Infos du jour Infos

08-04-2010

Dimitri Medvedev et Barack Obama ont signé au château de Prague le traité START II sur la réduction des arsenaux nucléaires

C’est ce jeudi à midi que le nouveau traité START sur la réduction des arsenaux nucléaires a été signé à Prague par les présidents russe et américain, respectivement Dimitri Medvedev et Barack Obama. Dimitri Medvedev est arrivé dans la capitale tchèque mercredi soir, pour s’entretenir avec la président Vaclav Klaus, après avoir effectué une visite à Bratislava. Le président américain, qui s’est déjà rendu à Prague il y a un an, restera dans la capitale tchèque jusqu’à vendredi. Ce jeudi soir, il a convié pour un dîner à l'ambassade américaine les représentants de 11 pays d'Europe centrale et orientale. Il s'agit des trois pays baltes, de la Bulgarie, de la Hongrie, de la Croatie, de la Pologne, de la Roumanie, de la Slovaquie et de la Slovénie, qu'il veut rassurer quant à l'ntérêt que les Etats-Unis leur porte. Vendredi matin, Barack Obama rencontrera le président tchèque Václav Klaus et le Premier ministre Jan Fischer. Le nouveau traité START II remplaçant le précédent arrivé à échéance en décembre dernier, prévoit d’ici à 7 ans, la réduction à 1550 du nombre d’ogives nucléaires stationnées, contre les 2200 actuelles. Le nombre de véhicules stratégiques devrait baisser à 700.

START II : Klaus confirme que l’Iran et le Kirghizistan ont été évoqués par Obama et Medvedev

Plus que le contenu du nouveau traité de désarmement nucléaire START II, le président Vaclav Klaus, qui a été l’hôte de la cérémonie de signature, a convenu que les conversations entre Barack Obama et Dimitri Medvedev ont davantage portées sur les conséquences de START II sur les relations américano-russes et sur la situation en Iran et surtout au Kirghizistan, peu après que le principal parti d’opposition de ce pays d’Asie centrale ait fait savoir qu’il avait installé un gouvernement intérimaire. Vaclav Klaus a également commenté l’invitation des 11 chefs d’Etat et de gouvernement centre et est-européens à un dîner avec Obama, qu’il explique comme un signal pour montrer que l’Amérique s’intéresse toujours à ces pays. Le président tchèque a également évoqué le contenu de ses échanges avec Dimitri Medvedev, sur la centrale nucléaire de Temelin, ou sur la participation d’entreprises tchèques à la construction de routes et de chemins de fer en Russie.

Réunion Clinton – Kohout : le bouclier sera un projet de l’OTAN auquel la Russie pourrait se joindre

Le ministre des Affaires étrangères tchèque Jan Kohout s’attend à ce que le projet de bouclier anti-missile américain devienne un projet de l’OTAN. C’est ce qu’il a déclaré à l’issue de sa rencontre avec la secrétaire d’Etat américaine Hilary Clinton ce jeudi après-midi à Prague. La Russie devrait ainsi pouvoir se joindre au projet. « Je suppose que la fédération de Russie se joindra d’une certaine façon au processus, à ce système anti-missile. J’espère qu’ils vont vouloir, que la volonté est de leur côté » a déclaré le ministre tchèque des Affaires étrangères à la télévision publique. Les conversations entre Kohout et Clinton ont également porté sur les missions des soldats tchèques en Afghanistan, à propos desquelles la secrétaire d’Etat américaine a fait connaître sa satisfaction.

La Russie considère toujours la question du système anti-missile comme un problème

La Russie est prête à coopérer avec les Etats-Unis sur la défense anti-missile. C’est ce qu’a déclaré le président russe Dimitri Medvedev après la signature des nouveaux accords START II avec les USA. Des divergences existent, mais la volonté de se pencher sur la question existe, a-t-il spécifié. Le chef du Kremlin a rappelé qu’il a apposé sa signature sur le nouveau traité START avec une clause selon laquelle la Russie pourrait se rétracter si le bouclier antimissile américain menaçait le nouvel équilibre stratégique. Le président américain a de son côté déclaré que le bouclier antimissile n’avait en aucun cas pour objectif de changer cet équilibre entre la Russie et les Etats-Unis. Pour lui, au contraire, il s’agit de faire entrer la Russie dans ce débat sur la défense antimissiles. Le secrétaire du ministre russe des Affaires étrangères Sergej Rjabkov a ajouté que du temps et l’avis d’experts militaires seront nécessaires pour résoudre le problème.

Fischer : « le traité russo-américain a une grande importance »

Après la signature du traité START II ce jeudi midi à Prague entre les présidents russe et américain revêt une grande importance pour la coexistence des deux superpuissances et pour le monde entier. « Quelques soient les analyses jugeant soient que ces accords sont insuffisants ou qu’ils ne concernent que les armes obsolètes, je ne suis pas d’accord », a déclaré le Premier ministre Jan Fischer dans la salle espagnole du château de Prague à l’issue de la cérémonie. Il a ajouté qu’il considérait le choix de la capitale tchèque pour la signature de ce traité comme excellente et ne change rien dans la place de la République tchèque à l’OTAN. Etaient également présents à la cérémonie les chefs des deux principaux partis politiques tchèques, Petr Nečas de l’ODS et le social-démocrate Jiří Paroubek.

