Infos du jour Infos

18-12-2011

Václav Havel est mort

Václav Havel est mort ce dimanche. Il s’est éteint dans son sommeil dans sa maison de campagne de Hradeček, en Bohême de l’Est. Le premier président de la Tchécoslovaquie de l’ère postcommuniste, puis de la République tchèque indépendante à partir de 1993, avait fêté ses 75 ans en octobre dernier. Depuis le printemps dernier, il souffrait de graves problèmes respiratoires. Ancien dissident, son long séjour dans les prisons communistes dans les années 1980 et son intensif tabagisme de longue date étaient les principales raisons de son état de santé précaire. En 1996, Václav Havel avait été opéré d’un cancer du poumon et une importante partie de son poumon droit lui avait été retirée. Le 17 novembre dernier, il n’avait pas participé aux célébrations du 21e anniversaire de la révolution qui avait entraîné la chute du régime communiste. Václav Havel, ancien président, est apparu pour la dernière fois en public la semaine dernière à l’occasion de la visite à Prague de son ami le dalaï-lama, au cours de laquelle il était apparu très affaibli (http://www.radio.cz/fr/rubrique/faits/le-dalai-lama-a-prague-les-succes-economiques-de-pekin-sont-entaches-par-un-manque-de-respect).

Pour le Premier ministre Petr Nečas, Václav Havel était « le symbole de 1989 et de notre pays à l’étranger »

Même si son état de santé était précaire depuis de nombreuses années, l’annonce, dimanche en fin de matinée, de la mort de l’ancien président Václav Havel constitue un choc pour une immense majorité de Tchèques. En direct sur la Télévision tchèque, où il donnait une interview sur la crise dans la zone euro, le Premier ministre, Petr Nečas, a qualifié la mort de Václav Havel de « grande perte ». « Il était le symbole des événements qui se sont passés chez nous en 1989. Il a fait énormément pour ce pays, son passage pacifique à la démocratie, l’instauration des structures démocratiques fondamentales, son intégration à l’Union européenne et au sein de l’OTAN. Il était le symbole, le visage de notre République à l’étranger, et il avait encore beaucoup à dire », a notamment déclaré le chef du gouvernement.

Václav Klaus entretenait du respect pour Václav Havel depuis les années 1960

 « Václav Havel était devenu le symbole de l’Etat tchèque moderne », a déclaré Václav Klaus dans une allocution prononcée dimanche en début d’après-midi. En 2003, Václav Klaus, dont le deuxième mandat actuel s’achèvera en 2013, a succédé à Václav Havel au Château de Prague, siège de la présidence de la République tchèque. « Même si nous étions au courant de la gravité de son état de santé, cette information est pour nous quelque chose que nous n’osions pas admettre », a regretté le chef de l’Etat. Les deux hommes, qui ont été les principales figures des grandes transformations dans les années 1990, ne s’appréciaient pas particulièrement. Pour autant, ce dimanche, Václav Klaus a affirmé qu’il entretenait du respect pour Václav Havel depuis les années 1960, lorsqu’il en avait fait la connaissance. Il a rappelé que c’est Václav Havel qui l’avait invité à rejoindre le Forum civique en création en 1989. « Sa personnalité, son nom et son travail ont considérablement contribué à ce que la République tchèque intègre rapidement la communauté des pays libres et démocratiques », a ajouté Václav Klaus. Des livres de condoléances seront mis à disposition du public au Château de Prague lundi, à partir de 10 heures.

Le monde ému aussi par le décès de Václav Havel

Personnalités et médias étrangers ont bien entendu eux aussi immédiatement réagi à l’annonce du décès de Václav Havel. « Un des plus grands Européens », « un héros », « l’âme de la révolution » : c’est en ces termes, et bien d’autres encore, que les responsables politiques, un peu partout en Europe et dans le monde, ont commenté l’information. « Il aurait mérité de recevoir le prix Nobel de la paix. C’était un grand homme qui va nous manquer. Qu’il repose en paix », a, par exemple, déclaré l’ancien président polonais Lech Walesa. En France, Le Monde parle notamment du président-philosophe, « un inspirateur » et « un grand homme » selon les politiques français. En Grande-Bretagne, le Guardian évoque le départ du « héros tchèque » ; « un président qui a concouru à la chute du communisme », rappelle pour sa part le Los Angeles Times.

