Le mystérieux château de Svojanov

Caché entre plusieurs collines qui l’entourent, le château de Svojanov est une perle insolite et est également un des rares endroits en République tchèque que l’on classe dans deux catégories à la fois, « zámek » et « hrad », pouvant être littéralement traduit en français par « château » et « château fort ». Car c’est précisément son apparence, mélange entre forteresse médiévale et palace de style Empire, qui lui confère son caractère exceptionnel. Radio Prague vous invite dans la région de Pardubice, dans les environs de Svitavy, en Bohême de l’Est, afin de découvrir le château de Svojanov, qui abrite entre ses murs un riche patrimoine historique.

Château de Svojanov, photo: Denisa TomanováChâteau de Svojanov, photo: Denisa Tomanová Pouvant être aperçu de Svojanov, bourgade d’une centaine d’habitants, où se dresse l’église baroque des Saints-Pierre-et-Paul, datant de la fin du XVIIIe siècle, le château éponyme de Svojanov et son histoire remontent au XIIIe siècle. Une autre église, l’église Saint Nicolas, située dans le Vieux Svojanov (Starý Svojanov) a zamestntrès probablement été construite à la même époque. Édifié aux alentours de l’année 1224 par Svéslav de Bořitov, le château servait de défense du domaine morave de Kunštát, ce qui en fait le château en pierre le plus ancien du pays. C’est en 1265 que le roi de Bohême, Přemysl Otakar II, fonde à une vingtaine de kilomètres de là, le village de Polička, dont l’histoire sera étroitement liée à celle du château. Avec sa tour de guet, la forteresse, dont les remparts s’élevaient par endroits jusqu’à huit mètres de hauteur, assurait la sécurité sur la route reliant les villes de Brno et de Litomyšl, et permettait de surveiller la frontière entre la Bohême et la Moravie.

Un illustre héritage historique

Château de Svojanov, photo: Denisa TomanováChâteau de Svojanov, photo: Denisa Tomanová A la mort du roi Přemysl Otakar II, la propriété est revenue à la reine veuve, Cunégonde de Slavonie (Kunhuta Uherská), qui y a vécu avec son deuxième mari Záviš de Falkenštejn. Celui-ci s’était donné pour but de créer une alliance entre les rois de Bohême et de Hongrie, afin de contrer les Habsbourgs. Néanmoins, son nom a été sali auprès du roi Václav II et Záviš a été exécuté en 1290. Ses projets de paix n’ont ainsi jamais abouti. A partir de ce moment-là, la période des glorieuses années du château prend rapidement fin.

Aux alentours de 1350, le roi Charles IV fait inscrire le château dans le Codex Carolinus, le classant ainsi parmi les onze châteaux les plus remarquables du pays qui ne devaient être ni vendus, ni mis en gage. C’est pourtant son fils Zikmund, qui transfère le château entre les mains des seigneurs de Boskovice, une des plus importantes familles nobles de Moravie. C’est précisément cette famille qui fit édifier un ingénieux système de fortifications avec sept bastions de style gothique tardif, ainsi qu’une maison de goujats.

Vladimír Velešík, le sympathique guide du château, originaire du village voisin de Banín, précise à propos de l’évolution historique de Svojanov :

Vladimír Velešík, guide au château de Svojanov, photo: Denisa TomanováVladimír Velešík, guide au château de Svojanov, photo: Denisa Tomanová « A partir de la seconde moitié du XVIe siècle, alors que le château appartenait à la famille noble des Trčkové de Lípa, on a rajouté au château gothique un palais de style renaissance. Ce sont les restes des murs qui contournent la tour de guet, et qui ont résisté à l’incendie en 1842. Le château a été agrandi au XVIIe siècle, puis au XIXe siècle. Mais ce sont principalement les incendies qui ont eu un impact décisif sur l’aspect du château. Notre château de Svojanov n’a jamais été conquis, mais des incendies destructeurs lui ont donné l’apparence qu’on lui connaît. Un premier incendie a eu lieu en 1569. Le château gothique a par la suite été reconstruit dans l’état dans lequel on peut voir à l’heure actuelle. Mais un deuxième incendie s’est produit en 1842. Et c’est en raison de cet incendie, que l’archéologue spécialisé dans l’architecture des châteaux tchèques, Tomáš Durdík, nous classe dans la catégorie des ‘châteaux en ruines partielles’. »

