Jan Karafiát – auteur des Petits coléoptères, un conte charmant pour enfants et adultes

24-06-2010

Pasteur des Frères de Bohême, missionnaire indépendant, écrivain et éditeur de la revue Lettres réformées (Reformované listy), Jan Karafiát est surtout connu pour son conte pour enfants et adultes Les Petits coléoptères, conte pour enfants et adultes. Il a publié ce livre en 1876 dans l’anonymat, comme d’ailleurs la plupart de ses œuvres, et à son propre compte. L’œuvre a vite été oubliée avant d’être heureusement redécouverte par l’écrivain Jan Herben, dix-sept ans après sa première édition. Elle a été publiée dans le magazine Čas (Le Temps) et son succès lui a valu d’être rééditée un an plus tard. Jan Karafiát était expert en théologie et se consacrait particulièrement au langage de la bible. Il a révisé la Bible de Kralice et a publié, en 1878, L’Analyse du langage et de la traduction du Nouveau Testament de Kralice et La Traduction de Kralice révisée de la Bible du Seigneur.

Jan Karafiát est né le 4 janvier 1846 à Jimramov, à la frontière entre la Bohême et la Moravie. C’est à l’école protestante de sa commune natale, fondée au XIIIe siècle, qu’il a fait ses études primaires. Après avoir terminé ses études secondaires au lycée allemand des Piaristes à Litomyšl et au lycée protestant de Gütersloh en Westphalie, il a poursuivi sa formation en théologie à Berlin, Bonn et Vienne. En 1869, il passe son dernier examen et commence à chercher un poste pastoral. Malheureusement, tous les postes dans les paroisses sont occupés. Mais le jeune théologien a tout de même de la chance. Son professeur de Vienne, Eduard Böhl, qui l’a d’ailleurs beaucoup influencé, le recommande comme éducateur au riche industriel Langen à Cologne, en Rhénanie. Une année s’écoule et Jan part pour un stage d’une année au sein de l’Eglise réformée à Roudnice, au poste de vicaire. A cette époque devient membre de la confrérie des missionnaires de Londres, qui lui propose d’écrire un livre sur Jan Hus. Une offre qu’il accepte avec joie, et il termine l’œuvre en moins d’une année. Mais l’ambiance de Roudnice ne lui convient absolument pas et lorsque l’Eglise libre d’Ecosse lui propose de financer ses études dans un de ses collèges à Edimbourg, il part vivre en Grande-Bretagne. A Edimbourg il fait la connaissance de Miss Joan Denistoun Buchanan of Auchentorley, une aristocrate distinguée dont il se lie d’une forte amitié qui durera durant toute la vie du théologien-écrivain.

A son retour d’Ecosse, il retourne dans sa patrie et décroche un poste au Séminaire protestant d’instituteurs à Čáslav, où il enseigne la pédagogie, la didactique et la langue tchèque. Deux ans après son arrivée au séminaire, il devient gérant de l’institution, fonction qu’il n’assumera que pendant un an. Par la suite il se déplace à Velká Lhota, où il assumera la mission de pasteur pendant une vingtaine d’années. Mais suite à des mésententes avec la direction, il quitte Velká Lhota pour Prague.

Pendant un de ses séjours à l’étranger, il a résidé à Elberfeld, aux Pays-Bas. C’est en ces lieux romantiques que Jan Karafiát a rencontré la belle Herminka, dont il est tombé amoureux et qu’il espérait épouser. Mais il n’en fut rien, et le pasteur et écrivain est resté célibataire. Par contre son séjour aux Pays-Bas fut plus tard l’une des sources d’inspiration pour Les Petits coléoptères. Décédé le 31 janvier 1929 à Prague, Jan Karafiát est l’auteur de nombreuses œuvres, parmi lesquelles Les mémoires de l’auteur des Petits coléoptères, une œuvre en cinq tomes dans laquelle il décrit les principes et sa passion pour la mission de pasteur, La Prêche de Jan Karafiát, Les amis, La personnalité de Jan Hus, Les chansons du célibataire ou Recueil de chansons réformées.

Les Petits coléoptères, l’œuvre qui l’a rendu célèbre, a été traduite en plusieurs langues, elle est connue de toutes les générations et reste très recherchée.

24-06-2010