Les cloches de nombreuses églises du pays ont retenti à 18 heures, rassemblement sur la place Venceslas

Partout dans le pays, un vibrant hommage est rendu à Václav Havel. A Prague, c’est d’abord dans la cour du Château de Prague et dans l’Avenue nationale (Národní třída), là où se trouve le monument rappelant les événements de 1989, que les gens se sont réunis pour apporter des fleurs et allumer des bougies. A 18 heures, les cloches de nombreuses églises du pays ont retenti en même temps. Dans la soirée, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées sur la place Venceslas. « Est mort celui qui savait ce qu’est la perte de la liberté, la négation de la dignité humaine, l’oppression et la prison. Je suis convaincu que tous, quelles que soient nos convictions politiques ou religieuses, nous sommes tenus de lui rendre hommage », a estimé l’archevêque de Prague, Dominik Duka. A Brno, des milliers de personnes se relaient également sur la Place de la liberté, où un grand rassemblement se tient dans la soirée.

Václav Havel probablement enterré vendredi 23 décembre

L’enterrement de Václav Havel devrait se tenir vendredi prochain, 23 décembre, à Prague. L’information a été communiquée par l’agence de presse ČTK. Aucuns détails supplémentaires n’ont toutefois été communiqués pour l’instant. Ce lundi, le gouvernement se réunira exceptionnellement pour décider d’un deuil national. A partir de mercredi, le corps de l’ancien président sera exposé au Château de Prague. Une minute de silence sera également respectée ce lundi à Bruxelles avant toutes les réunions au Conseil de l’UE.

Le Premier ministre ukrainien à Prague lundi pour rétablir le dialogue

Le Premier ministre ukrainien Mykola Azarov effectue une visite en République tchèque ce lundi. Il y sera reçu par son homologue Petr Nečas, avec lequel il discutera notamment de la coopération économique entre Kiev et Prague et de la relation de l’Ukraine envers l’Union européenne. L’objectif de cette visite est également de rétablir le dialogue politique et de régler les problèmes apparus suite à une récente affaire d’espionnage. En mai dernier, deux diplomates tchèques membres du département militaire avaient été expulsés de Kiev par le ministère ukrainien des Affaires étrangères. A l’époque, le gouvernement ukrainien avait indiqué que les deux hommes espionnaient depuis plusieurs années l’industrie d’armement ukrainienne. La diplomatie tchèque avait démenti ces accusations.

Le trésor de saint Guy exposé en permanence à la chapelle Sainte-Croix du Château de Prague

Le trésor de saint Guy est revenu, vingt-et-un an après l’avoir quittée, à la chapelle Sainte-Croix au Château de Prague. La chapelle abritait autrefois les joyaux de la couronne des Etats de la Bohême. La nouvelle exposition permanente a été ouverte, vendredi, par le président de la République, Václav Klaus, et l’archevêque de Prague et primat tchèque, Dominik Duka. La croix reliquaire en or qu’avait fait faire l’empereur Charles IV et qui est habituellement exposée avec les joyaux de la couronne de Bohême est notamment présentée au public. L’histoire du trésor remonte à saint Venceslas (Xe siècle), avant qu’elle ne soit enrichie par Charles IV notamment lors de ses voyages en Europe lors desquels il collectionnait les reliques. La collection constitue l’un des plus importants trésors d’église en Europe.

Météo

Comme dimanche, c’est un temps variable qui continue de régner sur l’ensemble du territoire ce lundi, jour de la fête des Ester. Quelques faibles chutes de neige sont possibles dans la moitié ouest, ainsi qu’à Prague. Les températures sont stables et varient entre -1° C et 3° C pour les maximales.

18-12-2011