« Dans les vergers pragois, nous pouvons goûter des fruits qui ne sont pas disponibles dans les magasins »

Où cueillir des fruits gratuitement en Tchéquie ? Quels sont les plus beaux vergers de Prague ? Ou encore comment s’occuper d’arbres fruitiers sauvages et oubliés ? Pour répondre à ces questions, l’initiative Na ovoce (Aux fruits en français) met en place une carte collaborative permettant de localiser les vergers publics sur le territoire tchèque et organise différents ateliers et visites guidées.

Photo : Archive de l’initiative Na ovocePhoto : Archive de l’initiative Na ovoce Il existe en République tchèque, aussi bien dans les villes que dans la nature, de nombreux vergers et arbres fruitiers qui n’appartiennent à personne. Cependant, beaucoup de gens l’ignorent et la plupart de leurs fruits finissent donc par pourrir dans un fossé. Inspirée de projets similaires en Allemagne et en Slovaquie, l’initiative Na ovoce s’efforce d’arrêter ce gaspillage d’une nourriture locale et gratuite. Ce qui n’était au départ qu’un groupe d’amis ayant décidé de répertorier différents arbres à fruits comestibles sur une carte interactive s’est vite transformé en une organisation semi-professionnelle, proposant diverses activités à un large public.

Nous avons rencontré la fondatrice de cette organisation, Katka Kubánková, dans un verger situé à Červený Vrch, dans le VIe arrondissement de Prague. Après un trajet difficile dans un tramway bondé où il faisait très chaud durant un après-midi caniculaire, l’ombre des arbres fruitiers représentait un havre bienvenu. Hormis le chant des oiseaux et le sifflement du vent, rien ne nous dérangeait dans notre entretien sur la cueillette des fruits, alors même que le verger se situe à seulement quelques dizaines de mètres d’une route importante et d’un quartier résidentiel.

Katka Kubánková, photo : Archive de Katka KubánkováKatka Kubánková, photo : Archive de Katka Kubánková Lancée par l’initiative Na ovoce et disponible gratuitement sur le site internet de l’organisation ou par le biais d’une application mobile, la carte comprend actuellement quelque 12 000 arbres fruitiers et vergers publics. Comme l’explique Katka Kubánková, elle est interactive et collaborative. Chacun est invité à apporter sa contribution en y ajoutant ses découvertes concernant des arbres fruitiers sauvages jusque-là inconnus. Même si la carte recense notamment des parcs situés sur le territoire tchèque, on peut aussi y découvrir, dans une moindre mesure, des informations sur des arbres fruitiers qui se trouvent dans des pays très divers, notamment en Europe, mais aussi aux Etats-Unis ou par exemple au Nigeria. Les résultats peuvent être filtrés selon la localité et le type de fruit.

Photo : Richard Hodonický, Archive de l’initiative Na ovocePhoto : Richard Hodonický, Archive de l’initiative Na ovoce Mais quel est donc le rôle des vergers publics dans la ville ? D’après Katka Kubánková, il s’agit avant tout d’un biotope très important qui abrite de nombreuses espèces de plantes et d’animaux. Mais pas seulement :

« Le verger est un espace public magnifique. Tout d’un coup, vous quittez l’agitation de la ville et trouvez le calme du verger. C’est très agréable. Et il est aussi très sympa, notamment pour les habitants de la capitale, de pouvoir aller dans la nature et de goûter des fruits que vous ne pouvez pas acheter dans les magasins. Car on trouve dans les vergers pragois des espèces de fruits qui ne sont plus disponibles dans les supermarchés… Et ici, on peut se promener et profiter des fruits dont les goûts nous étaient inconnus. »

L’été bat son plein et c’est justement à cette période que de nombreux fruits variés mûrissent. Katka Kubánková présente que peut-on donc goûter à Prague entre juillet et septembre :

Photo : Archive de l’initiative Na ovocePhoto : Archive de l’initiative Na ovoce

Photo : Richard Hodonický, Archive de l’initiative Na ovocePhoto : Richard Hodonický, Archive de l’initiative Na ovoce « Actuellement, nous nous trouvons dans un verger avec des pruniers. Comme les vergers s’insèrent assez bien dans ce quartier, nous trouverions un peu plus loin aussi des cerisiers. Ce qui m’a fait très plaisir, c’était la découverte, à Prague, d’un verger abec des abricotiers. Mais Prague abrite aussi par exemple des mûriers, ce qui est un arbre fruitier moins connu en Tchéquie. Et puis, on trouve de manière courante des arbres ‘classiques’ comme des pommiers, des poiriers, des noyers ou des griottiers. Les cerisiers sont les arbres fruitiers les plus répandus à Prague. »

