Sur les traces de Giacomo Casanova au château de Duchcov

Le château de Duchcov, ou Dux de son nom allemand, possède une histoire longue de 800 ans. A l’époque de sa plus grande gloire, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la demeure située près de la ville de Teplice, au nord de la Bohême, a appartenu à une très ancienne famille aristocratique, les Wallenstein, qui y menaient une vie faste et privilégiée. Le château accueillait alors des artistes pas moins connus que Friedrich Schiller, Johann Wolfgang von Goethe, Ludwig van Beethoven ou Frédéric Chopin. Mais c’est avant tout le célèbre séducteur italien Giacomo Casanova qui a passé à Duchcov les dernières treize années de sa vie et y a écrit ses Mémoires.

Duchcov et la famille Wallenstein

Château de Duchcov, photo: Klára StejskalováChâteau de Duchcov, photo: Klára Stejskalová A la fin du XVIIe siècle, la famille Wallenstein achète en Bohême du Nord un ancien château de style Renaissance, appartenant jusque-là à la famille Lobkovic, et construit à sa place une demeure moderne. C’est ainsi que commence la longue et célèbre histoire du château de Duchcov. Depuis la moitié du XVIIIe siècle, la renommée de la station balnéaire de Teplice, située seulement à huit kilomètres de Duchcov, fait du château un vrai centre culturel où sont organisés différents concerts, représentations théâtrales, banquets et fêtes réunissant la noblesse.

Lors de la visite du château de Duchcov, nous pouvons encore aujourd’hui retrouver cette ambiance solennelle des XVIIIe et XIXe siècles, notamment en entrant dans la galerie personnelle de la famille Wallenstein, le seul espace qui nous est parvenu dans son état original. Nous avons découvert cette galerie en compagnie du guide Petr :

« En 1895, la galerie a compté 442 tableaux, parmi lesquels des Eyck, Vermeer, Rubens et autres Rembrandt. Cette grande collection a été confisquée par l’Etat tchécoslovaque après la Deuxième Guerre mondiale. Une centaine de ces toiles a été donnée à la Galerie nationale à Prague, d’autres au château de Sychrov. Le destin de certaines œuvres reste inconnu. »

La galerie, photo: Klára StejskalováLa galerie, photo: Klára Stejskalová « Actuellement, nous exposons 131 tableaux, pour la plupart de l’époque de la famille Wallenstein. L’œuvre la plus précieuse que nous possédons est le tableau Vénus et Adonis du peintre maniériste flamand Bartholomeus Spranger, qui a été créé pour l’empereur Rodolphe II. »

Les Wallenstein réaménagent le château dans le style baroque, puis classique et lui donnent sa forme actuelle, en construisant notamment deux nouvelles ailes, une église, un hôpital et de grands jardins. Mais tout va changer au début du XXe siècle, comme nous le décrit le châtelain de Duchcov, Marián Hochel :

« La famille Wallenstein a quitté le château en 1921 et l’a vendu à l’Etat. La demeure a été ensuite transformée en siège de divers offices et institutions, en un centre social ou encore en une maison de retraite. Les intérieurs ont été endommagés par différents réaménagements. Ce n’est que dans les années 1960 que le château a été reconstruit et ouvert au public. »

Duchcov et Giacomo Casanova

Le cabinet de travail de Casanova, photo: Klára StejskalováLe cabinet de travail de Casanova, photo: Klára Stejskalová Notre visite nous emmène ensuite dans les chambres de Giacomo Casanova. C’est là que l’écrivain, espion, diplomate et aventurier vénitien passe les dernière treize années de sa vie, jusqu’à sa mort en 1798. L’homme qui menait une vive correspondance avec le roi Frédéric II de Prusse, l’impératrice russe Catherine II ou le philosophe français Voltaire, découvre le château de Duchcov grâce au comte Josef Karel Emanuel de Wallenstein qui, enchanté par les narrations de l’Italien, l’embauche comme son bibliothécaire. Pour Giacomo Casanova, la vie à Duchcov, une petite ville provinciale, n’est pourtant pas facile. En cause, selon Marián Hochel, notamment de mauvaises relations de Casanova avec le personnel du château :

« Giacomo Casanova et le personnel du château ont eu de terribles problèmes de communication. Casanova avait une attitude hautaine. Les employés du château ont donc fait des efforts pour lui rendre son séjour le plus désagréable possible. Il y avait plusieurs situations très tendues. Par exemple, l’administrateur du château a peint un portrait de Casanova avec ses propres selles et l’a ensuite exposé sur la place de la ville de Duchcov. Casanova a même voulu partir. Mais il a enfin changé d’avis car il bénéficiait, dans les services du comte Wallenstein, d’une bonne situation financière et pouvait se consacrer entièrement à ses activités littéraires. Il devait par exemple écrire l’histoire d’Albrecht de Wallenstein. Mais il n’est pas parvenu à le faire car il a commencé à travailler sur ses Mémoires qui l’on ensuite rendues célèbre. »

Casanova, une grande attraction touristique

Le buste de Casanova, photo: Klára StejskalováLe buste de Casanova, photo: Klára Stejskalová Auteur également de plusieurs scénarios pour les théâtres de Duchcov et de Teplice, Giacomo Casanova a rencontré au château, entre autres, le librettiste italien Lorenzo da Ponte. A en croire Marián Hochel, il l’a aidé à préparer le libretto pour le célèbre opéra Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart :

« On dit que da Ponte a retracé dans cet opéra l’histoire de Casanova – l’histoire de Don Juan, un grand séducteur. Mais cette histoire se termine tragiquement, ce qui n’a pas plu à Casanova. Ce dernier a même pris part à la première de l’opéra au Théâtre des Etats à Prague et la fin l’a irrité. »

En passant par le bureau, la chambre à coucher et d’autres pièces qui servaient de refuge à l’artiste italien, nous pouvons découvrir également quelques rares objets personnels de Giacomo Casanova, comme un de ses manuscrits ou encore son fauteuil. Marián Hochel :

« Il s’agit du fauteuil dans lequel Casanova a rendu son dernier souffle. C’était le 4 juin 1798, dans la matinée, en présence du comte Wallenstein et du prince de Teplice qui était, à la fin de sa vie, l’un des plus proches amis de Casanova. Ce fauteuil a ensuite été exposé déjà par les Wallenstein comme ‘le fauteuil de décès de Giacomo Casanova’. »

Grâce à Giacomo Casanova, le château de Duchcov est aujourd’hui un site très recherché par les touristes du monde entier. D’après le châtelain, les responsables du château entendent prochainement enrichir encore l’exposition qui lui est consacrée. Par exemple, en dévoilant les peintures murales qui se trouvaient dans les chambres de Casanova, ce qui pourraient ainsi permettre aux visiteurs de se faire une idée encore plus précise de la vie du plus célèbre habitant de Duchcov.