Infos du jour Infos du jour

16-05-2019

Tensions avec l’Iran : l’Armée tchèque maintient ses soldats en Irak

Les soldats tchèques restent en Irak malgré la dégradation de la situation dans la région causée par l’escalade de la tension entre les Etats-Unis et l’Iran. Alors que l’Allemagne et les Pays-Bas ont décidé, mercredi, de suspendre jusqu’à nouvel ordre leurs formations militaires en Irak, l’Armée tchèque, elle, a fait le choix de maintenir la soixantaine de soldats qui opèrent actuellement dans le pays. Le ministère de la Défense a précisé que « des mesures adéquates ont été adoptées » et que l’Armée était prête à réagir en cas de besoin.

L’Armée tchèque est présente en Irak depuis plusieurs années, notamment pour l’entraînement des pilotes irakiens des avions tchèques d’attaque au sol L-159. Deux autres équipes composées de spécialistes des armes chimiques et de policiers militaires opèrent également sur place.

« Pas d’autre alternative que d’être membre de l’UE », selon le chef de la diplomatie tchèque

La République tchèque n’a pas d’autre alternative que d’être membre de l’Union européenne, et elle n’en cherche de toute façon pas. « Etre membre de l’UE est incontestablement un avantage ». Tel est en somme le message transmis par le ministre des Affaires étrangères, Tomáš Petříček, ce jeudi, en ouverture d’une conférence sur le 15e anniversaire de l’adhésion de la République tchèque organisée par le ministère.

Le chef de la diplomatie a également déclaré qu’il n’était pas possible d’envisager l’appartenance du pays aux Vingt-huit uniquement sous un angle comptable. Selon lui, il convient également de prendre conscience de l’importance pour la République tchèque de pouvoir coopérer, comme au sein de l’OTAN, avec des pays qui partagent des valeurs communes, la voix de Prague en matière de politique étrangère étant ainsi renforcée. Présent lui aussi à cette conférence, le Premier ministre Andrej Babiš a pour sa part insisté sur la nécessité de renforcer le rôle des Etats-nations au sein de l’Union, estimant notamment que les pays membres devraient pouvoir décider eux-mêmes de l’usage des subventions en provenance des fonds européens.

Le chef de la diplomatie critique un député communiste pour son voyage à Donetsk

Le ministre des Affaires étrangères a critiqué la récente visite du député communiste Zdeněk Ondráček dans l’oblast de Donetsk, territoire ukrainien sous contrôle des séparatistes pro-russes. Zdeněk Ondráček a été reçu officiellement par les représentants de la République populaire de Donetsk, Etat sécessionniste non reconnu à l’international, et l’hymne tchèque a été joué à cette occasion. Zdeněk Ondráček a indiqué qu’il s’agissait d’une visite privée et qu’il ne s’exprimait pas au sujet de ce type de voyages.

« Le député Ondráček fait honte à la République tchèque, a réagi Tomáš Petříček. Il ne représentait pas officiellement la République tchèque. A l’exception d’une vidéo [diffusée sur Twitter] montrant ce ‘succès’, je ne sais pas quel était le but de ce voyage. » Pour rappel, Prague considère que les territoires des Républiques autoproclamées par les séparatistes pro-russes tout comme celui de la Crimée annexé par la Russie, font partie intégrante de l’Ukraine.

Le ministre de la Culture va démissionner

Antonín Staněk a fait savoir, ce mercredi, qu’il quitterait ses fonctions à la fin du mois de mai. C’est à ce moment-là que le président du parti social-démocrate (ČSSD), Jan Hamáček, désignera son successeur. Selon lui, le ministère a besoin d’une nouvelle impulsion.

Antonín Staněk était la cible de nombreuses critiques depuis plusieurs semaines suite à ses décisions controversées, prises mi-avril, de limoger les directeurs de la Galerie nationale de Prague et du Musée des arts d’Olomouc, vues d’un mauvais œil dans les milieux culturels et dans les rangs de l’opposition. Des pétitions signées par plusieurs milliers de personnes avaient été remises au gouvernement pour réclamer la révocation du ministre.

Santé : l’exode des infirmières en République tchèque s’est ralenti en 2018

Les hôpitaux en République tchèque comptent actuellement au total quelque 2 000 infirmières de moins qu’en 2010, a indiqué le directeur de l’Institut des informations et statistiques relatives au secteur de la santé (ÚZIS) lors d’une conférence syndicale qui s’est tenue mercredi. La pénurie d’infirmières est désignée par les hôpitaux, les syndicats et le ministère comme un des plus graves problèmes dans le secteur de la santé en République tchèque.

Toutefois, la tendance est désormais moins négative que dans un passé encore très récent, puisque la baisse des effectifs a très nettement ralenti en 2018. L’âge moyen des infirmières s’élève à 46 ans, un sixième d’entre elles ont plus de 60 ans. Le montant de leur salaire moyen a été d’environ 38 500 couronnes (près de 1 500 couronnes), soit une croissance interannuelle de 12% et de 41% en l’espace de cinq ans. Une nouvelle hausse à un montant moyen de 42 000 couronnes (1 635 euros) est prévue pour cette année, avec toutefois d’importantes différences entre les niveaux des salaires dans les hôpitaux privés et publics.

Hockey – Mondial : les Tchèques de nouveau en piste ce jeudi

La République tchèque affronte la Lettonie, ce mercredi soir à Bratislava, pour son quatrième match de groupe comptant pour le premier tour du championnat du monde de hockey sur glace. Défaite par la Russie (0-3) lundi, après deux victoires en ouverture de la compétition contre la Suède et la Norvège, la Reprezentace entend reprendre sa marche en avant dans l’optique d’une qualification pour les quarts de finale.

Vainqueur elle aussi de deux de ses trois premiers matchs, la Lettonie, elle aussi candidate à une des quatre premières places dans le groupe B qualificative pour les play-offs, compte le même nombre de points que les Tchèques.

Foot – Championnat tchèque : le sacre du Slavia retardé

Malgré son succès aux dépens de Jablonec (2-1), mercredi soir dans son stade d’Eden, lors de la 3e journée des play-offs de la Fortuna Liga, le Slavia Prague devra encore patienter pour célébrer le cinquième titre de champion de République tchèque de football de son histoire depuis la partition de la Tchécoslovaquie. En cas de victoire, le Slavia, qui possédait cinq points d’avance sur le Viktoria Plzeň, devait compter sur un faux-pas du club de Bohême de l’Ouest, qui recevait le Sparta Prague, pour être sacré.

Plzeň a toutefois déclassé le Sparta (4-0), qui a essyué la plus lourde défaite de son histoire dans le championnat tchèque, et a ainsi maintenu l’écart avec le leader à cinq points. A deux journées de la fin des play-offs et de la saison, le Slavia n’a toutefois plus besoin que d’un seul point pour décrocher le titre de champion. Dimanche, les Pragois affronteront le Baník à Ostrava, tandis que Plzeň se déplacera à Liberec.

Météo

« Enfin ! », s’exclameront peut-être certains. Après une semaine particulièrement maussade et fraîche pour la saison, le soleil fait progressivement son retour sur une grande partie du territoire ce vendredi, jour de la fête des Aneta, et ce avant un samedi annoncé largement ensoleillé.

Le mercure remonte quelque peu du coup avec des températures comprises entre 17 °C et 20 °C. Le soleil se lève à 5h11 et se couche à 20h52.

16-05-2019