Infos | Tous les articles


Tour d’horizon des différentes réactions des formations politiques tchèques qui enverront un ou plusieurs députés au Parlement européen :

« Je considère ce résultat comme un vrai succès », a indiqué le chef du gouvernement Andrej Babiš qui a longuement insisté dimanche soir sur le fait qu’ANO (21,2 % de voix) avait gagné malgré une « campagne anti-Babiš » menée contre lui par les autres formations politiques et les médias, qui selon lui colportent notamment des « mythes sur ses conflits d’intérêts ».

Petr Fiala, chef de file du parti de droite ODS qui sort renforcé de ce scrutin (14,5%), a estimé pour sa part que les électeurs tchèques avaient montré leur insatisfaction vis-à-vis du Premier ministre Andrej Babiš : « Le pays peut espérer un changement. Je félicite le vainqueur de cette élection, mais j’espère que c’était la dernière fois, » a-t-il déclaré.

Le président du Parti pirate, Ivan Bartoš, dont la formation est arrivée en troisième position (13,95%) juste derrière l’ODS, s’est dit satisfait du résultat, reconnaissant toutefois que le parti ambitionnait un meilleur résultat encore. Il a toutefois noté que c’était un pas supplémentaire dans les succès du parti lors d’élections. La direction des Pirates a déclaré que leur objectif serait de permettre de rapprocher la politique européenne des citoyens tchèques.

Avec 11,6% des voix, les leaders de la liste commune Alliés pour l’Europe, composée du parti conservateur TOP 09 et des maires et indépendants (STAN), avec le soutien des Verts et du Parti écologique libéral, ont estimé que leurs trois mandats représentaient un vrai succès. Pour le député européen, chef de file de la liste et président de TOP09, Jiří Pospíšil a estimé que cette élection avait « confirmé que lorsque TOP 09 et STAN s’allient, ils représentent une force politique pertinente. »

En dépit de la perte d’un siège au Parlement européen, le président des chrétiens-démocrates Marek Výborný a estimé que le résultat de son parti (7,2%) était un succès.

Avec 9,14% pour son premier coup d’essai, le parti d’extrême-droite SPD gagne deux sièges au Parlement européen. Son leader, Tomio Okamura, a déclaré que le résultat correspondait précisément à ses espérances et que le programme du parti « avait une place bien assurée sur la scène politique tchèque. »

Les résultats du Parti communiste de Bohême-Moravie, qui a connu une chute importante (6,94% contre 10,98% aux dernières élections) seront analysées en juin, a fait savoir le chef de file du parti Vojtěch Filip qui a ajouté qu’ils n’auraient pas d’incidence sur la coalition en place, formée par ANO et les sociaux-démocrates, et soutenue par les communistes.

Enfin la débâcle du parti social-démocrate, membre de l’actuelle coalition gouvernementale, qui ne totalise que moins de 4% des voix, sera également à analyser à froid, a estimé le leader du ČSSD Jan Hamáček. « Le résultat nous a donné un signal clair : le renouveau de la social-démocratie doit être plus fort et plus clair. »