Joe Jarský : la star des claquettes

17-09-2009

Josef Bedřich Pecka, connu sous le pseudonyme de Joe Jarský, né en 1899, était comédien, danseur, parodiste et le meilleur danseur de claquettes tchèque de son époque.

Au cours de ses études de commerce à Prague, J. B. Pecka a fait un stage dans une boutique de luminaires, dont le propriétaire était le père de son camarade de classe Bedřich Milde, qui travaillait aussi avec lui. En hiver, lorsqu’il faisait froid, les deux garçons avaient trouvé un moyen ingénieux pour se réchauffer. Ils posaient par terre des plaquettes en bois dur, reliées par des fils de fer et ils tapaient dessus avec leurs pieds. Cela faisait des battements au rythme agréable. En été on donnait des spectacles amateurs sur une scène montée dans le jardin du propriétaire de la boutique. Joe Jarský et Bedřich Milde avaient beaucoup de succès avec leur numéro de claquettes dans lequel ils représentaient des clowns. Ainsi débuta la carrière de de Joe Jarský avec les claquettes.

Après avoir terminé ses études, Joe Jarský commence à travailler comme fonctionnaire à Prague. Mais le travail monotone et la grisaille quotidienne ne lui conviennent pas. Il sent bien que sa place est sur scène. Bientôt il se met à faire des claquettes dans le cadre de spectacles donnés au centre culturel « Malostranská beseda » où il devient en 1918 membre de la section dramatique avec son ami Bedřich Milde. Joe Jarský se présente également en public avec Antonín Borovička en duo sous le nom de Joe & Tonny Leaps dans des soirées, des night clubs et sur différentes petites scènes. Au début des années 1920, Joe Jarský opte définitivement pour une carrière de danseur de claquettes et acteur professionnel. En octobre 1946, il fonde avec son collègue Oldřich Michálek une école de claquettes.

J’ai invité à l’antenne le danseur professionnel de claquettes et chorégraphe Zdeněk Pilecký, qui est le fondateur et le directeur du studio Zig Zag tap and swing et du groupe de danse Zig Zag. Il est membre de l’Association Internationale de Claquettes (ITA – International Tap Association) dont il est depuis quatre ans le représentant en République tchèque, rédacteur en chef de la revue Klepadlo ce qui veut dire battement de claquettes et potins. Il organise aussi des séminaires, des soirées de swing, la journée des claquettes au moi de mai et le concours de claquettes la Coupe de Prague, sans oublier les cours d’été à Lužany dans la région de Jičín en Bohême centrale, avec des claquettes, du swing, des danses irlandaises et de l’acrobatie. C’est donc une personne vraiment compétente pour parler plus en détail de Joe Jarský.

Comment voyez-vous Joe Jarský en tant que danseur de claquettes ?

 « Joe Jarský, de son vrai nom Bedřich Pecka, est né au tournant du siècle dernier et très jeune il a commencé à s’intéresser à la danse de claquettes en amateur. Ce n’est qu’en 1926 que le directeur du théâtre Smíchovská aréna, où il était engagé comme acteur, l’a envoyé faire un stage à Londres d’où il est revenu excellant danseur de claquettes. Certains disent même qu’il était le meilleur de nos danseurs de claquettes de l’époque mais il faut dire qu’un tel jugement est toujours subjectif, donc c’est difficile à dire. Il est vrai qu’il n’y a pas beaucoup de danseurs de claquettes tchèques de l’époque qui ont fait des études à l’étranger. Joe Jarský a été en stage à Londres à plusieurs reprises. Il avait même des contacts dans le monde artistique à Paris par où il est passé une fois en revenant de Londres. A Paris il a été aussi beaucoup inspiré et il a utilisé toutes ses idées dans différentes revues puis au théâtre de Smíchovská aréna où il était maître de ballet et premier chorégraphe pendant trois ans. Il a essayé de faire valoir toutes ses expériences acquises à l’étranger en Tchéquie. Il a peut-être donc effectivement été notre meilleur danseur de claquette. Sinon j’aimerais juste ajouter que l’Angleterre était un des pays d’où les claquettes sont originaires parce c’est justement depuis les Iles britanniques que l’on a fait venir la danse des sabots - clock dance et le jig irlandais aux Etats-Unis. C’était la base des claquettes américaines, style qui par la suite a été importé en Europe occidentale. Les artistes se déplaçaient entre les Etats-Unis et l’Europe où ils répandaient cette technique. Comme à l’époque il n’y avait pas de vidéo, nos artistes, danseurs et danseurs de cabarets apprenaient probablement la danse des claquettes avec les artistes étrangers. »

Et croyez-vous que Joe Jarský avait une technique exceptionnelle à l’époque ?

 « Il est difficile de parler d’une technique exceptionnelle parce qu’il y a beaucoup de techniques. Actuellement il y en a plus qu’auparavant, parce que la technique des claquettes s’est un peu adaptée aux techniques actuelles. Un danseur qui fait des claquettes fait d’habitude aussi de la danse classique, de la danse moderne, du jazz, de l’acrobatie et toutes ces techniques s’interpénètrent. En 1920 et en 1930, la technique n’était peut-être pas si sophistiquée mais sur les enregistrements audiovisuels de l’époque – aujourd’hui on dirait des clips – on voit que les danseurs de claquettes dansent très bien et au rythme de la musique. »

Joe Jarský est décédé en 1980. Jusqu’à quel âge a-t-il dansé ?

 « Je ne m’en souviens pas. Mais d’après différentes notes et écrits, il a mis fin à sa carrière active en 1940, mais en 1946, il a fondé avec son collègue Oldřich Michálek, comme il a été déjà mentionné, une Ecole de danse de claquettes, ce qui veut dire qu’il a continué à donner des cours et que probablement, il s’est encore aussi présenté en public. Il ne se présentait pas sur scène seulement au théâtre de Smíchovská aréna, qui était un grand théâtre, mais aussi dans des cabarets et il faisait même des claquettes dans les salles de cinéma. A l’époque les films muets étaient accompagnés par des musiciens, très souvent aussi par des artistes et des danseurs de claquettes jusqu’en 1930. »

17-09-2009