Infos du jour Nouvelles Lundi, 26. OCTOBRE, 1998

26-10-1998

Havel à la BBC

Dimanche matin, la télévision britannique BBC a diffusé un entretien avec Vaclav Havel. Le président tchèque s'y est exprimé sur différents sujets concernant tant sa vie personnelle que le destin de son pays. "Je ne travaille pas pour l'histoire ou pour des manuels", a-t-il dit, par exemple, "mais je m'efforce d'agir de mon mieux pour mon pays, pour l'Europe, pour le monde, pour les générations futures". Quant à la restauration éventuelle du communisme en Europe de l'Est, Havel l'exclut tout en admettant, certes, l'apparition de régimes plus ou moins autoritaires dans certains pays.

Le repos imposé au président de la République

De retour de Münster, où il a participé, samedi, aux célébrations du 350e anniversaire des traités de Westphalie, le président Havel pourra enfin penser plus au repos. A la satisfaction de ses médecins, il faut le dire, qui ne voyaient pas d'un bon oeil son programme énormément chargé de ces derniers jours.

L'archevêque de Prague contre l'égoÍsme

Vaclav Havel n'a pas été le seul Tchèque à Münster. Le cardinal Miloslav Vlk, archevêque de Prague et primat de Bohême et de Moravie, qui y représentait les catholiques tchèques, a même profité de cette occasion pour lancer un appel à ce qu'on oppose la solidarité chrétienne à l'individualisme et l'égoÍsme. Cette approche de la vie serait, selon lui, un apport concret des chrétiens à l'Europe dans l'année du 350e anniversaire de la fin de la guerre de Trente Ans.

Helmut Zilk demande des explications et des preuves

Face aux informations accusant Helmut Zilk, ancien maire de Vienne, de collaboration avec les services secrets communistes en Tchécoslovaquie, le Château de Prague préfère ne pas le décorer de l'Ordre Masaryk comme prévu. En refusant un fond réel des accusations, Helmut Zilk est prêt à demander des explications au président Havel. Entre temps, plusieurs personnalités tchèques et slovaques, y compris les maires de Prague et de Bratislava, Jan Koukal et Peter Kresanek, se sont prononcés en faveur de l'ex-maire viennois. Pour sa part, le chef de la Chambre des députés, Vaclav Klaus, estime que ce comportement du Président peut marquer négativement les relations entre Prague et Vienne.

L'Iran contre les émissions de Radio Europe libre/Radio Liberté

A quelques jours seulement de l'inauguration prévue des émissions de Radio Europe libre/Radio Liberté vers l'Iran et l'Irak, les autorités de Téhéran accusent les Etats-Unis de s'ingérer ainsi dans les affaires intérieures de l'Iran. D'après l'AFP, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères s'est vu déclarer, samedi, entre autre, que l'ouverture des émissions de cette station américaine, installée à Prague, est en contradiction avec les rapports d'amitié traditionnels entre l'Iran et la République tchèque.

Les méthodistes sur l'ex-Yougoslavie

Des représentants des Eglises méthodistes de sept pays d'Europe centrale et du Sud sont arrivés à Prague pour informer de leurs expériences acquises lors de leurs missions au Kosovo, en Albanie, en Croatie, en Bosnie, en Ukraine et en Algérie.

Petr Pithart aux Etats-Unis

Le président du Sénat, Petr Pithart, est parti aux Etats-Unis, à l'invitation des compatriotes tchèques. Il y participera à plusieurs manifestations qui auront lieu à l'occasion du 80e anniversaire de la fondation de la Tchécoslovaquie. Pithart profitera de son séjour aussi pour rencontrer des représentants du Congrès américain et pour remettre l'Ordre du Lion blanc au fils du général légendaire George Patton. Précisons que ce sont les unités du général Patton qui libérèrent la Bohême occidentale en 1945.

Le Parlement spirituel tchéco-slovaque s'est réuni en Moravie

C'est dans le cadre des célébrations de la naissance de la Tchécoslovaquie qu'a tenu sa réunion à Olomouc, en Moravie, ce qu'on appelle le Parlement spirituel tchéco-slovaque. Ses participants, qui se recrutent principalement parmi les artistes, les journalistes et les enseignants des deux pays, veulent ainsi démontrer que la partition physique de la Tchécoslovaquie, en 1993, ne signifie pas forcément une séparation des liens spirituels, et humains en général, entre les deux peuples.Havel à la BBC

Dimanche matin, la télévision britannique BBC a diffusé un entretien avec Vaclav Havel. Le président tchèque s'y est exprimé sur différents sujets concernant tant sa vie personnelle que le destin de son pays. "Je ne travaille pas pour l'histoire ou pour des manuels", a-t-il dit, par exemple, "mais je m'efforce d'agir de mon mieux pour mon pays, pour l'Europe, pour le monde, pour les générations futures". Quant à la restauration éventuelle du communisme en Europe de l'Est, Havel l'exclut tout en admettant, certes, l'apparition de régimes plus ou moins autoritaires dans certains pays.

26-10-1998