Signature de START II : réactions mitigées dans la presse et chez les experts

La signature du traité de réduction des arsenaux nucléaires entre les Etats-Unis et la Russie a entrainé de nombreuses réactions dans la presse. Pour le Wall Street Journal, un des journaux les plus diffusés aux USA et dans le monde, cet accord reflète une mentalité qui se rapporte à l’époque de la guerre froide. D’après le quotidien, cet accord donne l’impression que la plus grande menace actuelle serait un conflit nucléaire américano-russe, et ignore les ambitions nucléaires d’Etat comme l’Iran ou la Corée du Sud. Le quotidien français Le Monde s’est quant à lui penché sur le dîner rassemblant 11 chefs d’Etat et de gouvernement centre et est-européens conviés par le président américain à Prague. Considéré comme un « dîner d’adieu », il permettrait à la fois à Barack Obama de faire oublier son absence lors des commémorations du vingtième anniversaire de la chute des régimes communistes en 1989, de rassurer ces pays sur leur qualité d’allié des Etats-Unis après l’abandon du projet du bouclier anti-missile américain en Pologne et en République tchèque, tout en les incitant à s’engager plus intensément dans la diplomatie de l’UE. Selon certains experts, ce nouveau traité n’est pas un accord de désarmement crucial, mais peut être considéré comme un symbole des nouvelles relations entre la Russie et les États-Unis.

Les libéraux européens critiquent l’absence de l’UE au dîner d’Obama à Prague

L’ancien premier ministre belge et président de l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe a critiqué l’absence de représentants de l’Union européenne au dîner organisé par le président américain Barack Obama qui se tiendra ce jeudi soir à Prague, en présence de 11 chefs d’Etat ou de gouvernement de pays d’Europe centrale et orientale. « Cela montre que l’UE a besoin que sa politique étrangère commune devienne une réalité, pour que le président Obama sache qui il doit appeler et qui il doit inviter à dîner », a-t-il déclaré dans un communiqué de presse. Le porte-parole de la commission européenne Olivier Bailly a quant à lui indiqué que la commission ne considérait pas ce dîner comme une information négative.

Il y a un an, Jan Fischer nommé nouveau Premier ministre

Il y a tout juste un an, le 9 avril 2009, le président Václav Klaus a chargé Jan Fischer, jusqu’alors président du Bureau tchèque des statistiques, de former un gouvernement intérimaire d’experts, en attendant la tenue d’élections anticipées. Jan Fischer a remplacé Mirek Topolánek contraint de démissionner, en pleine présidence tchèque de l’Union européenne, après la motion de censure déposée par l’opposition social-démocrate et adoptée par la Chambre des députés. Or les législatives anticipées programmées pour le mois d’octobre 2009 avaient finalement été annulées et le gouvernement provisoire est resté en place plus longtemps que prévu. Les 28 et 29 mai 2010 est la date de la tenue des élections législatives dans lesquelles vingt-sept partis et formations politiques de tous bords participeront.

Ostrava envisage de porter plainte contre l’Etat en rapport avec la pollution de l'air

La ville d’Ostrava, en proie à de graves problèmes de pollution de l’air depuis le début de l’hiver, envisage de porter plainte contre l’Etat, pour l’obliger se préoccuper sérieusement de la situation. C’est ce qu’a annoncé Dalibor Madej, du parti civique démocrate et adjoint au maire de la capitale de Moravie-Silésie. Il y a moins d’un mois, le maire social-démocrate de la ville, Petr Kamnař, avait déclaré qu’une plainte contre l’Etat n’était pas à l’ordre du jour. Jan Fischer aurait du rendre à Ostrava mercredi 7 avril mais la visite du Premier ministre a été annulée en raison des préparatifs pour la signature du traité de désarmement nucléaire entre la Russie et les Etats-Unis à Prague, ce jeudi.

8 avril : journée internationale des Roms

Le 8 avril est traditionnellement la journée internationale des Roms. En République tchèque, plusieurs actions sont organisées. Ainsi, à Brno, des ONG vont accrocher des rubans sur l’arbre de la tolérance, situé dans le quartier de Zábrdovice, avant d’entamer une marche à travers les rues de la ville et de présenter un programme culturel sur la place de la Moravie. A Olomouc, une organisation de bienfaisance a également mis en place un programme culturel auquel sont invités à participer les Roms ainsi que toutes les personnes intéressées par les cultures roms. La journée internationale des Roms est célébrée partout dans le monde depuis vingt ans. Elle rappelle la création de l’Union internationale romani en 1971.

Martina Navrátilová atteinte d’un cancer du sein

La légende du tennis féminin tchèque Martina Navrátilová a annoncé, dans un entretien accordé au magazine People, que les médecins lui ont diagnostiqué en février dernier un cancer du sein. «Ça m’a jetée par terre. Je suis tellement en maîtrise de ma vie et de mon corps… Puis, cette nouvelle sur laquelle je n’ai aucun contrôle tombe…» a-t-elle déclaré dans l’entrevue. Martina Navrátilová a déjà subi avec succès l’ablation d’une tumeur. Son cancer ne touche actuellement qu’un sein et les médecins estiment que ses chances de guérison sont élevées. Surtout, l’ancienne numéro 1 mondiale, âgée de 53 ans, a admis avoir été peu assidue aux examens de contrôle. «Une autre année et j’aurais pu me retrouver dans une situation très grave.» a-t-elle avoué. Elle encourage ainsi les femmes à ne pas suivre son exemple et à se faire examiner régulièrement.

Météo

Vendredi, ce sera le retour des nuages et des précipitations. Seules les régions du sud de la Moravie seront épargnées. A Prague, le ciel sera couvert. Les températures maximales sont en baisse, entre 12 et 16 degrés. Nous fêterons les Dušan.

08-04-2010