Infos | Tous les articles


Quelque vingt-huit sénateurs, soit un tiers des membres de la Chambre haute du Parlement tchèque, quelles que soient leurs orientations politiques (à l'exception des sénateurs du mouvement ANO), ont appelé le Premier ministre Andrej Babiš (ANO) et son gouvernement à accueillir cinquante orphelins qui ont perdu leurs parents durant la guerre en Syrie. Dans leur déclaration, les sénateurs affirment que ces orphelins ne peuvent pas être traités comme les autres migrants, étant donné leur situation difficile dans laquelle ils s’étaient retrouvés malgré eux.

En fin de semaine dernière, le chef du gouvernement Andrej Babiš a répété qu’il était opposé à l’accueil de tout migrant, y compris celui d’enfants. Cette déclaration a suscité une vive réaction d’une partie de la scène politique, ainsi que de l’opinion publique.

Le projet d’accueil des cinquante orphelins syriens qui vivent dans des camps surpeuplés en Grèce a été initié par la députée européenne Michaela Šojdrová du Parti chrétien-démocrate KDU-ČSL. Sa proposition sera au cœur d’une rencontre, vendredi, avec le Premier ministre Andrej Babiš, des sénateurs et des représentants de l’initiative Češi pomáhají (Les Tchèques viennent en aide). L’eurodéputé tchèque entend présenter au chef du cabinet un projet concret qui pourrait se réaliser sur la base de la coopération bilatérale entre la République tchèque et la Grèce et qui serait géré par le ministère tchèque de l’Intérieur.