Archives: Histoire | 1968


Le maire du VIe arrondissement de Prague a été placé sous protection policière après des menaces de mort à son encontre, suite à sa décision de recouvrir la statue du général soviétique Ivan Koniev, qui se trouve dans le quartier. La mairie d'arrondissement avait fait recouvrir la statue controversée d'une bâche vendredi, après que la statue a été vandalisée à plusieurs reprises ces derniers temps. Des activistes avaient ensuite retirée cette bâche avant que celle-ci ne soit réinstallée. L'ambassade de Russie a déclaré que la statue devait être protégée par la mairie d'arrondissement qui a proposé de déplacer celle-ci dans un parc proche de la représentation diplomatique.

La statue d’Ivan Koniev a déjà été vandalisée à plusieurs reprises dans un passé relativement récent, en étant notamment partiellement recouverte de peinture rose. Le monument a été édifié en 1980 sous le régime communiste en hommage au maréchal pour son importante contribution en 1945 à la libération par l’Armée rouge de Prague et d’une grande partie de la Bohême et de la Moravie occupées par l’Allemagne nazie. Toutefois, son implication dans la répression de l’insurrection en Hongrie en 1956, dans la construction du mur de Berlin ou encore son passage à Prague en 1968 pour une opération de renseignement avant l’invasion du pays par les troupes du Pacte de Varsovie, sont aujourd’hui également reprochés à Ivan Koniev, faisant de lui un personnage controversé.

L’ambassade de Russie a publié un communiqué, ce vendredi, dans lequel elle proteste contre la déclaration faite par la mairie du VIe arrondissement de Prague suite à la détérioration de la statue de l’ancien maréchal soviétique Ivan Koniev. Celui-ci a été arrosé de peinture et des inscriptions ont été peintes. La mairie a indiqué qu’elle n’entendait pas nettoyer le monument. L’ambassade estime cependant que c’est elle qui a incité au vandalisme en installant, l’année dernière, une plaque précisant le rôle du maréchal dans la préparation de l’invasion de la Tchécoslovaquie en août 1968. L’ambassade a demandé au ministère des Affaires étrangères tchèque d’intervenir dans cette affaire. Celui-ci a toutefois répondu que cela n’était pas dans ses compétences.

La statue d’Ivan Koniev a déjà été vandalisée à plusieurs reprises dans un passé relativement récent, en étant notamment partiellement recouverte de peinture rose. Le monument a été édifié en 1980 sous le régime communiste en hommage au maréchal pour son importante contribution en 1945 à la libération par l’Armée rouge de Prague et d’une grande partie de la Bohême et de la Moravie occupées par l’Allemagne nazie. Toutefois, son implication dans la répression de l’insurrection en Hongrie en 1956, dans la construction du mur de Berlin ou encore son passage à Prague en 1968 pour une opération de renseignement avant l’invasion du pays par les troupes du Pacte de Varsovie, sont aujourd’hui également reprochés à Ivan Koniev, faisant de lui un personnage controversé.