Le mobilier, que l’on peut trouver à Svojanov, est un mobilier de style Empire, datant du début du XIXe siècle, mais aussi un mobilier baroque, datant de la première moitié du XVIIIe siècle. Les murs du château abritent de nombreux joyaux, avec des miniatures des tableaux de Václav Brožík ou le modèle réduit du navire Victory du vice-amiral britannique Nelson, avec lequel il avait battu les troupes franco-espagnoles de Napoléon lors de la bataille de Trafalgar en 1805. Vladimír Velešík poursuit :

L'intérieur du château de Svojanov, photo: Denisa TomanováL'intérieur du château de Svojanov, photo: Denisa Tomanová « Je dois revenir à l’année 1842, date à laquelle le château a été victime d’un incendie pour la deuxième fois et fut presque entièrement détruit par les flammes. Le feu, parti du village, s’est propagé jusqu’au château. Mis à part la maison des goujats, le complexe du château a été détruit dans son ensemble. En ce qui concerne le premier étage du château, les plafonds de style gothique ont été conservés, mais l’étage supérieur a dû être restauré. Et ce grâce à la famille bourgeoise Kriesten, propriétaire du château entre 1840 et 1875. Ce que l’on peut voir à l’étage supérieur, ce sont avant tout les traces qu’ont laissées les derniers propriétaires privés du château, la famille Haasche. »

Svojanov, destination prisée des chasseurs de fantômes

L'intérieur du château de Svojanov, photo: Denisa TomanováL'intérieur du château de Svojanov, photo: Denisa Tomanová Propriétaire actuel du château, la ville de Polička a fait réaliser à l’occasion des 750 ans de la fondation de la commune en 2015, la réplique exacte de la couronne funéraire du roi Přemysl Otakar II, fondateur de la ville ainsi que du château. Sachant que la couronne funéraire originale se trouve au château de Prague, il s’agit là de l’unique réplique de cette couronne en République tchèque. Néanmoins, les murs du château ont également été témoins de plusieurs faits « anormaux », comme nous le dévoile Vladimír Velešík, à propos d’un tableau représentant une vieille dame, dont les yeux se sont mystérieusement fermés :

« Nous disposons d’une photographie du tableau prise lors d’un inventaire avant 2009. Le tableau en soi n’a rien de très intéressant : nous ignorons l’auteur du tableau et la vieille dame était une simple habitante de la ville de Polička. Mais le portrait de la grand-mère est devenu intéressant en 2009, et c’est aussi une des raisons pour laquelle nous accueillons ici parfois des chasseurs de fantômes, car la vieille dame a fermé les yeux à ce moment-là et nous n’avons pas d’explications à cela. Il y a des personnes qui nous accusent d’escroquerie, qui disent que l’on a peint par-dessus le tableau ou que ce sont deux tableaux identiques. Mais ce n’est pas le cas, car la toile du tableau est intacte. »

« Je peux vous livrer une explication qui m’a été communiquée par un visiteur il y a deux ans, selon lequel le portrait aurait pu subir une sorte d’oxydation de la couleur bleue, ce qui donnerait cet effet. Mais d’autres visiteurs m’ont dit que l’oxydation sous une plaque de verre était une absurdité. A vous de vous faire votre propre avis. En ce qui me concerne, je dois avouer que je suis plutôt sceptique. Moi aussi je me prononcerais davantage pour la fatigue du matériel. Mais il est vrai que ma collègue était ici en juin de l’année dernière avec les chasseurs de fantômes et elle nous a raconté qu’elle avait l’impression que quelqu’un l’avait attrapée de derrière par le bras... A vous de juger, mais vous pouvez voir une vidéo de cette visite sur nos pages internet. »

L'intérieur du château de Svojanov, photo: Denisa TomanováL'intérieur du château de Svojanov, photo: Denisa Tomanová Mais les histoires de fantômes ne s’arrêtent pas là. Vladimír Velešík, quoique sceptique, a révélé une autre histoire qui a de quoi faire frissonner les visiteurs avides d’histoires paranormales, toujours plus nombreux à venir à Svojanov. C’est en 1800 qu’est arrivé un des derniers propriétaires du château, le riche maître de poste Jiří Heisler, qui avait une petite-fille de cinq ans prénommée Kateřina. Celle-ci a été victime d’un accident, lorsqu’un tube d’échafaudage lui est tombé sur la tête. Désorientée et cherchant son père, la fillette, grièvement blessée, a succombé à ses blessures dans un des petits salons du château et a juste eu le temps de s’appuyer avec ses mains ensanglantées contre le mur. C’est pourquoi, la légende veut que, depuis, la malheureuse petite Kateřina arpente les pièces du premier étage. Certains autres guides du château ont pour leur part affirmé y avoir entendu des pas, et certains chasseurs de fantôme, qui ont invoqué les esprits sur place, ont même réalisé des vidéos, où il est possible de distinguer des bruits et d’entendre des voix.

