Infos du jour Infos

17-11-2011

17 novembre, jour de fête nationale : 22 ans depuis le début de la révolution de velours

Le jeudi 17 novembre est jour de fête nationale en République tchèque. Les Tchèques célèbrent notamment le 22e anniversaire de la révolution dite de velours qui, en 1989, avait abouti à la fin de 41 ans de régime communiste en Tchécoslovaquie. La première manifestation contre le régime, organisée par les étudiants, s’était tenue à Prague le 17 novembre. Plus largement, le 17 novembre, journée internationale des étudiants, est célébré en République tchèque comme journée de lutte pour la liberté et la démocratie. Des étudiants tchèques avaient été exécutés par le régime nazi le 17 novembre 1939 suite à des manifestations contre l’occupant allemand.

Pour le président tchèque, les événements du 17 novembre ont un sens atemporel pour l’Etat moderne tchèque

Les événements du 17 novembre ont un sens atemporel dans l’histoire moderne tchèque, car ils rappellent les idéaux sur lesquels repose l’Etat moderne tchèque. C’est qu’a expliqué le président de la République, Václav Klaus, lors de la cérémonie qui s’est tenue, ce jeudi matin, à Prague, en souvenir des manifestations étudiantes durement réprimées par les nazis en 1939 et de la manifestation de 1989, la première d’une longue série ayant abouti à la chute du régime communiste. Au sujet des événements de 1989, le chef de l’Etat a estimé que le régime communiste était alors à l’agonie et que peu de choses avaient suffi pour le faire chuter. « En 1939, le nazisme était au plus fort de ses forces. C’est pourquoi les conséquences ont été différentes », a déclaré Václav Klaus, rappelant les neuf étudiants exécutés le 17 novembre suite aux manifestations dans les semaines précédentes, les centaines d’autres envoyés dans des camps de concentration et la fermeture des universités et écoles supérieures tchèques par l’occupant allemand. Suite à cette répression et ces exécutions, le 17 novembre a été déclarée Journée internationale des étudiants dès 1940. Le président a rappelé que c’est également cette date qui a servi d’appel aux étudiants et a entraîné la première manifestation contre le régime totalitaire en 1989. « Les événements de ces deux 17 novembre et la mort de l’étudiant Jan Opletal en 1939 ont un sens atemporel car ils rappellent les idéaux de liberté et de démocratie sur lesquels repose l’Etat moderne tchèque ».

Entrée en vigueur de la loi de résistance anti-communiste

La loi relative à la résistance contre le communisme entre symboliquement en vigueur ce jeudi 17 novembre. Selon le texte, les anciens résistants vont recevoir 100 000 couronnes (environ 4 000 euros, les veufs ou veuves la moitié de cette somme) et se verront attribuer le statut d’anciens combattants même sans jamais avoir pris les armes. Ce statut doit leur permettre de bénéficier de certains avantages, notamment dans le domaine de la santé. Par ailleurs, dans le cas où des anciens résistants reçoivent actuellement une pension de retraite inférieure au montant moyen national, le montant de leur pension sera mis à niveau de la moyenne. Adoptée cette année, cette loi entre en vigueur ce 17 novembre, célébré en République tchèque comme Journée de lutte pour la liberté et la démocratie. La première manifestation lors de la révolution qui a abouti à la chute du régime communiste en Tchécoslovaquie en 1989 s’était tenue le 17 novembre à Prague.

Manifestations contre les réformes gouvernementales un peu partout dans le pays

Une manifestation organisée par plusieurs organisations s’est tenue, ce jeudi, sur la place Venceslas à Prague, pour protester contre les réformes gouvernementales. Environ un millier de personnes a participé à cette manifestation. Un des slogans était : « Les politiques, vous voulez faire des économies ? Arrêtez de voler et il y en aura assez pour tout le monde ! ». Des manifestations se sont également tenues dans les autres grandes villes du pays, rassemblant quelques centaines de personnes.

Vente obligatoire de cigarettes « anti-incendie » aussi en République tchèque à compter de ce jeudi

Comme dans les vingt-six autres pays membres de l’Union européenne, seules des cigarettes dites « anti-incendie » sont vendues à compter de ce jeudi en République tchèque. Désormais, les fabricants de tabac sont tenus de ne mettre sur le marché que des cigarettes à faible propension à l'inflammation, qui, grâce à un papier plus épais, s'éteignent seules en moins d’une minute. Cette mesure de sécurité est déjà appliquée aux Etats-Unis, au Canada et en Australie. Elle l'est également en Finlande depuis avril 2010. Dans l'Union européenne, la cigarette provoque chaque année plus de 30 000 incendies, qui font plus de 1 000 morts en moyenne.

Le nombre de Tchèques fiers de leur pays est en baisse

Le nombre de Tchèques fiers de leur nationalité est le plus faible depuis 1998. Selon un sondage réalisé par l’agence STEM, 66 % des personnes interrogées se déclarent fières d’être tchèques. Il s’agit d’une baisse semblable par rapport à l’année dernière, où leur nombre représentait 79 % de la population. Le nombre de Tchèques ressentant une appartenance à l’Europe a également baissé de 9 points pour s’élever également à 66 %, soit le chiffre le plus faible depuis 2005, un an après l’adhésion du pays à l’UE.

Miroslav Pelta succède à Ivan Hašek à la tête de la Fédération tchèque de football

La Fédération tchèque de football a élu son nouveau président, ce jeudi, à Nymburk, en Bohême centrale. Miroslav Pelta, dirigeant du club de Jablonec, succède à Ivan Hašek, qui avait démissionné en juillet dernier pour aller entraîner aux Emirats arabes unis. Miroslav Pelta, dont le nom a souvent été cité dans la vaste affaire de corruption qui a éclaté dans le championnat tchèque en 2204, est un personnage controversé. Souvent mis en cause dans diverses affaires, Miroslav Pelta, qui a également été pendant six ans le directeur général du Sparta de Prague, n’a toutefois jamais été condamné.

Les footballeurs tchèques ont célébré « comme des footballeurs » leur qualification pour l’Euro 2012

Bien que toujours critiqués tant par les observateurs que par les médias et leurs supporters pour la pauvreté de leur jeu et leurs faibles prestations durant les éliminatoires, les footballeurs tchèques n’ont pas manqué de célébrer à leur manière leur qualification pour la phase finale de l’Euro 2012. Après leur victoire (1-0) obtenue aux dépens du Monténégro, mardi soir, à Podgorica, en match retour des barrages, les protégés du sélectionneur Michal Bílek ont probablement quelque peu exagéré dans la manière de fêter leur succès. Un certain nombre de joueurs sont ainsi descendus de l’avion à Prague avec des chemises, des vestes et des pantalons de leur costume officiel déchirés. Milan Baroš et un autre de ses partenaires sont même apparus en string pour le premier et en slip pour le second à l’aéroport de Prague. La majorité des joueurs ont repris un chant vulgaire contre un de leurs plus virulents critiques devant les médias. « Je remercie les supporters qui nous ont soutenus. Les autres, ceux qui souhaitaient qu’on ne se qualifie pas, l’ont dans le c.. », a expliqué, plus inspiré que sur le terrain, le meilleur buteur de l’Euro 2004.

Météo

Après une journée de mercredi très nuageuse, avec un épais brouillard, le soleil est un plus présent un peu partout dans le pays ce jeudi, jour de la fête des Mahulena. Les températures restent fraîches et varient entre -1 °C et 3 °C pour les maximales.

17-11-2011