L’initiative Na ovoce ne se limite toutefois pas seulement au développement de la carte des vergers. Ces cueilleurs passionnés ont commencé à organiser à Prague, en collaboration avec différents experts, des séminaires publics axés sur la pomologie. Les personnes intéressées peuvent y apprendre des informations de base sur la culture des arbres fruitiers – comment les planter, comment faire des élagages, des bouturages ou des greffes. A en croire Katka Kubánková, ces séminaires sont très populaires, tout comme les visites guidées des vergers pragois proposées par son organisation :

Photo : Archive de l’initiative Na ovocePhoto : Archive de l’initiative Na ovoce « Les visites guidées sont mon activité favorite. Quand j’ai découvert le monde des vergers pragois dont plusieurs dizaines se trouvent à Prague, j’ai été fascinée de voir que les habitants de la capitale ignoraient leur existence, et ce même s’ils habitaient parfois à proximité de ces vergers. A ce moment-là, nous avons décidé d’organiser ces visites guidées et de présenter ces endroits au public. Nous espérons que les gens trouveront leur chemin dans ces vergers non seulement pendant la période de cueillette, mais aussi par exemple au printemps quand les vergers sont, d’après moi, les plus beaux. »

Les membres de l’organisation Na ovoce s’efforcent de planter également de nouveaux arbres. Au cours de l’année dernière, trois nouveaux parcs ont ainsi été créés à Prague :

Photo : Vladimír Kučera, Archive de l’initiative Na ovocePhoto : Vladimír Kučera, Archive de l’initiative Na ovoce « Nous avons commencé l’an dernier. Nous ne voulons pas créer de nouveaux vergers à tout prix. Il s’agit d’une décision assez complexe. Nous ne pouvons pas tout simplement planter de nouveaux arbres sur n’importe quel espace public inoccupé. Il faut tout d’abord trouver un accord avec les responsables de ces lieux et savoir dès le début qui va planter les arbres et qui va s’en occuper. Puisque la plantation n’est que le début. Le vrai travail commence quelques années plus tard. Il est donc nécessaire d’y penser avant de créer un verger. En plantant des arbres, nous prenons aussi certaines responsabilités. »

Les utilisateurs du site Na ovoce peuvent contribuer à cette démarche et choisir un ou plusieurs arbres dans leurs environs auxquels ils apporteront ensuite les soins nécessaires. Ceux qui veulent commencer en toute tranquillité, sachant qu’ils ramassent légalement des fruits dans un verger public et ne violent donc aucune loi, peuvent profiter d’un des vergers entretenus par la ville de Prague.

Une fête des fruits, photo : Vladimír Kučera, Archive de l’initiative Na ovoceUne fête des fruits, photo : Vladimír Kučera, Archive de l’initiative Na ovoce Pour Katka Kubánková, le plus beau d’entre eux est le verger de Klíčov à Prague-Vysočany, dans le IXe arrondissement de la capitale tchèque. Chaque automne, l’initiative Na ovoce organise une fête des fruits dans ce verger. A cette occasion, les participants cueillent des pommes et produisent du jus. Différentes activités et ateliers pour adultes comme pour enfants sont au programme de ce rendez-vous exceptionnel.

Dix vergers pragois parmi les plus intéressants sont également présentés en détails, avec leur histoire et leurs points d’attrait, dans un guide publié sur le site de l’initiative. Dans les mois à venir, ce guide devrait sortir aussi sous forme d’un livre. Katka Kubánková :

« Ce serait magnifique de réussir à motiver ainsi des gens à se rendre dans les vergers tout au long de l’année, sans tenir compte de la saison. Les vergers ne sont pas intéressants seulement pour leurs fruits. Il s’agit avant tout d’un lieu qui vaut la peine d'être visité, pour s’y reposer l’espace d’un petit moment et se laisser inspirer par son ambiance. »

Sans un équipement adéquat, les cueilleurs qui grimpent dans les branches peuvent parfois endommager les arbres. Afin de les protéger, la plateforme Na ovoce veut, dans un proche avenir, assister ses utilisateurs dans leur récolte. A partir de l’automne prochain, il sera donc possible d’emprunter, l’espace de quelques jours dans certains vergers pragois, également des échelles et des paniers.

https://na-ovoce.cz/map