Infos | Tous les articles


Première fortune de République tchèque, Petr Kellner réfléchirait à l’éventualité de racheter le club de football de Chelsea. L’information a été publiée par le site Tyden.cz, mercredi. Selon celui-ci, des premières négociations devraient être entamées dans les prochains jours. Selon l’édition de ce jeudi du quotidien Lidové noviny, l’homme d’affaires tchèque, qui possède une loge au stade de Stamford Bridge juste à côté de celle de Roman Abramovitch, ne serait toutefois intéressé que par le rachat de la moitié des actions du club londonien.

En juin dernier, Roman Abramovitch, propriétaire des Blues depuis 2003, a refusé une offre émanant de Jim Ratcliffe, le Britannique le plus riche selon le dernier classement Forbes. Le milliardaire russe, confronté à des problèmes de visa suite au refroidissement des relations diplomatiques entre le Royaume-Uni et la Russie conséquence de l’empoisonnement de l’ancien espion Sergei Skripal, est pourtant annoncé vendeur du club.

Propriétaire du groupe d’investissement PPF très actif en Russie, Petr Kellner, dont la fortune est estimée à 15 milliards de dollars par Forbes, entretient de bonnes relations avec Roman Abramovitch. Selon différentes sources, ce dernier souhaiterait récupérer quelque 2,5 milliards d’euros pour la vente de son club. Petr Kellner est proche également de Daniel Křetínský, propriétaire du Sparta Prague qui a racheté plusieurs titres de presse en France et vise désormais le quotidien Le Monde.

Andrej Babiš n’a participé que brièvement, mercredi matin, à la séance de la Chambre des députés consacrée à l’examen du budget de l’Etat prévu pour 2019. Le Premier ministre tchèque s’est rendu en effet à Londres, où il sera reçu en fin d’après-midi par la Première ministre britannique Theresa May pour discuter notamment du Brexit.

Avant de monter dans l’avion à Prague, Andrej Babiš a déclaré que le problème du Brexit portait désormais essentiellement sur la frontière entre les deux Irlande. « Madame May n’est pas dans une situation facile. Elle est à la tête d’un gouvernement minoritaire comme nous, nous verrons comment tout cela finira. Le Conseil européen n’a pas décidé d’organiser de sommet spécial, la position de l’UE est claire, Michel Barnier a notre confiance », a estimé le chef du gouvernement tchèque. Dans une interview accordée à la BBC en septembre dernier, Andrej Babiš avait évoqué l’organisation d’un nouveau référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE, possibilité que réfute toutefois Theresa May.

Dans la soirée, Andrej Babiš assistera également au concert donné à la Royal Academy of Music par la Philharmonie tchèque à l’occasion du centenaire de la fondation de la Première République tchécoslovaque. Ce concert, qui mettra à l’honneur les œuvres d’Antonín Dvořák et de Bedřich Smetana, constitue le temps fort de la Semaine tchèque organisée par l’ambassade tchèque à Londres.