Virelangues

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague – Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Nous sommes de retour avec un « Tchèque du bout de la langue » joueur cette fois. L’hiver s’achève doucement et avec lui les maux de gorge – on peut donc de nouveau s’amuser à essayer de prononcer des phrases imprononçables! Bon amusement donc – Dobře se bavte !

Nenaolejuje-li ji Julie, naolejuju ji jáNenaolejuje-li ji Julie, naolejuju ji já Nous avons évoqué, dans une précédente émission des phrases sans aucune voyelle – par exemple le grand classique qui signifie littéralement « passe ton doigt au travers de la gorge » - « strč prst skrz krk ». Si vous pensiez que les seules difficultés de prononciation en tchèque proviennent de l’absence de voyelles, vous vous trompez! Nous avons concocté pour vous quelques virelangues dont vous nous direz des nouvelles! Commençons par celui-ci : « Nenaolejuje-li ji Julie, naolejuju ji já ». Vous aurez peut-être reconnu le mot « olej » - « l’huile », dont la prononciation, combinée avec celle de « Julie » et des pronoms « ji » et « já », forme un tandem qui fait glisser la langue au fond de la bouche… Ce qui, traduit mot à mot, nous donne « si Julie ne l’huile pas, je l’huilerai moi-même ». Notons au passage une construction tchèque particulière : « nenaolejuje-li ». Sachez qu’il s’agit d’une forme abrégée de « jestli nenaolejuje ». Le « si » suivi d’un groupe verbal nécessite en effet le mot « jestli » - « si », mais il peut aussi être contracté en « –li » après le verbe. Par exemple, « si tu veux venir » peut s’écrire « jestli chceš přijít », ou bien « chceš-li přijít ». Parenthèse fermée, consacrons-nous maintenant a notre entraînement de la langue qui glisse au fond de la gorge, en répétant de plus en plus vite : « nenaolejuje-li ji Julie, naolejuju ji já! »

Tři sta třicet tři stříbrných stříkaček stříkalo přes tři sta třiatřicet stříbrných střech Tři sta třicet tři stříbrných stříkaček stříkalo přes tři sta třiatřicet stříbrných střech Vous en voulez encore? Allez, un plus dur, qui vous permettra de devenir imbattables dans la prononciation de la lettre « ř », cette lettre si tchèque que même les Slovaques et certains Tchèques, comme l’ancien président Havel, ont du mal a prononcer… Entraînez-vous en mélangeant dans votre bouche un « r » légèrement roulé avec un simple « ž » [je] : r+ž=ř – vous y êtes? Attention au départ : « Tři sta třicet tři stříbrných stříkaček stříkalo přes tři sta třiatřicet stříbrných střech », soit « trois cents trente-trois seringues d’argent aspergeaient trois cents trente-trois toits argentés ».

Allez, découvrons maintenant une autre lettre, peut-être encore plus difficile à saisir pour un Français que le fameux « ř » : le « h », une sorte de « g » soufflé qui sort du fond de la bouche, à ne pas confondre avec le « ch » craché du fond de la gorge… Rien de tel pour s’entraîner qu’un petit virelangue : « Mahátma v tmách hmatá tchána hnát », soit « le Mahátma dans les ténèbres touche la jambe de son beau-père ».

Et un dernier pour la route, plus simple et cocasse a prononcer : « od poklopu ku poklopu Kyklop klopotně kouli koulí » – « de cloche en cloche, le cyclope roule la boule avec difficulté ».

Et c’est ainsi que s’achève ce « Tchèque du bout de la langue » joueur, consacré aux virelangues. Il ne nous reste qu’à vous souhaiter de vous porter du mieux possible – mějte se co nejlíp !, de porter le soleil en vous – slunce v duši, salut et à bientôt – zatím ahoj !