08-02-2011

Premier volet aujourd’hui d’un nouveau rendez-vous mensuel avec les centres tchèques de deux capitales francophones en Europe. Une fois par mois nous prendrons des nouvelles de l’actualité culturelle tchèque à Paris et à Bruxelles, avec les directeurs de ces centres.

Bonjour Martin Bonhard vous êtes le directeur du Centre tchèque à Paris, et c’est donc avec vous que nous commençons cette série d’émissions. Qu’est-ce que prépare le centre tchèque de Paris pour les prochaines semaines ?

« Bonjour, il ne reste en réalité qu’une semaine car les vacances scolaires commencent le 14 février. Comme vous le savez Paris se vide ces prochaines semaines et nous n’avons donc pas prévu de manifestations culturelles. Ce mardi 8 février, nous avons une conférence très intéressante avec Anna Pravdová qui est historienne de l’art et conservatrice à la Galerie nationale de Prague. Le débat sera présenté par Antoine Marès, Professeur à l’Université Paris I Pantheon-Sorbonne et portera sur le livre d’Anna Pravdová « Rattrapés par la nuit » qui raconte le destin des artistes tchèques en France entre 1938 et 1945. »

Anna Pravdová qu’on a récemment entendue sur Radio Prague. D’autres événements intéressants en préparation? Même si c’est les vacances comme vous l’avez dit…

« Bien sûr nous préparons des événements pour plus tard. Nous avons en ce moment une exposition de la photographe Katarina Brunclíková, et le 3 mars nous aurons le vernissage de la jeune artiste Filomena Borecká qui vit et travaille à Paris. Son exposition de dessins et d'objets cinétiques s’intitule „Oxymorons“. Pendant les vacances nous allons donc préparer cette exposition. »

L’actualité franco-tchèque va être également marquée par la politique. Je ne sais pas si cela concerne le centre tchèque en premier lieu mais cette semaine jeudi et vendredi c’est la venue à Paris du Premier ministre tchèque Petr Nečas. Est-ce que le centre tchèque est concerné de près ou de loin par cette visite à caractère plus politique?

 « Comme vous le dites c’est une visite à caractère plus politique et comme nous nous occupons plutôt de la culture, cela ne nous concerne pas de près même si nous sommes bien sûr au courant de sa visite. Je vais moi-même rencontrer le Premier ministre lors d’un dîner-débat jeudi soir, mais c’est plutôt en qualité de représentant du centre tchèque. Il ne viendra pas au centre tchèque, il a bien sûr des rendez-vous plus importants avec le Président de la République et le Premier ministre français. »

Est-ce qu’en dehors du centre tchèque il y a des événements qui concernent la communauté tchèque en France?

« Nous sommes au courant de plus ou moins tous les événements car nous sommes constamment sollicités même en dehors de nos murs, notamment pour la promotion d’événements. En ce moment il y a une exposition de Anne Slacik dans une petite galerie à Montpellier. Comme nous possédons un centre assez grand ici à Paris, nous préférons concentrer les manifestations chez nous. »

En dépit des vacances ces prochains jours, est-ce qu’on peut, tout de même, dire un mot des cours de tchèque proposés par le centre? Est-ce que ces cours sont donnés de manière régulière ou alors seulement quelques mois dans l’année? Les gens peuvent-ils s’inscrire en cours d’année?

 « A priori ils peuvent venir d’inscrire tout au long de l’année. Nous possédons en fait de deux types de cours de tchèque. Nous proposons des cours pour adultes qui ont lieu presque tous les soirs au centre tchèque. Ils sont destinés à ceux qui souhaitent apprendre une langue étrangère. Il est possible de s’y inscrire tout au long de l’année, vous trouverez des informations à ce propos sur nos pages internet. Nous avons également ‘l’école sans frontières’ qui est destinée aux enfants bilingues, issus de mariages mixtes ou qui vivent à Paris suite aux obligations professionnelles ou autres de leurs parents. Pour les enfants du plus jeune âge nous dispensons des cours de tchèque mais aussi d’histoire, de géographie, etc. La langue tchèque est donc assez présente au centre tchèque à Paris. »

www.czechcentres.cz/paris

 

Karel Peroutka bonjour, vous êtes donc le directeur du Centre tchèque de Bruxelles. Est-ce que vous pouvez nous parler de ce qui attend le public dans les prochaines semaines à Bruxelles au centre tchèque?

« Aujourd’hui aura lieu un concert de musique baroque à la Maison de Prague au 16 avenue Palmerston. Jana Semerádová (flûte traversière) et Barbara Maria Willi (clavecin) interprèteront „Le Solo pour le Roi„ d’après les œuvres de Johann Joachim Quantz, Johann Sebastian Bach et František Benda, compositeur tchèque. Ce concert est organisé par la Délégation de Prague auprès de l’UE à Bruxelles et par le festival praguois „Les Fêtes d‘été de la musique ancienne„ en collaboration avec le Centre tchèque à Bruxelles. Malheureusement il n’y a plus de places à disposition. »

D’autres choses dans le calendrier culturel tchèque de Bruxelles?

 « J’aimerais souligner la soirée du 17 février au centre tchèque qui commence à 19 heures. Elle sera patronnée par Vladimír Müller, ambassadeur de la République tchèque auprès du Royaume de Belgique et sera consacrée au film tchèque et à l’affiche de films tchèques. La soirée commencera par le vernissage de l’exposition des affiches de films tchèques durant la période 1959-1974 en présence du conservateur Pavel Rajčan. Parmi les oeuvres exposées nous trouverons celles de Milan Grygar, Karel Vaca, Karel Teissig, Josef Vyletal, etc. Les affiches exposées font partie d’une collection de 10000 affiches de cinéma tchécoslovaques intitulées „Terryho ponožky“. Rappellons quelques titres de films tchèques : Trains étroitement surveillés de Jiří Menzel, Les petites marguerites de Věra Chytilová, Éclairage Intime d'Ivan Passer, Marketa Lazarová de František Vláčil et bien sûr les premiers longs métrages de Miloš Forman, Les amours d’une blonde, Au feu les pompiers, l’as de pique qui sera projeté juste après le vernissage. »

Je crois que vous aurez un invité qui est bien connu des auditeurs de Radio Prague, Antonín Liehm

 « Pour ceux qui ne le connaissent pas il s’agit d’une figure éminente de la culture tchèque. C’est un journaliste légendaire, écrivain et critique de cinéma, le meilleur connaisseur du cinéma tchèque des années 60. Pour moi c’est un grand honneur de le recevoir. »

Concernant les événements important de la culture tchèque hors de vos murs je crois qu’il y a deux artistes tchèques qui ont été sélectionnés par une galerie prestigieuse de la capitale belge?

« Oui, tous les Bruxellois, tous les Belges et tous les professionnels des beaux Arts connaissent la galerie d’Art contemporain Wiels. L’exposition phare de l’année 2011 intitulée „The other tradition“ présente douze jeunes artistes du monde entier dont deux tchèques Kateřina Šedá et Jiří Skála qui ont été choisis par la conservatrice Elena Filipovic. Le vernissage aura lieu le 25 février. Pour le public ce sera accessible du 26 février au 1er mai. Cette exposition fait partie d’un genre nouveau de la création artistique qui s’inspire d’actions, d’événéments et de situations construites. Nous n’avons malheureusement pas le temps maintenant de caractériser le travail de ces deux artistes »

Mais on en reparlera avec vous et peut-être avec ces artistes sur Radio Prague.

www.czechcentres.cz/brussels/

08-02-2011