Le triste sort du dernier propriétaire, Antonín František Haasche

En 1879, le dernier propriétaire du château, Antonín František Haasche a fait redécorer l’intérieur de Svojanov avec des peintures de style Empire. Mais en raison de difficultés financières, il s’est vu obligé de vendre le château à la ville de Polička en 1910, située à une vingtaine de kilomètres du château.

Château de Svojanov, photo: Denisa TomanováChâteau de Svojanov, photo: Denisa Tomanová « La Première Guerre mondiale a éclaté quatre ans après la vente du château. A cette période, l’Empire austro-hongrois faisait remplir des prêts de guerre, et monsieur Haasche, en tant que bon patriote, y a versé l’argent reçu de la vente de Svojanov. Mais vu que notre monarchie a malheureusement perdu la guerre puis s’est disloquée, monsieur Haasche a perdu tout son argent. On raconte qu’il s’est suicidé par détresse à cause de cela en 1920. Même si son acte de décès indique qu’il est mort d’une pneumonie, cela ne veut rien dire, car en tant que suicidé, il n’aurait pas droit à une cérémonie funéraire digne. Il s’agirait donc peut-être d’un acte de décès falsifié, mais on ne peut pas savoir avec certitude, c’était il y a longtemps. »

Le domaine de Svojanov et ses alentours sont notamment étroitement liés à l’extraction du graphite. Une petite manufacture de graphite avait même été installée au château et a fonctionné pendant une trentaine d’années, avant d’être engloutie par les flammes de l’incendie de 1842. Néanmoins, le cabinet de travail du château peut se vanter de posséder un des deux seuls poêles fabriqués en graphite en République tchèque, le second étant situé au château de Pernštejn.

Un des derniers artefacts qui peuvent attirer l’œil du visiteur est le globe historique de la société Felkl et fils, grande société qui a fabriqué un siècle durant des globes de grande qualité, de différentes tailles et dans près de dix-sept langues étrangères. Internationalement acclamée, la qualité de leurs globes a été récompensée lors de différentes expositions, que ce soit à Paris ou à Vienne. Notre guide, Vladimír Velešík, précise à ce propos :

Château de Svojanov, photo: Denisa TomanováChâteau de Svojanov, photo: Denisa Tomanová « Ce globe est un produit de la société Felkl, qui était une des sociétés les plus célèbres sur l’ensemble du territoire de la monarchie austro-hongroise et qui se consacrait à la fabrication de globes et de différents autres outils. Le globe que nous avons ici a été fabriqué aux alentours de 1850. Et je me permets maintenant une petite incise patriote, car même si la société opérait dans la commune de Roztoky près de Prague, le fondateur, monsieur Johan Felkl était un natif de la région et plus précisément du village de Banín, situé derrière la colline, et qui est d’ailleurs aussi mon village. »

Dormir au château de Svojanov et découvrir ses secrets au plus près

Les remparts du château accueillent chaque année de nombreux évènements culturels et festivités, comme des concerts ou des fêtes foraines, ou des représentations de combats d’escrime. La très populaire chanteuse et guitariste Aneta Langerová se produira d’ailleurs sur le parvis du château le 13 juillet prochain.

Château de Svojanov, photo: Denisa TomanováChâteau de Svojanov, photo: Denisa Tomanová Il y a deux ans, le propriétaire du château de Svojanov, la ville de Polička, a fêté ses 750 ans depuis sa fondation. En 1845, la commune entière de Polička a été victime d’un incendie, et c’est peut-être une des raisons pour laquelle la ville a gardé son aspect d’antan, en maintenant ses fortifications. Cette commune pittoresque, qui est d’ailleurs le lieu de naissance du célèbre compositeur Bohuslav Martinů, figure parmi nos différentes suggestions de randonnée. Précisons également que la commune de Litomyšl, située à une vingtaine de kilomètres au nord de Polička, est pour sa part la ville natale d’un compositeur non moins connu, Bedřich Smetana. Et pour tous ceux, qui souhaiteraient s’attarder plus d’une journée dans les environs de la région de Svitavy, Svojanov propose à ses visiteurs de les héberger dans l’enceinte du château, et ce dans neuf chambres, toutes aménagées en style Empire.

www.svojanov.cz