaliser ses idées. Une maladie lui est fatale à l'âge de cinquante-trois ans.